Schepdaal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Schepdaal
Schepdaal de nuit
Schepdaal de nuit
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau du Brabant flamand Province du Brabant flamand
Arrondissement Hal-Vilvorde
Commune Dilbeek
Code postal 1703
Zone téléphonique 02
Démographie
Population 5 331 hab. (31/12/2006)
Densité 649 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 50′ 18″ N 4° 11′ 45″ E / 50.83833, 4.1958350° 50′ 18″ Nord 4° 11′ 45″ Est / 50.83833, 4.19583  
Superficie 821 ha = 8,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Brabant flamand

Voir sur la carte administrative du Brabant flamand
City locator 14.svg
Schepdaal

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Schepdaal

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Schepdaal

Schepdaal est une section de la commune belge de Dilbeek située en Région flamande dans la province du Brabant flamand.

Château Brifaut ou dit "de Schepdaal"[modifier | modifier le code]

Situé au croisement des rues Scheestraat et Vaerenbergstraat, ainsi que de la Wyngaardstraat et de la chaussée de Bruxelles, le château de Schepdaal, avec son parc, ses avenues, ses dépendances, ses terres et prairies, ainsi que son étang (aujourd'hui disparu), est situé sur les communes de Schepdaal et de Lennick-Saint-Martin. La propriété a une contenance globale d’environ 17 hectares.

Le château de Schepdaal fut initialement occupé par le notaire bruxellois Daniel Léopold Gustave Eliat-Eliat, chevalier de l’Ordre de Léopold (Bruxelles, 7 mai 1826 – Château de Schepdael, 17 juin 1888), qui y décéda. Notaire de 1862 à 1888, Gustave reprit l’étude de son oncle, Henri Eliat (Bruxelles, 2 novembre 1798), actif de 1832 à 1861, qui l’avait adopté[1]. Gustave Eliat était également connu comme un amateur passionné d’agronomie et d’horticulture, y consacrant tous ses loisirs et décorant de ses plus belles fleurs les fenêtres de son hôtel de la rue neuve. Il participa et gagna plusieurs concours et expositions, notamment lors de l’Exposition nationale de Bruxelles en 1880. Gustave épousa Hélène-Caroline Mersman (Bruxelles, 24 septembre 1841 – 3 mai 1907), dont il eut 5 enfants. Leur 5e enfant, Laure Eliat-Eliat (Bruxelles, 16 mai 1876 – 9 mai 1899) épousa Alexis van Damme (St-Josse, 25 novembre 1873 – Schepdael, 11 avril 1949), conseiller à la Société Générale de Belgique[2].

À la fin du 19e siècle, le château appartenait à la famille Van Hoorde. Le 8 septembre 1914, il fut visité notamment par les Allemands, alors qu'une Mlle Van Hoorde y vivait encore [3].

Au cours de l'entre-deux-guerres, le château passa aux mains de multiples propriétaires : notamment Victorienne Ghislaine Françoise Renée, comtesse de Mérode, douairière du comte John d’Oultremont, qui vendit le château à la baronne Albert Sloet van Oldruitenborgh (née Marie Laurence Valérie Orban) en 1923. En 1928, cette dernière revendit le château à Mme Charles Claes (née Léona Zoude) et à ses enfants Louise, Lucie et Charles.

Dès que le bien fut acheté en 1928, d'importants travaux débutèrent. En novembre 1928, il ne restait plus que la façade arrière du château initial, avant sa reconstruction tel qu’il est aujourd’hui. Les travaux furent réalisés par l’entrepreneur Kinnard au cours de l'année 1929. En août 1932, Louise Claes, épouse du député et sénateur catholique Valentin Brifaut (1875-1963), devint propriétaire à part entière du château[4]. C'est depuis cette époque que le château fut appelé "Château Brifaut".

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le château fut occupé par un état-major allemand de troupes de transmission, qui tenta vainement de le détruire avant de s'enfuir. Il fut ensuite occupé par les troupes alliées, avant d'être pillé par la population avoisinante[5]. À la suite de ce pillage, la famille Brifaut abandonna l'idée de s'y réinstaller.

En septembre 1954, le château fut dès lors revendu à l'Asbl "Prévoyance sociale - De Sociale Voorzorg". Il est devenu aujourd'hui une institution scolaire pour personnes légèrement handicapées, dénommée "Levenslust M.P.I." (Scheestraat, 74, 1750 Lennik)[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alex TILLOT, Notaires belges. Notes biographiques et professionnelles. Première série. Notaires de l’arrondissement de Bruxelles, Bruxelles, 1902, p. 73-79.
  2. Voir Léon ROBIN, La descendance de Jean van Hoegaerden, Bruxelles, 1951.
  3. Albert HENRY, François LIVRAUW, André de RIDDER, La Chambre des Représentants en 1894-1895, Bruxelles, 1896, p. 420 et Rapports et documents d’enquête. Rapports sur les attentats commis par les troupes allemandes pendant l’invasion et l’occupation de la Belgique, vol.1, n°2, Bruxelles, 1923, p. 131.
  4. Thierry SCAILLET, Valentin et Henry Brifaut. Parcours d'un père et d'un fils, Bruxelles, Event Business, 2008.
  5. Voir Archives des réseaux Tégal et Zéro, Bruxelles, AGR, 1975, p. 20.
  6. Voir http://www.levenslustvzw.be/