Savva Mamontov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mamontov.
Savva I. Mamontov

Savva Ivanovitch Mamontov (en russe : Савва Иванович Мамонтов, 15 octobre 1841 à Ialoutorovsk, aujourd'hui oblast de Tioumen6 avril 1918 à Moscou) est un industriel, marchand et mécène russe du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille Mamontov, originaire de Sibérie doit sa fortune à la construction des chemins de fer Moscou-Yaroslav et au pétrole de Bakou.

Il est le fils du marchand et industriel Ivan Feodorovitch Mamontov et de Maria Tikhonovna Lakhitina. En 1841, la famille s'installe à Moscou. À partir de 1852, il étudie à Saint-Pétersbourg, et plus tard à l'Université de Moscou.

En 1864 Savva visite Italie, où il prend des cours de chant. Il vient en France, également. C’est au cours de ces voyages que Savva fait la connaissance de peintres qui éveillèrent son intérêt pour l’art.

Il fut présenté à la fille du marchand Grigori Sapojnikov. Il épousera Elisabeth en 1865 à Kirev, près de Khimki, au nord de Moscou.

En 1869, il devient directeur des chemins de fer de la ligne Moscou-Yaroslavl. Il s'investit également sur la ligne de Donetsk de 1876 à 1882, premières grandes lignes de chemins de fer de Russie et d'Europe.

En 1870, Mamontov acheta Abramtsevo, au nord de Moscou ; il y créa une association amicale d'artistes avec les meilleurs artistes russes, de tout genre et de tout style, de ce début du XIXe siècle.

Le Cercle d'Abramtsevo constitua un véritable lieu de réunions amicales, dans une atmosphère d'hospitalité et d'ouverture, favorisant ainsi les rencontres artistiques. Savva Mamontov rétablit, développa et encouragea le renouveau de l'art populaire russe.

Mamontov a aussi été à l'origine de l'Opéra privé russe, lançant ainsi le chanteur Chaliapine.

La Demoiselle des neiges (Sniegourotchka) a été créé au Cercle d'Abramtsevo. La participation de Constantin Stanislavski, des frères Vasnetsov, de Mikhaïl Vroubel rejoints par d'autres est remarquable.

Mamontov a beaucoup travaillé à l'Opéra privé russe, acteur, metteur en scène, professeur de chant. Il apprit à Diaghilev que le théâtre devait s'élaborer quotidiennement, de l'exécution de toutes les tâches du décor, au ménage en passant par le maquillage et le chant. Il changea et réforma le mode de production théâtrale.

Le succès de l'Opéra privé russe fut considérable dans les tournées de provinces et triomphal à Moscou.

En 1899-1900, à l'automne, Savva fut arrêté sur accusation d'« utilisation illégale des capitaux de la société des chemins de fer d'actions communes » de la ligne Moscou-Yaroslavl qu'il finançait et dont il avait la charge. Dans la dernière période (1899-1904), le théâtre a été renommé en association privée russe d'opéra et graduellement il devint inexistant. Le théâtre du Bolchoï plus officiel, plus impérial, lui prenait la place.

Savva fut empli de chagrin lorsqu'on lui apprit que le Cercle d'Abramtsevo, sa propriété de la rue Sadovaïa, le musée de la culture artistique de Moscou, seront sous scellés pendant près de deux ans, avec tous leurs chefs d'œuvre.

En 1903, certaines œuvres ont été vendues et personne ne sait où elles sont actuellement, mais une grande partie de ce qui composait ce musée non officiel a été envoyée par les amis de Savva Mamontov, à la galerie Tretiakov. Savva Ivanovitch a passé environ six mois en prison ; apathique, aphasique, presque mort, il est secouru par ses amis. Il fut mis en résidence surveillée.

Le reste de ses jours - presque vingt ans - Savva Ivanovitch demeurera dans cette maison, sans contact humain et, pire que tout, sans "art".

Plus tard, ses amis, souhaitant l'innocenter, ont pu prouver à la Cour que Savva Ivanovitch était bien innocent, mais le procès avait ruiné Mamontov.

Il est mort à Moscou, le 24 mars 1918, et a été enterré à Abramtsevo.

Citations[modifier | modifier le code]

  • « C'est vrai, j'étais un homme riche mais j'ai tout donné depuis que je crois que l'argent est pour le peuple et non pas le peuple pour l'argent. Quand il n'y pas de vie, qui a besoin d'argent? » (Savva Mamontov: Journal)
  • Ses contemporains surnommaient Savva Mamontov « Savva le magnifique », en le comparant aux Médicis.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]