Sbeïtla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la ville tunisienne moderne. Pour la cité antique, voir Site archéologique de Sbeïtla.
Sbeïtla
Site archéologique de Sbeïtla
Site archéologique de Sbeïtla
Administration
Pays Tunisie Tunisie
Gouvernorat Kasserine
Délégation(s) Sbeïtla
Maire Naceur Mahmoudi[1]
Code postal 1250[2]
Démographie
Gentilé Sbeïtlien
Population 20 253 hab. (2004[3])
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 13′ N 9° 03′ E / 35.21, 9.05 ()35° 13′ Nord 9° 03′ Est / 35.21, 9.05 ()  
Altitude 525 m
Superficie 113 350 ha = 1 133,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tunisie (administrative)

Voir la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Sbeïtla

Géolocalisation sur la carte : Tunisie (relief)

Voir la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Sbeïtla

Sbeïtla (سبيطلة), connue dans l'Antiquité sous le nom de Sufetula, est une ville du centre de la Tunisie. Dépendant du gouvernorat de Kasserine, elle regroupe 20 253 habitants en 2004[3]. Elle est le centre de la délégation du même nom qui s'étale sur une superficie de 1 133,5 km2[4]. Point d'entrée de la conquête de l'Afrique du Nord par les Arabes musulmans, elle est surtout connue pour son important site archéologique dont il subsiste de nombreux vestiges.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sbeïtla est le centre de la délégation du même nom et d'une municipalité qui s'étend sur 113 350 hectares[5]. Située à 260 kilomètres au sud-ouest de Tunis, à 150 kilomètres à l'ouest de Sfax et à 32,7 kilomètres à l'est de Kasserine, elle se trouve sur le parcours de la RN13.

Communes limitrophes de Sbeïtla
Thala Sbiba, El Ayoun Sbiba, Gouvernorat de Sidi Bouzid
Foussana Sbeïtla Gouvernorat de Sidi Bouzid
Hassi El Ferid Hassi El Ferid Gouvernorat de Sidi Bouzid

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Sbeïtla est semi-aride comme une grande partie du Centre-Ouest de la Tunisie[5].

Transports[modifier | modifier le code]

La ville de Sbeïtla est reliée aux villes environnantes par un réseau de louages qui ne cesse de se développer pour assurer la fluidité de la circulation des personnes. La Société nationale de transport interurbain, moins présente, offre aussi le même service. Le transport en commun est assuré par un réseau de taxis.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville est fondée par l'empereur romain Vespasien, le fondateur de la dynastie des Flaviens qui règnent sur l'empire de 69 à 96. Les armées romaines viennent de pacifier la région alors en proie aux attaques berbères, et des terres sont attribuées aux vétérans qui peuvent ainsi protéger les frontières des incursions étrangères[6].

À l'époque du calife Othmân ibn Affân, Sbeïtla est le point d'entrée de la conquête de l'Afrique du Nord par les Arabes musulmans, sous la conduite des sept Abdullah — `Abdullah ibn az-Zubayr, Abdullah ibn Abbas, Abdullah ibn Omar, Abdullah ibn Masud, Abdullah ibn Amr ibn al-As, Abdullah ibn Djafar ibn Abi Talib et Abd Allâh ibn Saad ibn Sarh — qui réussissent à battre le patrice Grégoire, dans des batailles qui voient en l’an 647 la victoire de la nouvelle religion, ouvrant ainsi une nouvelle page dans l’histoire de la Tunisie en particulier et celle du Nord de l’Afrique en général[7].

Au XIXe siècle, Sbeïtla figure parmi les villes prises par le 66e régiment d'infanterie de l'armée française, après le débarquement de sa 1re compagnie, le 10 septembre 1881, dans le quartier de la kasbah de Tunis.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, qui s'inscrit en Afrique du Nord dans la campagne de Tunisie, et comme d'autres villes du gouvernorat de Kasserine, Sbeïtla est le théâtre de combats dans ce qu'on appelle la bataille de Kasserine, opposant les États-Unis sous le commandement de Lloyd Fredendall et le Troisième Reich sous le commandement d'Erwin Rommel, et qui a lieu entre le 19 et le 25 février 1943[8].

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Sbeïtla repose principalement sur les activités artisanales, l'agriculture et le tourisme.

Industrie[modifier | modifier le code]

La ville abrite deux modestes zones industrielles. La délégation étant classée en zone de développement régional prioritaire, on accorde aux investisseurs 25 à 30 % de l'investissement global, via un fonds incluant un plafond de 1,5 à deux millions de dinars, ainsi que la prise en charge par l’État de la cotisation patronale au régime légal de la sécurité sociale pendant les dix premières années à partir de la date d'entrée en activité effective, en plus d'autres avantages[9].

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'agriculture et des produits agroalimentaires, en particulier l'huile d'olive, représentent une part importante de l'économie de la ville. La répartition des sols selon leurs vocations est composée de 58 750 hectares de terres labourables, 40 847 hectares de forêts et d'alfa et 7 196 hectares de parcours, soit un total de 106 793 hectares[10].

Selon les statistiques de 2008, le taux d’utilisation des superficies irrigables est de 90 % ; les superficies irriguées de la délégation de Sbeïtla atteignent 2 930 hectares sur un total de 3 366 hectares irrigables. 60 % des superficies exploitées sont gérées par des privés[10].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Grâce à son site archéologique, le tourisme représente une autre part de l'économie locale.

Culture[modifier | modifier le code]

Sbeïtla célèbre depuis 1980 son festival international, une manifestation culturelle qui, malgré son ancienneté, reste en difficulté en raison des restrictions budgétaires de la part du ministère de la Culture qui lui octroie uniquement la somme de 80 000 dinars. Ce budget ne suffit pas au festival pour garantir à ses spectateurs des grands spectacles ; il se contente donc d'artistes locaux dans le cadre de la coopération culturelle[11].

Vue du théâtre de Sbeïtla

La ville célèbre aussi depuis 2001 le Festival international du printemps de Sbeïtla, fondé par le poète et acteur Adnen Helali et ses amis[12], une manifestation culturelle organisée par l'association Founoun Sufetula avec la collaboration du comité culturel local[13].

Les spectacles du festival se déroulent dans le théâtre de Sbeïtla situé au sein de son site archéologique[12]. Le 30 mars 2014, le festival démarre sa treizième édition avec l'organisation de la Marche des fleurs sur l’avenue Habib-Bourguiba, avec une participation des deux rives de la Méditerranée et de l’Amérique latine. L’originalité de cette édition consiste en l’organisation de cette marche qui prévoit la participation d’environ 2 000 jeunes, en provenance des différentes régions de la république, notamment des régions montagneuses[14].

Cette édition du festival est marquée aussi par la célébration du 150e anniversaire de la révolte du martyr Ali Ben Ghedhahem. D'autres manifestations culturelles ont lieu jusqu'au 6 avril, date de la fin du festival[15].

L'administration du festival soutient aussi la vie culturelle régionale en contribuant régulièrement à la Fête des bergers, une manifestation qui se déroule dans le Djebel Semmama près de Sbeïtla. La fête, animée par des chansons pastorales et la poésie des montagnards, sert à rendre hommage aux bergers qui animent la vie de ces campagnes oubliées et à lancer une action de tourisme alternatif qui soit inspirée des spécificités de la région[16]. La troisième édition de la fête a lieu du 25 et 27 avril 2014 dans un climat tendu suite aux attaques terroristes qui ont eu lieu dans le Djebel Chambi. La fête gagne alors un nouveau rôle : peupler la montagne et chasser les terroristes[17].

Sports[modifier | modifier le code]

La ville est renommée pour son équipe de football, l'Union sportive de Sbeïtla, active dans la poule Centre de la Ligue III durant la saison 2013-2014.

Le 9 juin 2013, l'équipe réalise le meilleur exploit de son histoire et la plus grosse surprise des quarts de finale de la coupe de Tunisie en éliminant le Stade tunisien aux tirs au but (4-2) après un match nul (1-1)[18],[19]. Le 25 mai 2014, l'équipe garantit son passage en Ligue II après avoir dominé le groupe Centre de la Ligue III et battu le club de Bembla sur un score de 3-0.

Le 25 juin 2014, au stade olympique d'El Menzah, le club remporte la coupe de la Ligue amateur Promosport aux tirs aux buts (3-2), aux dépens du tenant du titre, la Mouloudia Manouba, la rencontre s'étant achevée lors du temps réglementaire sur un nul (0-0)[20].

L'Association sportive de Sbeïtla, club de football féminin basé dans la ville, est présidé par Latifa Margheni et joue en Ligue II.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 25 juin 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°47, 28 juin 2011, pp. 1070-1071
  2. (en) Code postal de Sbeïtla (GeoPostcodes)
  3. a et b Recensement de 2004 (Institut national de la statistique)
  4. (ar) Présentation de la délégation de Sbeïtla (gouvernorat de Kasserine)
  5. a et b (ar) Présentation de Sbeïtla (Gouvernorat de Kasserine)
  6. Hédi Slim, Ammar Mahjoubi et Khaled Belkhodja, Histoire générale de la Tunisie, tome I « L'Antiquité », éd. Maisonneuve et Larose, Paris, 2003, p. 224
  7. Présentation de Sbeïtla (Bienvenue en Tunisie)
  8. (en) Charles R. Anderson, Tunisia 17 November 1942 to 13 May 1943, Fort McNair, United States Army Center of Military History, coll. « U.S. Army Campaigns of World War II »,‎ 1993 (ISBN 0-16-038106-1, lire en ligne)
  9. Présentation du gouvernorat de Kasserine (Portail de l'industrie tunisienne)
  10. a et b Agriculture dans le gouvernorat de Kasserine (Ministère tunisien de l'Équipement)
  11. Asma Drissi, « Festival de Sbeitla International, avez-vous dit ? », La Presse de Tunisie, 4 juillet 2013
  12. a et b Asma Drissi, « Un homme pas comme les autres », La Presse de Tunisie, 16 décembre 2013
  13. Présentation du Festival international du printemps de Sbeïtla
  14. « « La Marche des Fleurs » le 30 mars à l’avenue Habib Bourguiba », Baya, 24 janvier 2014
  15. « Culture : démarrage aujourd’hui du Printemps international de Sbeïtla avec la Marche des fleurs », Tunivisions, 30 mars 2014
  16. « La Fête des bergers - Les bergers ratissent leur montagne », Hammam Ensa, 16 mai 2013
  17. Selima Karoui, « Sbeïtla : Il n’y a pas que des bombes dans les montagnes… », Nawaat, 11 décembre 2013
  18. « Coupe de Tunisie : le Stade tunisien éliminé par l'US Sbeïtla », Mosaïque FM, 9 juin 2013
  19. « Coupe de Tunisie : Sbeïtla surprend et élimine le Stade tunisien », Tunisie Tribune, 9 juin 2013
  20. « Football : l'Union Sportive de Sbeïtla remporte la Coupe de la Ligue Amateur et Promosport », Tunivisions, 25 juin 2014
  21. « Biographie de Lotfi Ben Jeddou, ministre de l'Intérieur », Express FM, 27 janvier 2014
  22. (en) Adnen Helali sur l’Internet Movie Database
  23. (en) Résultats olympiques de Mongi Soussi Zarrouki (Sports Reference)
  24. (fr) « Pharmacie centrale de Tunisie – Nomination d'un nouveau PDG », Business News, 25 août 2011
  25. (fr) « Chawki Tabib, nouveau bâtonnier », La Presse de Tunisie, 7 janvier 2012