Sceliphron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sceliphron est un genre d'hyménoptères appartenant à la famille des Sphecidae, à la sous-famille des Sceliphrinae et à la tribu des Sceliphrini. Les espèces de ce genre sont communément appelées guêpes maçonnes.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Comportement[modifier | modifier le code]

Ce sont des guêpes solitaires, qui construisent pour leurs larves des nids individuels constitués de boue séchée et de salive.

Les nids sont souvent construits dans des endroits ombragés ou abrités de la pluie, parfois (comme le font les osmies) dans des trous de fenêtres ou de ventilation.
Une femelle peut en une seule journée construire une cellule, en faisant des dizaines de voyages pour ramener de la boue. Quand un nid est terminé et approvisionné en araignées paralysées qui serviront de nourriture aux larves (jusqu'à une petite dizaine de petites araignées par loge ; les araignées proies sont notamment des araignées sauteuses), la femelle ajoute de nouvelles cellules, une par une jusqu'à ce qu'elle ait cessé de pondre.

Chaque cellule contient un œuf et plusieurs proies. Les femelles de certaines espèces pondent une moyenne très modeste de 15 œufs au cours de leur vie[1].

Divers parasites attaquent ces nids, y compris plusieurs espèces de guêpes-coucous, qui y pondent alors que la maçonne est absente.

Comme c'est le cas pour la plupart des genres d'insectes, beaucoup d'espèces ne vivent que dans les régions tropicales et équatoriales.

Comme d'autres guêpes solitaires, les espèces du genre Sceliphron ne sont pas agressives et ne piquent pas à moins d'être malmenées.

Elles sont parfois considérées comme bénéfiques, notamment à proximité des habitations dans les régions où l'on trouve des araignées dangereuses, en raison de leur rôle de limitation des populations d'araignées, bien que les araignées soient elles-mêmes bénéfiques dans la lutte intégrée contre les insectes dits ravageurs ou piqueurs.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Deux espèces introduites, une espèce américaine de S. caementarium [2], et une espèce asiatique, Sceliphron curvatum[2] se montrent invasives dans certaines parties de l'Europe, dont en France où elles ont été introduites dans les années 1970-1980 et observées en forte augmentation ces dernières années dans le sud-est[3] après avoir été introduite en Europe au moins depuis 1979 et en France au moins depuis 1998. Elles pourraient ainsi menacer les espèces autochtones que sont S. spirifex (Linné), S. Madraspatanum tubifex (Latreille) et S. destillatorium (Illiger).

Systématique[modifier | modifier le code]

Le genre Sceliphron a été décrit par le médecin et entomologiste allemand Johann Christoph Friedrich Klug en 1801.

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Pelopoeus Latreille, 1802
  • Pelopaeus Latreille, 1804
  • Sceliphrum W. Schulz, 1906
  • Prosceliphron van der Vecht in van der Vecht and van Breugel, 1968
  • Hensenia Pagliano and Scaramozzino, 1990

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Liste des espèces classées par sous-genre [4]

Il existe deux sous-genres :

  • Sceliphron (Sceliphron) Klug, 1801
Sceliphron caementarium (Drury, 1770)
Sceliphron destillatorium (Illiger, 1807)
Sceliphron funestum Kohl, 1918
Sceliphron laetum (Smith, 1856)
Sceliphron madraspatanum (Fabricius, 1781)
Sceliphron spirifex (Linnaeus, 1758)
  • Sceliphron (Prosceliphron) Van der Vecht, 1968
Sceliphron curvatum (Smith, 1870)
Sceliphron formosum (Smith, 1856)


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bitsch, J. & J. Leclercq. 1993. Faune de France 79. Hyménoptères Sphecidae d'Europe Occidentale, volume I. Fédération Française des Sociétés de Sciences Naturelles, Paris, 325 pp.
  • Bitsch, J. & Y. Barbier. 2006. Répartition de l'espèce invasive Sceliphron curvatum (F.Smith) en Europe et plus particulièrement en France (Hymenoptera, Sphecidae). Bulletin de la Société entomologique de France, 111(2): 227-237.
  • Bitsch, J., Y. Barbier, S.F.Gayubo, K. Schmidt & M. Ohl. 1997. Faune de France. Hyménoptères Sphecidae d’Europe Occidentale, volume II. Fédération Française des Sociétés de Sciences Naturelles, Paris 1997. 429 pp., 76 planches, 154 cartes.

Références[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Autres références[modifier | modifier le code]

  • Observations on the biology of Sceliphron spirifex (Linnaeus, 1758) in Romagna, Pezzi G.
  • Aleksandar Ćetković, « Further evidence of the Asian mud-daubing wasps in Europe (Hymenoptera: Sphecidae) », Entomological Science, vol. 7, no 3,‎ 2004, p. 225–229 (lien DOI?)
  1. [1]
  2. a et b page de zoologie.umh sur les scheliphroni
  3. Bitsh Jacques ; Barbier Yvan ; Répartition de l'espèce invasive Sceliphron curvatum (F. Smith) en Europe et plus particulièrement en France (Hymenoptera, Sphecidae) = Geographical extension of the Asian mud-daubing wasp Sceliphron curvatum (F. Smith) in Europa and more especially in France (Hymenoptera, Sphecidae) (avec clé de détermination des espèces françaises de Sceliphrini), Bulletin de la Société entomologique de France ; ISSN:0037-928X (Fiche Inist/CNRS)
  4. Biolib