Sceau de Salomon (légende)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sceau de Salomon.
Sceau de Salomon simple

Par sceau de Salomon, on peut entendre deux choses, liées :

  • une légende, relative au roi Salomon ;
  • un symbole graphique, fait de deux triangles entrelacés, dit hexagramme étoilé ou « triangle de Salomon ».

Selon la tradition chrétienne, islamique et juive[modifier | modifier le code]

Dans les légendes médiévales juives, islamiques et chrétiennes, le sceau de Salomon était un anneau magique que le roi Salomon (Sulaymân dans la version islamique) était censé avoir possédé, et qui lui donnait simultanément le pouvoir de commander les éfrits et les génies (jinn) ou de parler avec les animaux. Le Coran, sans citer explicitement le Sceau, fait une large part à ces légendes concernant les pouvoirs de Salomon. Dans un des Contes des Mille et Une Nuits, un mauvais génie a été emprisonné pendant 1800 ans dans une bouteille de cuivre scellée d'un bouchon de plomb estampillé par l'anneau.

Dans certaines versions de l'histoire, l'anneau était fait de fer et de laiton, serti de quatre joyaux, avec le nom de Dieu gravé sur lui. Dans des versions plus tardives, l'anneau porte simplement ce qu'on appelle maintenant l'étoile de David (ou hexagramme), souvent à l'intérieur d'un cercle, habituellement avec les deux triangles entrelacés (par conséquent asymétrique) plutôt qu'entrecroisés. Souvent les intervalles contiennent des points ou d'autres symboles. D'autres versions le voient comme un pentagramme, ou comme d'autres figures plus compliquées. Les travaux sur la démonologie, comme Les Clavicules (les petites clefs) de Salomon, dépeignent typiquement le Sceau comme constitué de deux cercles concentriques, avec un certain nombre de signes mystiques entre les deux cercles, et des formes géométriques variées, plus ou moins compliquées, dans le cercle interne.

Dans une histoire juive[1], on prétend que le démon Sakhr a trompé une des femmes de Salomon pour lui dérober l'anneau. Sakhr aurait alors régné à sa place pendant quarante jours (quarante années, dans certaines versions) tandis que Salomon errait misérablement dans la contrée. Toutefois, par la suite, Sakhr ayant jeté l'anneau dans la mer, celui-ci fut avalé par un poisson qu'un pêcheur attrapa, et qui fut servi à Salomon. Comme punition, Sakhr dut construire une grande synagogue ou temple pour Salomon.

Cependant, la plus ancienne de telles histoires est datée de plus de mille ans après l'époque de Salomon, et l'histoire du poisson, en particulier, présente une forte ressemblance avec le conte de Polycrate de Samos par Hérodote.

Une nouvelle théorie sur ce qu'était réellement le Sceau de Salomon se trouve dans le livre Le Sceau de Salomon, secret perdu de la Bible[2] par Janik Pilet. D'après lui, c'était une technique d'inspiration sacrée utilisée par nombre d'auteurs de l'Ancien comme du Nouveau Testament, et sa construction complète serait décrite très précisément dans le premier texte de la Bible, le récit de la création en six jours.

Le symbole magique[modifier | modifier le code]

Références modernes[modifier | modifier le code]

Rudyard Kipling en fait l'objet du conte Le papillon qui tapait du pied. Sam et Dean Winchester l'utilisent contre les démons dans Supernatural

Notes[modifier | modifier le code]

  1. voir site de la jewishencyclopedia
  2. voir le site

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]