Saved!

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Saved! est un film américano-canadien sorti en 2004, réalisé par Brian Dannelly sur un scénario de lui-même et de Michael Urban.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Fréquentant un lycée de chrétiens born again, Mary et Hillary sont les reines de l'école. Ferventes chrétiennes, elles millitent contre l'avortement, prient pour tout et pour rien et vivent les évangiles pleinement. Alors que Mary vient d'apprendre que son petit ami est homosexuel, elle voit Jésus lui demander de régler ce problème. Elle offre sa virginité à son ami mais n'est pas récompensée : il est toujours homosexuel, ses parents l'envoient effectuer une retraite qui doit le « guérir ». Mary, elle, est tombée enceinte.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Saved! marque le grand retour de Macaulay Culkin au cinéma. Les autres acteurs du film sont souvent, comme lui, d'ex-enfants stars : Jena Malone joue le rôle de l'héroïne (enfant) de Contact, Patrick Fugit avait le rôle principal de Presque célèbre, etc.

Accueil[modifier | modifier le code]

Lors des preview screens, une grande partie du public américain a considéré le film comme irrévérentieux, voire blasphématoire. De nombreuses scènes ont été modifiées, ou remontées, et le résultat final est un film peut-être un peu tiède, qui n'ose finalement pointer du doigt qu'une chose : le comportement non-chrétien de certains des plus fervents chrétiens — l'hypocrisie et la bondieuserie en somme. Une comédie portant sur un thème aussi sensible que celui de la foi peut difficilement s'offrir le luxe de ne pas choisir son camp, donc son public — athée ou religieux — mais c'est ce qui est fait ici. Il en résulte un véritable manque d'intérêt de la part du public aux États-Unis où le film est à peine rentabilisé malgré un budget des plus minces et où peu de salles ont couru le risque de programmer le film. La situation est pire en France où le film est sorti dans la discrétion la plus totale : moins de cent spectateurs se seraient déplacés pour le voir à Paris.
En France toujours, la critique «grand public» (Première, Studio) s'est dans l'ensemble montrée bienveillante. Les supports un tout petit peu plus pointus tels que les Cahiers du cinéma ou Télérama ont descendu le film en flammes, mais pour des raisons différentes : manque d'audace selon les premiers, intolérance anti-chrétienne selon les seconds.

Lien externe[modifier | modifier le code]