Savennières (AOC)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Savennières
Savennières
Savennières, vignoble entourant le village.jpg
Vignoble entourant le village
Désignation(s) Savennières
Appellation(s) principale(s) savennières
Type d'appellation(s) AOC
Reconnue depuis 1952[1]
Pays Drapeau de la France France
Région parente vallée de la Loire
Sous-région(s) Anjou
Localisation Maine-et-Loire
Climat tempéré océanique dégradé
Sol schistes et schistes gréseux[1]
Superficie plantée 120 hectares[2]
Cépages dominants chenin B
Vins produits blancs sec ou moelleux
Production 2 945 hectolitres en 2009[2]
Pieds à l'hectare minimum 4 000 pieds par ha
Rendement moyen à l'hectare 50 hl/ha en blanc,
35 hl/ha en moelleux[3]

Le savennières est un vin blanc d'appellation d'origine contrôlée produit sur les communes de Bouchemaine, La Possonnière et Savennières, sur la rive droite de la Loire, en aval d'Angers. Cette appellation, voisine des Coteaux-de-l'aubance et des coteaux-du-layon, fait partie du vignoble de la vallée de la Loire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Il semble que, dès l'époque romaine, du vin soit élevé sur l'aire d'appellation[réf. nécessaire].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La culture de la vigne se développe à l’époque des grandes abbayes notamment au XIIe siècle avec les moines de Saint-Nicolas d'Angers. Puis, les seigneurs angevins la poursuivent.

Période moderne[modifier | modifier le code]

La comtesse de Serrant fait connaître le vin de Savennières à la cour de Napoléon Ier. La viticulture prend de l'ampleur au XIXe siècle avec la bourgeoisie angevine[4].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Le Savennières, AOC par décret du 8 décembre 1952, est l’un des trois grands crus de l’Anjou avec le Quart-de-Chaume et le Bonnezeaux.

Étymologie[modifier | modifier le code]

La commune de Savennières, d'où l’appellation tire son nom, s’appelait jadis Saponaria, qu’il faut rapprocher de la saponaire, plante herbacée à fleurs roses que l’on trouve dans les lieux humides au-dessus de la Loire.

La saponaire contient de la saponine qui fait mousser l’eau comme du savon. Dans son livre sur les lavoirs d’Anjou Bernard Augereau écrit qu’elle « était souvent employée pour nettoyer les étoffes de laine, parfois, aussi pour décruer les fils ou blanchir les dentelles. Dans ce but, on arrachait les raines à l’automne et on les coupait en petits morceaux. On recueillait aussi les feuilles avant la floraison ». La saponaires est encore utilisée pour nettoyer les tapisseries anciennes de valeur, telles que celles d’Aubusson ; Appelée aussi savonnières, savonaires, savon de fossé ou herbe au savon, cette plante était également employée pour soigner les maladies de peau.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Vignes et terroir de Savennières

L'aire d'appellation se trouve au sud-ouest à 15 km d'Angers. Elle s'étend sur 350 ha dont 150 en culture et sur 3 communes: Savennières, Bouchemaine et la Possonnières.

Géologie et orographie[modifier | modifier le code]

L'aire d'appellation s'étend sur des coteaux perpendiculaires de la Loire exposés sud/sud-est (coteau d'Épiré). Ses lieux-dits sont perchés sur des éperons rocheux surplombant le fleuve. Les sols, peu profonds, sont composés de schistes gréseux, de filons volcaniques (rhyolites) et de sables éoliens.

Climat[modifier | modifier le code]

Les vins de Savennières bénéficient d'un climat sous l'influence mésoclimatique de la Loire, permettant l’élaboration de vins blancs secs de haute maturité. Les orages passent le plus souvent sur la rive gauche de la Loire, épargnant Savennières[4].

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,1 2,2 3,9 5,6 8,9 11,8 13,6 13,4 11,3 8,4 4,6 2,8 7,4
Température moyenne (°C) 5 5,7 8,2 10,4 13,9 16,2 19,2 19,1 16,5 12,7 8 5,6 11,8
Température maximale moyenne (°C) 7,9 9,2 12,6 15,3 19 22,6 24,9 24,7 21,8 17 11,4 8,4 16,2
Ensoleillement (h) 70 92 141 179 201 234 248 237 191 129 89 65 1 877
Précipitations (mm) 62,1 50,8 51,7 44,6 54,4 41,2 43,8 44,9 52,2 59,6 64,5 63,4 633,4
Source : Climatologie de 1947 à 2008 - Angers, France


Vignoble[modifier | modifier le code]

AOC Savennières
AOC Savennières Coulée de Serrant et AOC Savennières Roche aux Moines

Présentation[modifier | modifier le code]

Il s'étend sur environ 150 hectares (moy. 2005/2009), dont 33 hectares pour Savennières-Roche-aux-Moines et 7 hectares pour Savennières-Coulée-de-Serrant.

L'INAO a validé, lors de sa réunion de fin septembre 2011 [5], l'adoption des AOC Savennières Coulée de Serrant et AOC Savennières Roche aux Moines. Elles deviennent distinctes de l'AOC Savennières. La publication au Journal Officiel doit encore avoir lieu pour rendre cette décision officielle.

Encépagement[modifier | modifier le code]

Le cépage unique de l'AOC Savennières est le chenin blanc (ou pineau de la Loire).

Méthodes culturales[modifier | modifier le code]

La vigne est traitée en taille Guyot double à 2x3 yeux ou gobelet à 3x2 yeux. Les vendanges sont manuelles avec obligatoirement deux tries successives minimum afin que les raisins soient en surmaturité.

Rendements, réglementations[modifier | modifier le code]

Planté à des densités de 4 500 à 5 000 pieds/ha. Les rendements de base sont de 50 hl/ha (40 hl/ha pour les demi-secs et mœlleux, très minoritaires).

Vin[modifier | modifier le code]

Les vins de Savennières sont vinifiés uniquement à partir du chenin blanc. Ces vins ont une bonne aptitude au vieillissement en bouteille (maturité à 5 ans et garde jusqu'à 15 ans). Ce sont des vins blancs secs, toutefois tendres et bien structurés, très riches en arômes[6].

Actuellement, jusqu'à officialisation des nouvelles AOC, les dénominations Coulée-de-Serrant et Roche-aux-Moines peuvent être ajoutées à l'appellation comme mention complémentaire si les vins sont issus d'un de ces lieux-dits. Ils doivent être obtenus à partir de raisins titrant 212 grammes de sucre par litre.

Production[modifier | modifier le code]

La production annuelle est d'environ de 5208 hl.

Commercialisation[modifier | modifier le code]

La commercialisation de cette appellation se fait par divers canaux de vente : dans les caveaux du viticulteur, dans les salons des vins (vignerons indépendants, etc.), dans les foires gastronomiques, par exportation, dans les cafés-hôtels-restaurants (C.H.R.), dans les grandes et moyennes surfaces (G.M.S.).

Principaux domaines[modifier | modifier le code]

Luc Blizard, château d'Épiré, Évelyne de Pontbriand, domaine du Closel, Florent Baumard, domaine des Baumard
  • EARL Nicolas Joly (AOC Savennières-Coulée-de-Serrant), Savennières
  • Domaine aux Moines (Monique et Tessa Laroche), Savennières
  • Domaine du Closel (Evelyne de Pontbriand), Savennières
  • Château d’Epiré (Luc Bizard), Savennières
  • Château Pierre Bise (Claude Papin), Beaulieu-sur-Layon
  • Domaine Damien Laureau, Savennières
  • Domaine Eric Morgat, Savennières
  • Domaine des Baumard, Rochefort-sur-Loire
  • Domaine Ogereau, Saint-Lambert-du-Lattay
  • Domaine de la Bergerie (Marie-Annick et Yves Guégniard), Champ-sur-Layon
  • Domaine Des Deux Arcs (Michel et Jean-Marie Gazeau), Martigné-Briand

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Mastrojanni, Les Vins de France, Paris, Éditions Solar, coll. « guide vert solar »,‎ 1992, 1994 et 1998 (ISBN 2-263-02796-3).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [1] Site de Vins/Vignes/Vignerons : Page sur Savennières
  2. a et b Le Guide Hachette des vins 2011, éditions Hachette, 2010. (ISBN 978-2-01-237681-6)
  3. Décret du 9 octobre 2009
  4. a et b [2] Site des vins de Loire : Page sur Savennières
  5. INAO, Principales conclusions de la Commission permanente et du Comité national des AOC viticoles (28 et 29/09/2011), sous-titre "AOC Savennières Roche aux Moines et Savennières Coulée de Serrant", publié 04/10/2011
  6. Vins et vignobles de France. Éditions Larousse, Paris 1997 - 2001, (ISBN 2-03-560263-7), page 561

Liens externes[modifier | modifier le code]