Scala (langage)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scala (homonymie).
Scala
Logo.

Apparu en 2003
Auteur Martin Odersky
Développeur Programming Methods Laboratory of EPFL
Dernière version stable 2.11.1 (le 21 mai 2014)
Version en développement 2.11.0-M5
Paradigme Objet, impératif, fonctionnel
Typage statique, fort, inféré, structurel
Influencé par Eiffel, Java, Pizza[1], Haskell, Erlang, Standard ML, OCaml, Smalltalk
Système d'exploitation JVM, CLR
Licence BSD
Site web www.scala-lang.org

Scala est un langage de programmation multi-paradigme conçu à l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) pour exprimer les modèles de programmation courants dans une forme concise et élégante. Son nom vient de l'anglais Scalable language qui signifie à peu près « langage adaptable » ou « langage qui peut être mis à l'échelle ». Il peut en effet être vu comme un métalangage.

Scala intègre les paradigmes de programmation orientée objet et de programmation fonctionnelle, avec un typage statique. Il concilie ainsi ces deux paradigmes habituellement opposés (à de rares exceptions près, telle que le langage OCaml) et offre au développeur la possibilité de choisir le paradigme le plus approprié à son problème.

Il est prévu pour être compilé en bytecode Java (exécutable sur la JVM), ou .Net. Ces deux plateformes sont supportées officiellement par l'EPFL.

Si on souhaite l'utiliser exclusivement avec la JVM, il est alors possible d'utiliser les bibliothèques écrites en Java de façon complètement transparente. Ainsi, Scala bénéficie de la maturité et de la diversité des bibliothèques qui ont fait la force de Java depuis une dizaine d'années. De plus, il est possible d'invoquer du code écrit en Scala à partir de programmes écrits en Java ce qui facilite la transition de Java à Scala.

Les développeurs habitués à un seul paradigme (par exemple ceux ayant utilisé principalement Java qui, lui, repose sur la programmation orientée objet) peuvent trouver ce langage déroutant et difficile car il nécessite l'apprentissage de concepts différents si on veut pouvoir exploiter tout son potentiel. Néanmoins, il est tout à fait possible de l'utiliser dans un premier temps comme remplaçant de Java, en profitant alors de sa syntaxe épurée, puis d'utiliser les différents « nouveaux » concepts au fur et à mesure de leur apprentissage.

Exemple Hello World[modifier | modifier le code]

Le programme Hello world écrit en Scala, à la manière de Java :

object HelloWorld {
  def main(args: Array[String]) {
    println("Hello, world!")
  }
}

ou bien simplement sans déclaration de classe et de méthode statique, avec un simple objet singleton :

object HelloWorld extends App {
  println("Hello, world!")
}

Un de ces deux exemples peut être enregistré dans un fichier HelloWorld.scala et compilé en ligne de commande :

$ scalac HelloWorld.scala

puis exécuté :

$ scala -classpath . HelloWorld

En utilisant Scala à la manière d'un langage de script :

println("Hello, world!")

est enregistré dans un fichier HelloWorld2.scala, puis exécuté directement en ligne de commande :

$ scala HelloWorld2.scala

Le code source peut aussi être fourni directement à l'interpréteur avec l'option -e :

$ scala -e 'println("Hello, World!")'

Outils[modifier | modifier le code]

Intégration IDE, éditeur de texte[modifier | modifier le code]

Frameworks de Tests[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Martin Odersky et al., An Overview of the Scala Programming Language, 2nd Edition.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Outils de développement[modifier | modifier le code]