Sauve qui peut (la vie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sauve qui peut (la vie)

Réalisation Jean-Luc Godard
Scénario Anne-Marie Miéville, Jean-Claude Carrière
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la Suisse Suisse
Sortie 1980

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sauve qui peut (la vie) est un film suisse réalisé par Jean-Luc Godard, sorti en 1980.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Les angoisses et aspirations d'hommes et de femmes face à une société qui les broie. Ce film s'organise comme une partition musicale composée de quatre mouvements :

  • L'Imaginaire : Après une rupture avec Paul, Denise part à la campagne.
  • La peur : Paul craint la solitude.
  • Le commerce : Isabelle apprend à sa sœur le métier de prostituée.
  • La musique : Renversé par une voiture, Paul se meurt sous les yeux de sa fille et de son ex-femme, qui très vite se détournent de lui et s'éloignent.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Structure[modifier | modifier le code]

Le film est un triptyque dressant le portrait de trois personnages auquel s'ajoute une préface et une dernière partie[1].

Les ralentis[modifier | modifier le code]

Dans le film, Jean-Luc Godard utilise plusieurs fois le ralenti. Dans sa critique du film pour la revue Cinéma 80, Gérard Courant l'interprète comme une manière de narguer le « cinéma de consommation courante » en insistant sur la beauté de ses images : « C’est une manière élégante de leur dire : « Aveugles, mettez vos lunettes, je vous laisse le temps de contempler ces images, d’apprécier le mouvement, les couleurs, les flous, la vie arrêtée par saccades, d’essayer de retenir votre souffle, car ça en vaut la peine ! »[2]. »

Réception critique[modifier | modifier le code]

Dans la revue Cinéma 80, Gérard Courant voit dans Sauve qui peut (la vie) « un film génial fait par un génie du cinéma ». Il écrit qu'il trouve le film beau et émouvant parce qu'il a « l’impression que les images durent beaucoup plus longtemps que dans les autres films »[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Harcourt 1981
  2. a et b Gérard Courant, « Sauve qui peut (la vie) de Jean-Luc Godard », Cinéma 80, no 263,‎ novembre 1980 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]