Sayed Kashua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sayed Kashua (en arabe سيد قشوع ; en hébreu סייד קשוע), né en 1975 à Tira, est un écrivain et journaliste israélien arabe, provenant d'une famille musulmane et écrivant en hébreu, connu pour ses livres et ses éditoriaux humoristiques en hébreu.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sayed Kashua est né à Tira, dans la région du Triangle en Israël. En 1990, il est admis dans un internat prestigieux à Jérusalem – l’Israel Arts and Science Academy[1]. Il y découvre la littérature et lit et fait ses études en hébreu[2]. Il a étudié la sociologie et la philosophie à l’Université hébraïque de Jérusalem. Il réside à Beit Safafa avant de s’installer dans un quartier juif de Jérusalem-Ouest avec sa femme et ses enfants.

En 2014 il déclare dans la presse qu'il a décidé de quitter Israël et de partir vivre avec sa femme et ses trois enfant en Illinois, ressentant qu'il n'arrivera pas à faire changer les mentalités des israëliens envers les arabes par ses écrits et « [qu']une majorité désespérément déterminante dans le pays ne reconnaît pas à l’Arabe le droit de vivre, en tout cas pas dans ce pays[2]. »

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

Kashua écrit des éditoriaux satiriques en hébreu pour le journal Haaretz et pour un hebdomadaire local de Jérusalem, HaIr. Dans un style humoristique et ironique, Kashua traite des problèmes que rencontrent les Arabes d’Israël, pris entre deux mondes[3].

Télévision[modifier | modifier le code]

Avoda Aravit, ou, en anglais, Arab Labor (« Travail d’Arabe »), est une sitcom satirique écrite par Kashua et diffusée sur Channel 2 (Aroutz 2) en Israël. Une grande partie des dialogues est en arabe avec des sous-titres en hébreu. Le spectacle tourne autour d’un jeune couple arabe, Amjad (Norman Issa) et Bushra (Clara Khoury), et de leur fillette, qui habitent un village arabe proche de Jérusalem. Amjad est un journaliste qui travaille pour un périodique hébreu (analogue à Haaretz) et qui cherche désespérément à s’assimiler dans le milieu culturel juif israélien dominant, avec des résultats mitigés et hilarants[1]. Le spectacle est le miroir du racisme et de l’ignorance des deux côtés de la barrière ethnique et a été comparé à All in the Family.

Distinctions et prix[modifier | modifier le code]

  • En 2004, Kashua a gagné le Prix du Premier Ministre pour la littérature[4].
  • Arab Labor a gagné le prix de la meilleure série télévisée (Award for Best Television Series) au Jerusalem Film Festival[5].
  • Kashua a gagné le Bernstein Prize 2011 pour son roman La deuxième personne[6].
  • Le 20 juin 2011, Kashua a été fait chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres à la résidence de France à Jaffa[7].
  • Sayed Kashua a remporté le prix des lecteurs du Var 2012 pour son roman La deuxième personne[8].

Publications[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Un documentaire produit en 2009 par Dorit Zimbalist, Sayed Kashua - Forever Scared (Sayed Kashua – effrayé pour toujours), raconte les bouleversements et événements qui ont changé la vie de Kashua pendant sept ans.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en)Isabel Kershner, « Straddling Cultures, Irreverently, in Life and Art - New York Times », Nytimes.com, Israël,‎ 7 janvier 2008 (lire en ligne)
  2. a et b Sayed Kashua, « Toutes les raisons pour lesquelles je quitte Israël », Libération,‎ 15 juillet 2014 (lire en ligne)
  3. (en)« Boston Review — lalami.php », Bostonreview.net (consulté le 17 juin 2012)
  4. (en)« Page sur Sayed Kashua sur le site de The Institute for the Translation of Hebrew Literature » (consulté le 17 juin 2012)
  5. (en)« Article sur Arab Labor citant les distinctions » (consulté le 17 juin 2012)
  6. (en)« Article de Haaretz mentionnant la remise du Bernstein Prize à Sayed Kashua et Omri Herzog »,‎ 20 juillet 2011 (consulté le 17 juin 2012)
  7. « Article mentionnant sa nomination comme chevalier de l’[[Ordre des Arts et des Lettres]] » (consulté le 17 juin 2012)
  8. « Page du Conseil Général consacrée à l'édition 2012 du Prix des Lecteurs du Var » (consulté le 12 novembre 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]