Schisme de Montaner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'église catholique de Montaner, dédiée à Saint Pancrace.

L'expression Schisme de Montaner désigne les événements qui ont conduit, entre 1967 et 1969, presque tous les habitants de Montaner, un hameau de la commune de Sarmede, dans la province de Trévise, en Italie, à abjurer le catholicisme et à embrasser la religion orthodoxe, en raison de sérieux désaccords avec l'évêque du diocèse de Vittorio Veneto, l'évêque Albino Luciani, futur pape Jean-Paul Ier.

Historique[modifier | modifier le code]

Les problèmes commencent lorsque le vieux curé de la paroisse, le père Joseph Faè, meurt le . Les paroissiens souhaitaient que le nouveau curé soit l’adjoint du père Faè, le père Antoine Botteon, qui depuis longtemps avait assisté spirituellement et physiquement le vieux curé.

La population avait proposé à l'évêque de garder le père Botteon comme vice-curé, mais Mgr Luciani avait répondu que pour un petit village comme Montaner un seul prêtre suffisait.

Mgr Luciani, par contre, avait déjà nommé le père Jean Gava, qui devait prendre ses fonctions le , rappelant que les curés ne sont pas voulus ou élus par la population, mais nommés par les évêques.

Montaner s’est alors divisée entre les grenouilles de bénitier qui ne voulaient pas désobéir à l’évêque, et les chats qui désiraient le père Antoine comme nouveau curé.

Les paysans ont muré les portes de l'église et ne permirent pas le déplacement du nouveau curé, le père Jean. Ils souhaitaient aller à Rome pour parler avec le pape, mais le Vatican leur a fait savoir qu'ils devaient se mettre d'accord avec leur évêque, qui pour calmer l'ambiance avait nommé comme curé temporaire un vieux carmélite, le frère Casimiro de Monselice, pour six mois[1]. Comme la population ne changeait pas d'opinion, Mgr Luciani avait nommé un nouveau curé, père Pierre Venier.

Le la population enferma le père Venier dans le grenier de la maison presbytérale. Dès lors, Mgr Luciani vint à Montaner, escorté par la police, et retira le Saint-Sacrement du tabernacle, laissant l'église déconsacrée.

Le schisme[modifier | modifier le code]

L'église orthodoxe de Montaner.

La population a alors provoqué un schisme, en fondant l'église orthodoxe de Montaner. Le était célébrée la première messe orthodoxe avec le rite byzantin. Le curé orthodoxe, père Calude Vettorazzo s'est définitivement installé à Montaner en juin 1969 et le , l'église était consacrée.

Par contre, la communauté orthodoxe de Montaner rencontra quelques problèmes d'identité, parce que sa fondation fut causée plus par le désaccord avec Mgr Luciani que par une véritable identité orthodoxe. Et aussi le père Claude avait beaucoup de problèmes juridiques et financiers non réglés, et il fut incarcéré en 1994[2].

Ce n'est qu'à partir de 1998 que la communauté officie en utilisant le rite byzantin. En 2000, une abbaye est fondée qui dépend du Patriarcat de Constantinople.

Aujourd'hui les deux communautés chrétiennes vivent en pleine harmonie, et la paroisse orthodoxe est également fréquentée par les immigrés de l'Europe de l'Est.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Valentina Ciciliot, Il caso Montaner. Un conflitto politico tra chiesa cattolica e chiesa ortodossa, Venezia - Ca' Foscari, 2004.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire du schisme
  2. Sexe et drogue dans la maison de l'évêque