Savonnières-devant-Bar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Savonnières (homonymie).
Savonnières-devant-Bar
Blason de Savonnières-devant-Bar
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meuse
Arrondissement Arrondissement de Bar-le-Duc
Canton Canton de Bar-le-Duc-Sud
Intercommunalité Communauté d'agglomération Bar-le-Duc Sud Meuse
Maire
Mandat
Gérald Michel
2014-2020
Code postal 55000
Code commune 55476
Démographie
Gentilé Saponariens
Population
municipale
482 hab. (2011)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 24″ N 5° 10′ 41″ E / 48.7567, 5.1781 ()48° 45′ 24″ Nord 5° 10′ 41″ Est / 48.7567, 5.1781 ()  
Altitude Min. 182 m – Max. 326 m
Superficie 5,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Savonnières-devant-Bar

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Savonnières-devant-Bar

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Savonnières-devant-Bar

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Savonnières-devant-Bar

Savonnières-devant-Bar est une commune française située dans le département de la Meuse en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ancrée au sud-ouest de la région Lorraine, la commune est située dans le nord-est de la France à 80 km de Nancy, 120 km de Metz et à 225 km de Paris. Elle comptait 482 habitants au dernier recensement de 2011.

Elle dépend de l'agglomération barisienne qui regroupe environ 30 000 habitants le long de la vallée de l'Ornain (Revigny-sur-Ornain - Bar-le-Duc - Ligny-en-Barrois).

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom Savonnières provient de la saponaire. La saponaire officinale (Saponaria officinalis) est une plante herbacée vivace de la famille des Caryophyllaceae. On l'appelle aussi savonnaire, savonnière, saponière, herbe à savon, herbe à foulon, savon des fossés ou savon de fosse.

Le village est mentionné pour la première fois en 1460, sous le nom de SAPONARIAS. Cette étymologie tendrait à prouver l'existence dès l'époque gallo-romaine, d'une fabrique de savon sur le territoire de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine de Savonnières-devant-Bar remonte probablement à celle de sa plus grande voisine, Bar-le-Duc. La proximité de la voie romaine qui passait dans la vallée de l'Ornain est à relier à l'existence d'une activité sur l'endroit.

Le village appartient jusqu'en 1460 à l'abbaye de Saint-Mihiel qui le cède ensuite à René, roi de Sicile et Duc de Bar. L'église Saint-Calixte serait la réplique exacte — à l'échelle 1/2 — de l'ancienne abbatiale qui avait été érigée au cœur du château des ducs de Bar. L'influence italienne a été très forte et elle continue de perdurer dans les nombreux ouvrages et monuments qui subsistent dans la ville haute de Bar-le-Duc.

Louis XVI met un terme à l'influence financière et politique des ducs de Bar. Les remparts ainsi que le château sont abattus. Seule la tour de l'horloge est épargnée. Elle constitue aujourd'hui le dernier vestige de l'ancienne enceinte féodale.

C'est toutefois lors de la Renaissance qu'émergent certains repères historiques, au moment où quelques familles nobles s'installent sur l'actuel territoire de la commune. La famille DE LA MORE ou DE LAMORRE est probablement celle qui laissera son empreinte la plus profonde sur Savonnières-devant-Bar et ce, durant plusieurs siècles, jusqu'à la Révolution française. En 1746, l'un des membres de cette famille possède la charge de conseiller auditeur et de secrétaire de la chambre du conseil et des comptes de Bar le Duc.

C'est la révolution industrielle du XIXe siècle qui va directement bénéficier à l'essor de la commune avec notamment, la proximité d'avec les industries proches de la vallée de l'Ornain : fonderies, textile, brasseries, etc.

Par deux fois, en 1870 et en 1937, une partie du territoire de la commune a été concédée à la ville de Bar le Duc pour favoriser son développement industriel.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au plus fort de la bataille de Verdun (février à décembre 1916), de nombreux hôpitaux militaires sont implantés à Bar-le-Duc et ses environs immédiats.

Savonnières-devant-Bar accueille plusieurs centaines de blessés qui sont soignés dans un hôpital situé dans la demeure voisine de l'actuelle mairie. Plusieurs baraques « Adrian » (du nom de l'ingénieur militaire inventeur notamment du casque qui équipera les troupes françaises dès 1915) sont ensuite construites dans le parc attenant, en complément des capacités initiales de cet hôpital de campagne.

82 soldats décèderont sur la commune des suites de leurs blessures reçues sur le front de Verdun.

Les noms des sept Saponariens qui sont morts pour la France durant ce conflit, figurent sur le monument aux morts. (Source gen.web.Meuse)

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le chef-lieu, Bar-le-Duc est déclaré « ville ouverte » en mai 1940. Savonnières-devant-Bar est donc épargnée par les combats qui déroulent dans la région de Montplonne. Dans ce village, stationne le poste de commandement d'un régiment de tirailleurs sénégalais, appuyé par une compagnie de marche de la légion étrangère.

Le pont Dammarie reste intact, tandis qu'en aval, le génie de l'armée française détruit tous les ponts qui enjambent le canal de la Marne au Rhin ou l'Ornain (pont canal de Fains-les-Sources)

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

La commune se développe après la Seconde Guerre mondiale pour atteindre un pic démographique durant les années soixante : 642 habitants en 1962.

Le maire, Alexandre Violle, impulse une dynamique de développement avec notamment, la construction d'un nouveau groupe scolaire ainsi que d'une salle des fêtes. En outre, le territoire communal accueille de nombreuses activités économiques : grande distribution, activités commerciales et artisanales…

Cette période représente aussi l'émergence du district urbain de Bar-le-Duc avec la création des zones d'activités de Salvanges et de la zone des Poutôts.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1986 Alexandre Violle    
1986 1992 Jacques Masse    
1992 27 mars 2014 Robert Martin    
28 mars 2014 en cours Gérald Michel    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 482 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
214 204 198 190 240 306 330 336 496
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
353 427 427 468 323 323 287 313 294
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
326 358 390 504 522 548 516 447 498
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
642 632 569 527 548 545 505 493 482
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'atelier Maréchal situé à l'entrée de la ZA Salvanges reste un monument de petite dimension aujourd'hui et pourtant de ressort historique en Lorraine
  • Église Sainte Calixte classée monument historique
  • Le lavoir a été restauré par la commune. La crémaillère permet d'ajuster le niveau de l'eau selon le débit de la source d'alimentation

Savonnières-devant-Ba et la littérature[modifier | modifier le code]

Le roman Gare De L'Est de Jean Mistler publié en 1975 reprend l'histoire du jeune aspirant Mistler qui servait dans l'artillerie anti-aérienne en 1917 à Bar-le-Duc. Il y fait notamment référence aux hôpitaux de campagne qui étaient localisés sur l'agglomération.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles-François Champigneulle (1820-1882), industriel, maître-verrier, mort à Savonnières-devant-Bar.
  • Charles Champigneulle (1853-1905), fils de Charles-François, maître-verrier, mort à Savonnières-devant-Bar.
  • Général Régirer de Boyer mort à l'age de 30 ans au siège de St Jean d'Acre (Égypte) en 1799 durant la campagne menée par Napoléon Bonaparte. Son corps fut ramené à Savonnières-devant-Bar lieu de résidence de sa famille. Sans doute s'agit-il du chef de brigade Jean Boyer, commandant de la 18e demi-brigade et blessé mortellement devant Acre.
  • Laurent-Charles Maréchal, ce pastelliste et maître verrier né à Metz en 1801 et décédé à Bar-le-Duc en 1887 fut l'élève de Jean-Augustin Naud.

Il est fasciné par l'Italie qu'il considère la patrie des artistes. Il visitera Venise, Florence, Rome et Naples. Son admiration pour Raphaël à qui il rend hommage en prénommant ainsi son fils ne faiblira jamais. Son attachement à l'Italie jouera un rôle essentiel pour l'évolution de son école et de son atelier de peintre et de verrier, alors que les peintres de Metz semblent davantage attirés par l'Europe du Nord. En 1838, il ouvre à Metz un atelier de peinture sur verre en association avec son beau-frère GUGNON. Il quittera Metz en 1872 pour Savonnières-devant-Bar où se trouve l'atelier de Champigneulle. Il est le chef incontesté de l'Ecole de Metz.

Héraldique[modifier | modifier le code]

L'actuel blason de Savonnières-devant-Bar, adopté par le conseil municipal en 1990, est celui de la famille de La More

Armes de Savonnières-devant-Bar

Elles peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011