Science de l'information

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La science de l'information (ou les sciences de l'information) est une science interdisciplinaire, branche des sciences de l'information et de la communication. Les spécialistes se divisent quant à la nature exacte de cette discipline, voire à sa pleine légitimité. La science de l'information couvre un champ de recherches très larges, sollicitant aussi bien les apports des sciences humaines que des sciences de l'ingénieur. Son étendue explique les réticences persistantes quant à sa légitimité théorique et un certain flottement quant à son domaine d'application[1]. Au-delà de ses spécialités, la cohérence de ce domaine scientifique tient à l'universalité et à la pertinence de son objet, répondant à un phénomène massif et transversal de la société[2]. Elle regroupe des perspectives sémiologiques, techniques et politiques.

La science de l'information ne doit pas être confondue avec la théorie de l'information de Shannon, qui étudie un concept mathématique particulier de l'information, ou avec les sciences de l'information et des bibliothèques qui constituent une branche particulière propre à la médiation des savoirs. Toutefois, l'émergence de la société numérique tend à rapprocher la bibliothéconomie, la communication et la science de l'information sous un même et seul paradigme, celui du management de l'information.

Histoire[modifier | modifier le code]

Si le terme "science de l'information" est d'origine récente, les réflexions sur la circulation des documents sont bien plus anciennes. Gabriel Naudé initie ainsi la bibliothéconomie au XVIIe siècle en écrivant l'Advis pour dresser une bibliothèque. Paul Otlet sépare la science de l'information de la bibliothéconomie et publie son Traité de documentation en 1934. En 1917, il définit la documentation comme l'ensemble des moyens propres à transmettre, communiquer et transmettre les informations. L'émergence de la bibliométrie date du début du XXe siècle, avec l'expression de la loi de Bradford en 1939 et les recherches d'Eugène Garfield en 1958. La genèse de la Science de l'Information s'accélère cependant après la Seconde Guerre mondiale, lorsque l'explosion de l'offre documentaire et la mécanisation, puis l'automatisation des outils de recherche attirent l'attention des théoriciens, essentiellement aux États-Unis[2]. Ainsi, en 1951, Calvin Mooers analyse la notion de recherche d'information et de descripteur[3] dans son mémoire de maîtrise présenté au MIT en 1948. En 1957, le traitement documentaire bénéficie des innovations apportées par l'ordinateur : c'est la naissance officielle de l'informatique documentaire, des bases de données et des logiciels documentaires. Il en résulte une effervescence conceptuelle dans le versant technique de l'information, comme l'illustre l'apport de Hans P. Luhn avec l'indexation automatique.

Les années 1960 voient la généralisation de l'expression Information Science dans des revues et des institutions américaines, puis son expansion progressive en Europe[N 1]. En France, l'adoption du concept et sa constitution en champs de recherches se vérifie dès les années 70 mais se heurte à davantage de résistances. Devant se définir tant par rapport aux études médiatiques que vis-à-vis de l'informatique, la science de l'information y peine encore à trouver sa pleine légitimité. Néanmoins, l'ampleur des formations initiales dispensées dans plusieurs universités mondiales vont dans ce sens. Par ailleurs, l'explosion informationnelle et l'avènement des médias numériques nécessitent la mise en place de nouvelles formations qui profitent aux sciences de l'information, initialement peu fréquentées par les étudiants. La généralisation de l'utilisation des technologies de l'information réoriente la recherche scientifique autour de l'indexation sociale, l'architecture de l'information, la gestion des connaissances et la médiation numérique.

Fondements[modifier | modifier le code]

Trois processus composent le paradigme de cette science [4]  : la construction, le traitement et l'usage de l'information. En effet, cette tripartition englobe les perspectives de recherches dans ce domaine et explique la nécessité de solliciter aussi bien un savoir technique que sociologique et cognitif. Une première définition de la SI proposée par Harold Borko et diffusée en 1961 lors d'une conférence organisée par le Georgia Institute of Technology affirme que :"la science de l'information est une science qui explore les propriétés et le comportement de l'information, et les moyens de traiter l'information pour une accessibilité et une ergonomie optimales. Ses modalités incluent sa genèse, sa dissémination, son organisation, sa collecte, son archivage, sa recherche, son interprétation et sa réutilisation."[4],[N 2]

La science de l'information n'étudie pas toutes les acceptions du concept d'information, en particulier ceux utilisés par les mathématiciens dans le cadre de la théorie de l'information et des généticiens à propos du code génétique. La théorie mathématique de l'information, ou théorie du signal, considère l'information dans sa dimension technique et quantitative, évacuant sa dimension qualitative et sémantique[5]. Néanmoins, des divergences herméneutiques demeurent encore vivaces, par exemple entre une conception objective et une approche subjective de l'information[6]. La recherche s'intéresse donc aussi bien aux mécanismes cognitifs de la signification chez l'individu qu'aux conditions matérielles du savoir.

La science de l'information défend de manière générale une position plus positiviste que la science de la communication[7]. Elle privilégie une approche technique et pratique de la transmission des messages : son questionnement essentiel réside dans la circulation l'information, d'un contenu objectivable et manipulable. À l'inverse, la science de la communication s'intéresse davantage aux enjeux de pouvoirs et à la construction médiatique de l'information, à l'énonciation du discours ainsi qu'aux industries culturelles. Concrètement, l'information est le message et la communication, le processus de transmission et d'interactions qui reçoit ce message et qui lui donne sens. La science de l'information ne se réduit cependant pas à une description de techniques, elle s'intéresse aussi au contexte sociologique, historique et linguistique et même juridique dans laquelle évolue tout contenu informatif : c'est le cas aujourd'hui des études menées sur l'éducation aux médias et à l'information, ou encore des enseignements dispensés en droit de l'information ainsi qu'en édition numérique, qui permettent de questionner la production et la diffusion de l'information à l'heure des réseaux numériques. Néanmoins, il n'existe pas de consensus sur la structure de la discipline, ni de frontières cloisonnées avec les sciences de la communication. Sa spécificité tient dans l'étude d'une communication orientée à des fin informatives. C'est le but notamment des Sciences de l'information et de la communication que de fédérer la communication et l'information.

Domaines de recherches[modifier | modifier le code]

Hubert Fondin distingue trois groupes de recherches[2]. Les premiers se focalisent sur une approche technique de l'information, en relation avec les pratiques documentaires et l'information scientifique et technique (interviennent alors les pratiques liées à la veille et au traitement documentaire). Les seconds revendiquent la légitimité d'une science "exacte" et notamment la possibilité de formuler des lois qui régissent les flux d'informations en circulation. Ils considèrent l'information comme un objet quantifiable et mesurable indépendamment des acteurs et des enjeux qui la constituent. Les troisièmes forment un noyau de chercheurs restreints et récents. Ils ne s’intéressent pas tant aux outils qu'aux dispositifs de recherches, aux usages et aux besoins d'informations dans leur particularités. Ces derniers se rapprochent des sciences de la communication, avec des thèmes de recherche centrés sur les pratiques informationnelles et les modes d'acquisition du savoir l'économie de l'information (que l'on différencie d'une certaine manière de l'économie de l'attention formulée par Herbert Simon et qui est propre à la communication) ou encore le courant des uses of gratification.

Ce schéma illustre la diversité des disciplines et des thèmes abordés par la science de l'information sans prétendre en donner une cartographie rigoureuse.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Boure (éd.) Les Origines des sciences de l'information et de la communication. Regards croisés. Septentrion
  2. a, b et c Hubert Fondin, "La science de l'information ou le poids de l'histoire", Les Enjeux de l'information et de la communication, 2005,
  3. Bruno Menon, "Les Langages documentaires" Un panorama, quelques essais critiques et un essai de bilan. Documentaliste-Sciences de l'Information, 2007/1 Vol. 44, p. 18-28.
  4. a et b Nicolae George Dragunalescu, "De nouveaux modèles pour les sciences de l'information ?"
  5. L.Floridi, "Semantic Conceptions of Information", Standford Encyclopedia of Philosophy, 2005
  6. Sylvie Leleu-Merviel et Philippe Useil, Quelques révisions du concept d'information, Paris, Hermès science publ. : Lavoisier, impr., coll. « Problématiques émergentes dans les sciences de l'information. Traité des sciences et techniques de l'information. Série Environnements et services numériques d'information »,‎ 2008 (ISBN 978-2-7462-2110-9, notice BnF no FRBNF41374041, lire en ligne) chap. 1
  7. Fondin Hubert, « La science de l'information : posture épistémologique et spécificité disciplinaire », Documentaliste-Sciences de l'Information, 2001/2 Vol. 38, p. 112-122. DOI : 10.3917/docsi.382.0112

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sa reconnaissance se manifeste par exemple avec la transformation de l'American Document Institute en American Society for Information Science, devenue la American Society for Information Science and Technology  (en) en 1968.
  2. Harold Borko reprend et développe la définition des sciences de l'information dans un article célèbre, "Information science: what is it?" American Documentation, 1968.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Le Coadic Yves, La Science de l'Information, Puf, (Que sais-je n°2873), 1994