Sauveur Gandolfi-Scheit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sauveur Gandolfi-Scheit
Fonctions
Député de la 1re circonscription de la Haute-Corse
En fonction depuis le 20 juin 2007
Élection 17 juin 2007
Réélection 17 juin 2012
Maire de Biguglia
En fonction depuis le 19 juin 1976
Conseiller territorial de Corse
17 mars 198620 juin 2007
Biographie
Date de naissance 19 janvier 1947 (67 ans)
Lieu de naissance Bastia (Haute-Corse)
Parti politique UMP
Profession Médecin

Sauveur Gandolfi-Scheit est maire UMP de Biguglia (Haute-Corse). Le 17 juin 2007, il est élu député de le 1re circonscription de Haute-Corse pour la XIIIe législature de la Cinquième République française de l'Assemblée nationale (France)

Biographie[modifier | modifier le code]

Sauveur Gandolfi-Scheit est né le 19 janvier 1947 à Bastia. Issu d’une vieille famille bastiaise, son père était un négociant estimé[réf. nécessaire] et un propriétaire foncier, notamment sur la commune de Biguglia. Il grandit, entouré d’une nombreuse fratrie, dans le quartier de la Citadelle où son frère aîné est élu conseiller général en 1982.

Le futur député plonge très vite dans la politique, puisque c’est à l’âge de 11 ans en 1958 qu’il prend sa première carte à l’UNR, lors de la visite du Général de Gaulle à Bastia. Il ne quitte ensuite plus les rangs gaullistes, que ce soit à l’UJP (Union des jeunes pour le progrès en 1965), à l’UDR (Union pour la défense de la République en 1968), puis au RPR (Rassemblement pour la République en 1976) et aujourd’hui à l’UMP (Union pour un mouvement populaire en 2002).

Passionné de sport (Champion de Corse du 100 m, Champion de Boxe Universitaire, rugbyman, participant à plusieurs courses et rallyes automobiles) il effectue jusqu’à 1975 ses études de médecine à la Faculté de Marseille. Docteur en médecine, spécialisé dans la biologie du sport et la réparation juridique du dommage corporel, il s’installe avec son épouse Marie-Laure à Bastia en 1976, à Lupinu.

Dans le même temps, en juin 1976, il est élu à 29 ans maire de Biguglia en lieu et place de Jean-Toussaint Dinelli, ce qui en fait un des plus jeunes premiers magistrats communaux de France. La commune compte alors 1500 habitants et n’est qu’un village sans grande infrastructure. Chargé de mission du RPR en 1985, il est pressenti par les instances pour l’investiture aux élections législatives de 1986. Mais jugé « trop jeune », il cède la place à Pierre Pasquini dont il devient le député suppléant.

Cette même année il est élu conseiller régional à l’Assemblée de Corse sur la liste RPR-UDF, fonction qu’il occupera sans interruption jusqu’en 2004, date à laquelle il devient membre du Conseil exécutif (9 membres) chargé du Sport et de la Jeunesse. C’est -entre autres- sous sa houlette qu’est adopté en novembre 2006, le Guide d’Aide aux Sports qui fait désormais autorité. Ses fonctions d’administrateur au CNFPT (1989-2007), à la Compagnie Corse Méditerranée (1992 à 1998), à l’OEHC (Office d’équipement hydraulique de Corse) (1999-2004), à l’ODARC (Office de développement agricole et rural de Corse) et en tant que Vice-Président du SIVOM de la Marana ont parfait sa connaissance du terrain et des rouages économiques. En 2002, il obtient l’investiture UMP aux élections législatives mais à cause des divisions de la droite, manque la qualification au 2nd tour pour quelques centaines de voix. Il s’agit à ce jour de sa seule défaite politique personnelle.

Nommé le 14 février 2002, chargé de mission du RPR et membre du Conseil National, il est ensuite désigné en mai suivant, secrétaire départemental de la fédération UMP de Haute-Corse (jusqu’en 2004). Le 17 juin 2007, ayant unifié l’ensemble de la famille libérale autour de son nom, il enlève la 1ère circonscription de Haute-Corse (aux mains des radicaux de gauche depuis 45 ans) en battant sèchement le sortant Émile Zuccarelli avec 53,89 % des suffrages et en fédérant 31 communes sur 45. Seul nouveau député de la région, il fait partie des 50 "bleus", les nouveaux parlementaires UMP (sur 320) qui font leur entrée au Palais Bourbon.

Le 9 mars 2008, il est réélu pour la 7e fois maire de Biguglia (désormais une des villes majeures de la Haute-Corse avec près de 7 000 habitants).

Fin Février 2011, il est nommé Secrétaire national de l'UMP « chargé des espaces protégés » et intègre de ce fait de plein droit le Bureau politique du parti majoritaire.

Le 17 juin 2012, il est réélu député de la 1ère circonscription de Haute Corse avec 38,07 % des suffrages[1]. Il était opposé, au second tour, à Jean Zuccarelli (RDG) et Gilles Simeoni (REG) ayant remporté respectivement 30,71 % et 31,22 % des suffrages.

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

  • 19/06/1976 - 13/03/1977: Maire de Biguglia
  • 14/03/1977 - 13/03/1983: Maire de Biguglia
  • 14/03/1983 - 19/03/1989 : Maire de Biguglia
  • 14/03/1989 - 18/06/1995 : Maire de Biguglia
  • 20/03/1989 - 18/06/1995 : Maire de Biguglia
  • 19/06/1995 - 18/03/2001 : Maire de Biguglia
  • depuis 2001 : Maire de Biguglia
  • 17/03/1986 - 22/03/1992: Membre de l'Assemblée de Corse
  • 23/03/1992 - 15/03/1998: Membre de l'Assemblée de Corse
  • 16/03/1998 - 28/03/2004: Membre de l'Assemblée de Corse
  • 29/03/2004 - Juin 2007: Membre du Conseil Exécutif de l'Assemblée de Corse

Mandats nationaux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]