Savigné-l'Évêque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Savigné (homonymie) et L'Évêque.
Savigné-l'Évêque
L'église Saint-Germain
L'église Saint-Germain
Blason de Savigné-l'Évêque
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Le Mans
Canton Le Mans-Est-Campagne
Intercommunalité Communauté de communes du Pays des Brières et du Gesnois
Maire
Mandat
Philippe Métivier
2014-2020
Code postal 72460
Code commune 72329
Démographie
Gentilé Savignéen
Population
municipale
4 025 hab. (2011)
Densité 141 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 04′ 38″ N 0° 17′ 52″ E / 48.0772222222, 0.29777777777848° 04′ 38″ Nord 0° 17′ 52″ Est / 48.0772222222, 0.297777777778  
Altitude Min. 53 m – Max. 126 m
Superficie 28,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Savigné-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Savigné-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Savigné-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Savigné-l'Évêque
Liens
Site web www.savigneleveque.com

Savigné-l’Évêque est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 4 025 habitants[Note 1] (les Savignéens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Savigné-l'Évêque
Joué-l'Abbé Courcebœufs Mayet
Neuville-sur-Sarthe Savigné-l'Évêque Saint-Corneille
Sargé-lès-le-Mans Yvré-l'Évêque Beaufay, Sillé-le-Philippe

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine de son nom viendrait de Villarem Saviniacum qui signifie villa de Savinius. Situé sur la voie romaine Le Mans - Évreux, villarem Saviniacum est évangélisé au IVe siècle par saint Julien, premier évêque du Mans.

Ses successeurs obtiennent la seigneurie de Savigné :

  • Parrochia de Savigneio Episcopi (1254) ;
  • puis Savigni l'Evesque (1314).

Les évêques du Mans y possédaient le manoir de Touvoie, chef-lieu de leur temporalité féodale, d'où Savigné-l’Évêque.

Une voie antique prend le titre de route royale en 1734. Un relais de poste est établi dans le bourg. Une borne royale est toujours présente dans le centre de la commune. Sur cette route, dans la traversée du bourg, le carrosse de monsieur de Montesson fut renversé par les Savignéens à la Révolution.

En 1790, Savigné devient chef-lieu de canton et est rebaptisé Savigné-lès-Le Mans en 1793.

De nombreux manoirs témoignent d'un riche passé.

Patrie du cheval, Savigné doit sa renommée depuis près d'un siècle au haras du Mesnil. Le haras du Mesnil reçut la visite de la reine du Royaume-Uni en 1967 pour avoir hébergé son cheval.

Savigné subit trois occupations : en 1815, puis en 1870 et 1940. En 1871, la bataille du Mans a lieu aux portes de Savigné.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Savigné est libéré par les Américains le 8 juillet 1944.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1815 1853 René Narcisse Campeau de Saint    
         
1898   Léopold Paignard    
  1996 Louis Guy    
1996 mars 2001 Marcel Langlais    
mars 2001 en cours Philippe Métivier[1] UMP Responsable AFPI
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 025 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 340 2 006 2 413 2 546 2 734 2 705 2 614 2 614 2 633
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 616 2 611 2 505 2 370 2 423 2 331 2 319 2 296 2 118
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 145 2 085 2 085 1 877 1 852 1 880 1 873 1 942 1 979
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 911 1 933 2 269 3 076 3 576 3 721 4 003 4 043 4 025
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Germain, en grande partie du XVIIe siècle, possède une nativité en terre cuite du XVIIe siècle ainsi qu'un mur datant de l'époque gallo-romaine. Elle abrite notamment un retable, des stalles et une voûte lattée.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • De son passé, Savigné a hérité d'une fête populaire : la Pot-Bouille, encore vivement fêtée chaque année le dimanche précédant les Rameaux.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Depuis 1990, Savigné-l’Évêque est jumelé avec Caistor, petite ville du Lincolnshire, en Angleterre. Le jumelage est animé par une association. Des échanges ont lieu au niveau familial, à raison d'un voyage par an, depuis cette date.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

  • Le poète Pierre de Ronsard reçut la tonsure de René du Bellay au manoir de Touvoie.
  • Alphonse Lavallée (1791 à Savigné-l'Évêque - 1873) fondateur de l’École centrale de Paris.
  • Jo-Wilfried Tsonga (né en 1985), joueur de tennis international, a pratiqué le football au club de Savigné-l'Évêque.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[4].
  1. Réélection 2014 : « De nouveaux maires et adjoints élus dès ce vendredi soir », Le Maine libre,‎ 28 mars 2014 (consulté le 30 mars 2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  4. Site de l'IGN.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :