Scandale des cassettes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le scandale des cassettes - parfois appelé Kuchmagate, par analogie avec le scandale du Watergate - est le nom donné à l'affaire des cassettes audio qui auraient été enregistrées dans le bureau de l'ancien président de l'Ukraine, Leonid Koutchma, et selon lesquelles il aurait commandité à la fin de l'année 2000 l'assassinat du journaliste d'opposition Gueorgui Gongadzé.

Présentation[modifier | modifier le code]

On entend sur les cassettes en cause le président Koutchma ordonner que l'on « éloigne » le journaliste d'opposition Gueorgui Gongadzé. Or, celui-ci a été retrouvé décapité quelque temps après[1]. Il propose également sur ces cassettes de kidnapper Gongadzé et de l'envoyer « en Tchétchénie »[2].

De plus, on entend également sur ces cassettes le ministre de l'Intérieur de l'époque, Iouri Kravtchenko, se vanter de disposer d'hommes de main, dont il déclare qu'ils forment « une équipe incroyable. Des aigles [...] qui n'ont pas de principes moraux, rien de ce genre[1]... ». Les pays occidentaux, et notamment les États-Unis, ont critiqué Koutchma pour avoir entravé l'enquête sur l'assassinat de Gueorgui Gongadzé ; en signe de « bonne volonté », le président ukrainien a décidé de limoger Iouri Kravtchenko au mois de mars 2001[1].

Le scandale a été à l'origine du mouvement d'opposition L'Ukraine sans Koutchma.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Un « Watergate » ukrainien
  2. Gueorgui Gongadzé, martyr de la démocratie ukrainienne

Liens externes[modifier | modifier le code]