Schwarze Schar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frédéric-Guillaume de Brunswick-Wolfenbüttel
Statue de Frédéric-Guillaume de Brunswick-Wolfenbüttel

La Schwarze Schar, originellement Herzoglich Braunschweigisches Korps (Corps du duché de Brunswick) ou Schwarze Legion (Légion Noire), et plus tard par les Britanniques Black Brunswickers, est un corps franc créé le 1er avril 1809 par Frédéric-Guillaume de Brunswick-Wolfenbüttel, le Duc Noir, durant la Cinquième Coalition, pour se battre sur différents lieux de bataille contre Napoléon Ier et l'armée française.

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant la bataille d'Iéna, Charles-Guillaume-Ferdinand de Brunswick-Wolfenbüttel, le père de Frédéric-Guillaume, est blessé mortellement et meurt quelques jours plus tard en novembre 1806. Bien que la principauté de Brunswick-Wolfenbüttel soit resté neutre (Charles-Guillaume-Ferdinand était commandant des troupes prussiennes au combat), l'empereur français décrète en 1807 l'abolition de la maison de Brunswick, la dissolution du duché en l'intégrant dans le royaume de Westphalie nouvellement créé ; Brunswick devient la capitale du département de l'Ocker.

Son épouse Marie de Bade (de) fuit avec leurs fils Charles et Guillaume, en Suède. Frédéric-Guillaume se retire dans sa propriété dans le duché d'Œls refuse le statu quo et commence en septembre 1808 à mettre en place un corps pour reprendre possession de la principauté.

À l'hiver 1808, Frédéric-Guillaume se rend à Vienne et engage durant la Convention (de) le 25 février 1809 devant l'archiduc Charles une force d'après 2 000 hommes, dont 1 000 hussards, 1 000 hommes d'infanterie légère et 125 porteurs d'artillerie, que Frédéric-Guillaume finance sur ses propres frais (en mettant en gage les duchés d'Œls et de Bernstadt (de), en lui assurant qu'il sera un allié de l'Autriche.

Frédéric-Guillaume III de Prusse, pour ménager l'envahisseur français, tente d'empêcher cette formation en confisquant les biens du duc.

Le 25 juillet 1809, la Schwarze Schar présente deux bataillons d'infanterie avec un bataillon libre de chasseurs à pieds, une compagnie de tireurs embusqués, un régiment de hussards, un escadron d'uhlan ainsi qu'une batterie de cavaliers.

À côté du commandant de la troupe, le Duc Noir, une autre personnalité importante est le major Georg Ludwig Korfes (de), adjoint au sein de l'état-major.

Soldat de la Schwarze Schar
Soldat de la Schwarze Schar

L'uniforme[modifier | modifier le code]

L'armée doit son nom de "Schwarze Schar" principalement à cause de l'uniforme noir. L'infanterie porte un polrock noir avec une simple garniture, un pantalon de toile noir, parfois gris, avec un passepoil bleu, des chaussures avec des guêtres gris foncé, un shako avec un plumet noir (remplacé plus tard par une queue de cheval), et une tenue de cuir noir avec des pochettes et un fourreau pour la baïonnette ainsi que deux besaces marron et grise.

La cavalerie porte un dolman noir avec un col et des poignets bleus, une écharpe jaune avec des nœuds bleus et des bottes noires au liseré bleu. Le shako noir a dès le début une queue de cheval et des tours dorés.

L'artillerie est vêtu comme la cavalerie, des collets noirs avec de longues traînes, un pantalon noir avec un passepoil bleu et un sabre de hussard.

Le corps franc, qui se donne comme nom la "nuée de la vengeance" et comme devise "La victoire ou la mort", porte comme une insigne un crâne argenté avec deux os de membres croisés sur le shako. Cette insigne était déjà porté sur le shako du régiment de hussards prussien commandé par Daniel Friedrich von Lossow (de). Le duc Silve de Wurtemberg-Œls (de) est membre de l'Ordre de la Tête de mort. Les deux symboles inspirent le Duc Noir.

Braunschweiger Totenkopf
Tête de mort de Brunswick porté lors des batailles de 1815

Engagement[modifier | modifier le code]

La Schwarze Schar se rassemble en mars 1809 à Náchod et se met en route le 12 mai. Son baptême du feu a lieu le 30 mai à Zittau. La ville est abandonnée après de lourdes pertes, mais peut être reprise. Suivent des engagements à Rumburk et Petrovice en Bohême. En juin, la Schwarze Schar se bat avec l'Autriche dans la Saxe et la Franconie. Après la défaite à la bataille de Wagram, la troupe part de son propre chef vers le nord de l'Allemagne, sur les côtes de la mer du Nord. Des escarmouches se produisent à Halberstadt et lors de la bataille d'Ölper (de). Finalement elle peut embarquer le 6 août à Elsfleth et à Brake pour rejoindre l'Angleterre.

En 1810, la Schar, devenue les chasseurs de Brunswick-Lunebourg (de) ou de Brunswick-Œls, se bat sous le commandement d'Arthur Wellesley en Espagne et au Portugal, en face de l'armée de Westphalie. Après la démission de Napoléon, les troupes reviennent à Brunswick où elles forment le Braunschweigisches Leibbataillon (de) qui se bat ensuite à Quatre Bras et à Waterloo.

Après plusieurs changements de nom, les troupes régulières issues de la Schwarze Schar intègrent l'armée prussienne en 1886 comme le 17e régiment de hussards de Brunswick (de) et le 92e régiment d'infanterie de Brunswick.

Membres célèbres de la Schwarze Schar[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

En Angleterre, les Black Brunswickers sont salués comme des héros. Ils sont à l'origine d'une mode "à la Brunsvic" : un spencer, voire une robe de baptême noire. Ils deviennent ainsi des exemples en Europe. Après 1813, ces soldats font l'objet de poèmes, de chansons, de livres ou de peintures.

Source, notes et références[modifier | modifier le code]

  • (de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Wilhelmine von Sagan » (voir la liste des auteurs)
  • Horst-Rüdiger Jarck, Gerhard Schildt (Hrsg.): Braunschweigische Landesgeschichte. Jahrtausendrückblick einer Region. Appelhans, Braunschweig 2000, ISBN 3-930292-28-9.
  • Gustav von Kortzfleisch: Geschichte des Herzoglich Braunschweigischen Infanterie-Regiments und seiner Stammtruppen 1809–1902. = Geschichte des Braunschweigischen Infanterie-Regiments Nr. 92. 3 Bände, Limbach, Braunschweig 1896–1903.
  • Gustav von Kortzfleisch: Des Herzogs Friedrich Wilhelm von Braunschweig Zug durch Norddeutschland im Jahre 1809. In: Militär-Wochenblatt. Beiheft 9/10, 1894, S. 300–396.
  • Fred Mentzel: Der Vertrag Herzog Friedrich Wilhelms von Braunschweig mit der britischen Regierung über die Verwendung des Schwarzen Korps (1809). In: Braunschweigisches Jahrbuch. Bd. 55, 1974, (ISSN 0068-0745), S. 230–239, online.
  • Otto von Pivka: The Black Brunswickers. Osprey Men-at-Arms, Reading 1973, ISBN 0-85045-146-9.
  • Ludwig Ferdinand Spehr: Friedrich Wilhelm, Herzog von Braunschweig-Lüneburg-Oels. 2. Ausgabe des Friedrich Wilhelm's Album. s. n., Braunschweig 1861, Numérisation.
  • Detlef Wenzlik: Unter der Fahne des Schwarzen Herzogs 1809 (= Die Napoleonischen Kriege. Bd. 9). VRZ-Verlag Zörb, Hamburg 2002, ISBN 3-931482-87-1.
  • H. von Franckenberg-Ludwigsdorff, Erinnerungen an das Schwarze Corps, welches Herzog Friedrich Wilhelm von Braunschweig-Oels im Jahre 1809 errichtete, Numérisation