Sayonara Monsieur Désespoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sayonara monsieur Désespoir)
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Sayonara Monsieur Désespoir

Description de cette image, également commentée ci-après

Sayonara Zetsubō sensei logo

さよなら絶望先生
(Sayonara Zetsubō sensei)
Type Shōnen
Genre comédie
Manga
Auteur Kōji Kumeta
Éditeur Drapeau du Japon Kōdansha
Drapeau de la France Pika Édition
Prépublication Drapeau du Japon Weekly Shōnen Magazine
Sortie initiale 27 avril 2005 – 13 juin 2012
Volumes 30
Anime japonais
Réalisateur
Studio d’animation Shaft
Chaîne Drapeau du Japon Chiba TV
1re diffusion 7 juillet 200723 septembre 2007
Épisodes 12
Anime japonais : Zoku Sayonara Zetsubō sensei
Réalisateur
Studio d’animation Shaft
Chaîne Drapeau du Japon Chiba TV
1re diffusion 5 janvier 200829 mars 2008
Épisodes 13
OAV japonais : Goku Sayonara Zetsubō sensei
Réalisateur
Studio d’animation Shaft
1re diffusion 17 octobre 200817 février 2009
Épisodes 3
Anime japonais : Zan Sayonara Zetsubō sensei
Réalisateur
Studio d’animation Shaft
Chaîne Drapeau du Japon Chiba TV
1re diffusion 4 juillet 200926 septembre 2009
Épisodes 13
OAV japonais : Zan Sayonara Zetsubō Sensei Bangaichi
Réalisateur
Studio d’animation Shaft
1re diffusion 17 novembre 2009janvier 2012
Épisodes 3

Sayonara Monsieur Désespoir (さよなら 絶望先生, Sayonara Zetsubō sensei?, littéralement Au revoir, professeur désespoir) est un manga japonais de Kōji Kumeta qui fut publié en feuilleton dans le Weekly Shōnen Magazine. Cette comédie raconte la vie d'un professeur qui envisage tous les aspects de la vie, de la langue et de la culture de la manière la plus négative possible. En 2007, le manga se voit décerner le 31e Prix du manga de son éditeur Kōdansha dans la catégorie shōnen, à égalité avec Dear Boys: Act 2 de Hiroki Yagami[1], et fut adapté en anime.

Le manga est publié en France par Pika Edition sous le titre Sayonara Monsieur Désespoir. 13 tomes sont parus au 4 décembre 2013

Trame[modifier | modifier le code]

Sayonara Zetsubō Sensei raconte la vie d'un professeur de lycée très pessimiste, Nozomu Itoshiki. En effet, la série commence sur une tentative de suicide de sa part : il essaie de se pendre à un cerisier. Malgré ses efforts, il est sauvé par une fille particulièrement optimiste appelée Kafuka Fuura (même si dans sa tentative elle l'a presque achevé). Elle lui explique que c'est impardonnable de se pendre un jour où il fait si beau, et devant de si beaux arbres. Elle décide de le surnommer le « vice-président rose » (桃色係長, Momoiro Kakarichō?), et pour ce faire elle lui offre une compensation monétaire de 50 yen. En ayant assez de cette fille étrange, Nozomu se rend au lycée où il commence son cours, mais sa tentative de fuite est vaine, car il se trouve que Fuura Kafuka est l'une de ses étudiantes. Et ceci n'est que la pointe de l'iceberg, puisque chacun des étudiants et étudiantes de sa classe possède une personnalité particulièrement excentrique ou une étrange obsession, ce qui entraîne un lot de difficultés que le professeur à tendance suicidaire devra surmonter, en dépit de lui-même.

Chaque chapitre ou épisode de la série est centré sur un aspect particulier de la vie quotidienne, de la culture japonaise ou d'une expression de la langue japonaise. Généralement, le sujet impliqué est poussé à l'extrême (une discussion sur l'« amakudari », le fait de « descendre » du secteur public vers le privé, résulte en Nozomu « descendant » jusqu'à ce qu'il se rendre à une vie antérieure), ou pris au sens littéral (dans la famille de Nozomu, l'« omiai », normalement une rencontre entre un parti potentiel pour un mariage organisé, est transformé en un événement où un mariage est conclu lorsqu'un contact visuel est établi entre deux personnes). Souvent, Nozomu présente à ses étudiants son point de vue pessimiste sur un aspect de la vie habituellement considéré comme positif. Ces analyses, poussées autant que non conventionnelles (où ses étudiants rajoutent leurs points de vue et réactions, ces dernières étant normalement à la fois uniques et particulières) culmine généralement avec un gag final lié au sujet abordé, ou plus rarement, sur une fin absurde et hors-sujet ou un moment de fan service.

Alors qu'il est assez apparent que la série se déroule dans la période contemporaine, l'on retrouve aussi quantité d'aspects visuels évoquant plutôt l'ère Taishō, une époque aux mœurs relativement libérales avant que le nationalisme poussé à l'extrême et le militarisme prennent d'assaut le Japon. La plupart de ces aspects s'inspirent de l'ambiance sociale, de la littérature japonaise et du renouveau artistique de l'ère Taishō. L'un des exemples les plus proéminent est donné par Nozomu et Matoi : ils portent presque toujours un kimono et un hakama (un uniforme d'école japonais qui était porté vers la fin du XVIIIe siècle), mais l'on peut aussi observer une grande variété de ces choix stylistique à travers l'architecture, les véhicules et les technologies retrouvés dans la série. Chaque titre de chapitre fait référence à une œuvre littéraire et chaque chapitre comporte une page titre portant une ressemblance marquée aux cartes karuta, assortie d'une silhouette de style kiri-e. L'anime poursuit dans la même direction en employant parfois un style vieillot et suranné, dans la même veine qu'un film en format pellicule, de même qu'en utilisant les katakana (plutôt que les hiragana) en tant qu'okurigana. De plus, toujours dans l'anime, la date est souvent donnée comme si l'empereur Hirohito était toujours vivant, par exemple, l'an 20 de l'ère Heisei (la vingtième année du règne de l'empereur Akihito, ou 2008 selon le calendrier grégorien) devient l'an 83 de l'ère Showa.

Personnages[modifier | modifier le code]

La plupart des noms des personnages dérivent de mots japonais à prononciation ou écriture similaire ; ces mots décrivent le caractère de chacun.

Famille Itoshiki[modifier | modifier le code]

Nozomu Itoshiki (糸色 望, Itoshiki Nozomu?) 
Doublé par : Hiroshi Kamiya
Le personnage principal, un prof de lycée. Quand son nom de famille est écrit horizontalement, il est similaire au mot zetsubō (絶望?, désespoir), ce qui va avec son caractère paranoïaque, pessimiste, dépressif et suicidaire.
Rin Itoshiki (糸色 倫, Itoshiki Rin?) 
Doublé par : Akiko Yajima
Rin est la sœur de Nozomu. Son prénom s'apparente à zetsurin (絶倫?, inégalée), qui prend ici un caractère sexuel. Zetsurin est aussi l'argot pour « chauffer à blanc ». Elle menace de mort tous ceux qui l'appellent ainsi.
Mikoto Itoshiki (糸色 命, Itoshiki Mikoto?) 
Doublé par : Hiroshi Kamiya
Mikoto est le troisième fils de la famille Itoshiki. Il est médecin à l'Hôpital Itoshiki, mais les patients sont un peu inquiets autour de lui parce que son prénom ressemble au mot zetsumei (絶命?, mort). Il déteste être appelé Zetsumei sensei (« Docteur Lamort »).
Kei Itoshiki (糸色 景, Itoshiki Kei?) 
Doublé par : Takehito Koyasu
Kei est le second fils de la famille Itoshiki. Il est un artiste peintre surréaliste égocentrique. Il dit avoir une femme appelée Yuka (qui signifie le sol, le plancher en Japonais), mais elle n'est en réalité qu'une tache sur son mur. Son prénom devient zekkei (絶景?, paysage inégalé).
Majiru Itoshiki (糸色 交, Itoshiki Majiru?) 
Doublé par : Akiko Yajima
Majiru est le neveu de Nozomu, envoyé vivre avec lui parce que ses parents l'avaient abandonné. Il est régulièrement traumatisé par les étudiantes de Nozomu. Son prénom devient zekkō (絶交?, faille dans une relation).
Tokita (時田, Tokita?) 
Doublé par : Yōji Ueda
Tokita est le majordome de la famille Itoshiki.

Étudiantes[modifier | modifier le code]

Kafuka Fuura (風浦 可符香, Fuura Kafuka?) 
Doublé par : Ai Nonaka
Une étudiante qui voit la vie de la manière la plus positive possible. Elle est l'opposé de Nozomu. Elle a des explications bizarres pour les choses négatives : par exemple, elle appelle le suicide par pendaison « essayer de devenir plus grand » et le harcèlement « amour profond ». Kafuka Fuura n'est qu'un pseudonyme dérivant du nom japonais pour Franz Kafka ; ce nom provient aussi du livre Kafka sur le rivage de Haruki Murakami.
Manami Ōkusa (大草 麻菜実, Ōkusa Manami?) 
Doublé par : Kikuko Inoue
Mariée, elle travaille à plusieurs endroits. Son nom vient de okusama-nami (奥様な身?, égalité à la femme au foyer).
Meru Otonashi (音無 芽留, Otonashi Meru?) 
Doublé par : Chiwa Saito (Épisode 6 de Zoku Sayonara Zetsubō Sensei), sa doubleuse change régulièrement au fil des épisodes et est nommée dans les crédits par une suite de caractères incompréhensibles[2]
Une fille qui ne communique qu'à travers des SMS insultants. Son nom de famille, Otonashi, veut dire « silencieux », et son prénom vient de mêru (メール), un emprunt lexical de l'anglais mail.
Ai Kaga (加賀 愛, Kaga Ai?) 
Doublé par : Saori Gotō
Une fille qui passe son temps à s'excuser pour tout et a un complexe de culpabilité. Son nom, dans le sens de prononciation japonaise, est similaire à kagai (加害?, nuisance).
Chiri Kitsu (木津 千里, Kitsu Chiri?) 
Doublé par : Marina Inoue
Une étudiante qui voudrait que tout dans sa vie soit symétrique, égal. La raie de ses cheveux passe exactement au centre. Elle n'a pas été élue présidente de la classe, mais elle est souvent appelée comme ça à cause de son comportement. Son nom dérive du mot kicchiri (きっちり?, correctement).
Kaere/Kaede Kimura (木村 カエレ, Kimura Kaere?) 
Doublé par : Yū Kobayashi
Récemment rentrée au Japon depuis un pays inconnu, elle a deux personnalités ( respectivement nommé Kaere et Kaede): l'une la « femme japonaise », l'autre l'« étranger stéréotypé » qui menace de poursuites judiciaire. Son prénom vient de kaere (帰れ?), l'impératif du verbe kaeru (帰る?, retourner,partir). On peut donc traduire littéralement son nom par « part Kimura ». Son nom vient également de Kaela Kimura, une chanteuse japonaise.
Abiru Kobushi (小節 あびる, Kobushi Abiru?) 
Doublé par : Yuko Goto
Constamment blessée parce qu'elle ne peut pas résister à l'envie de tirer sur les queues des animaux ; les gens pensent donc qu'elle est victime de violence domestique. Son nom dérive de kobushi wo abiru (拳浴びる?, volée de poings). Les iris de ses yeux sont de couleurs différentes.
Kiri Komori (小森 霧, Komori Kiri?) 
Doublé par : Asuka Tanii
Une hikikomori présentant des aspects de zashiki warashi. Après la visite chez elle du professeur Itoshiki, elle décide de vivre au lycée. La demeure de sa famille s'effondre après son départ (Le départ d'un zashiki warashi est considéré comme un signe néfaste). Son nom vient de komorikiri (籠もりきり?, qui reste chez lui).
Maria Tarō Sekiutsu (関内・マリア・太郎, Sekiutsu Maria Tarō?) 
Doublé par : Miyuki Sawashiro
Une immigrante clandestine. Elle a acheté l'acte de naissance et le numero d'un étudiant, et va au lycée sous son nom. Sekiutsu Tarō vient de seki-uttaro (籍売ったろう?), signifiant « tu as vendu ton propre nom ? ». Maria, est elle-même surnommé "Mataro" ce qui fait référence au manga Mataro ga kuru de Fujiko Fujio.
Matoi Tsunetsuki (常月 まとい, Tsunetsuki Matoi?) 
Doublé par : Asami Sanada
Une romantique qui harcèle et suit celui qu'elle aime : c'est une stalker. Elle a récemment changé de cible et est obsédée par Itoshiki, lui causant des problèmes. Son nom de famille est un jeu de mots avec tsune ni tsukimatoi (常付きまとい?, toujours en train de suivre).
Nami Hitō (日塔 奈美, Hitō Nami?) 
Doublé par : Ryoko Shintani
Une fille qui est plutôt sans histoires comparée à ses camarades de classe. Elle est souvent qualifiée de « normale » malgré le fait qu'elle déteste ça. Son nom vient de hitonami (人並み?, normal).
Harumi Fujiyoshi (藤吉 晴美, Fujiyoshi Harumi?) 
Doublé par : Miyu Matsuki
Fan de yaoi et d'oreilles de chat. Son nom est un mélange de fujoshi (fan de yaoi), et de Harumi, l'endroit où se tenait autrefois le Comic Market.
Mayo Mitama (三珠 真夜, Mitama Mayo?) 
Doublé par : Asuka Tanii
Elle a l'air méchante, donc tout le monde pense qu'elle ne l'est pas, mais en réalité…elle l'est. Son nom vient de mita mama yo (見たままよ?, ce qu'elle est est exactement ce dont elle a l'air).
Kotonon (ことのん, Kotonon?) 
Doublé par : Miyuki Sawashiro
Une net idole. Dans la « vraie vie » elle est grosse et s'habille en gothic lolita, mais son site web, plein de photographies d'elle-même retouchées numériquement, est très populaire.

Étudiants[modifier | modifier le code]

Kagerō Usui (臼井 影郎, Usui Kagerō?) 
Doublé par : Yōji Ueda
Un étudiant qui perd ses cheveux et est quasiment toujours ignoré. C'est lui qui a été élu président de la classe. Son nom est un jeu de mots sur kaga ga usui, sa présence ignorée ; usui fait aussi référence à ses (peu de) cheveux.
Jun Kudō (久藤 准, Kudō Jun?) 
Doublé par : Takahiro Mizushima
Excellent conteur, son nom est inspiré de celui de la librairie Junkudo-Shoten (ジュンク堂書店?) et du nom de son fondateur, Jun Kudō (工藤淳, Kudō Jun?). Ses histoires donnent généralement la larme à l'œil à ses auditeurs, quand bien même certaines d'entre elles étaient supposées être des plaisanteries.
 ?
Un garçon qui apparait assez souvent mais n'a pas encore de nom.

Autres[modifier | modifier le code]

Chie Arai (新井 智惠, Arai Chie?) 
Doublé par : Akiko Yajima
La conseillère des étudiants. Son nom, en kun'yomi kanji est prononcé Niichie, le nom de famille de Friedrich Nietzsche.
Ikkyû-san (一旧さん, Ikkyû san?) 
Doublé par : Tomokazu Sugita
Il dit être un vieil ami de Nozomu et, comme Nozomu, aime les vieilles choses. Son nom et sa tête chauve font référence à l'anime Ikkyû-san.

Manga[modifier | modifier le code]

Liste des volumes[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Autour de la série[modifier | modifier le code]

  • La série fait souvent des référence à la série de jeu vidéo Ace Attorney en faisant apparaître un verrou psyché ou encore le costume de Phoenix Wright.
  • Durant une scène de répétition, Miku Hatsune fait une apparition[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Sayonara Zetsubō Sensei » (voir la liste des auteurs)

Liens externes[modifier | modifier le code]