Saut-de-mouton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saut-de-mouton près de Waiblingen en Bade-Wurtemberg, Allemagne.

Un saut-de-mouton est un dispositif ferroviaire constitué d'un pont, d'une tranchée ou d'un court tunnel permettant à une voie ferrée d'en croiser une autre en passant par dessus ou par dessous.

Utilisation[modifier | modifier le code]

L'intérêt d'un saut-de-mouton est de séparer sur deux niveaux (voire plus lors d'installations plus complexes) les flux de circulations ferroviaires. Un saut-de-mouton peut être utilisé dans différentes situations.

Croisement de deux lignes à deux niveaux différents[modifier | modifier le code]

Un saut-de-mouton peut être utilisé pour permettre le croisement de deux lignes à deux niveaux différents afin que la présence d'un train sur une ligne n'empêche pas un train de circuler sur l'autre ligne (cisaillement).

Croisement à niveau dont le cisaillement a été mis en évidence en rouge et croisement avec saut-de-mouton.

Bifurcation[modifier | modifier le code]

Un saut-de-mouton peut être utilisé dans une bifurcation, pour une ligne à deux sens et à fort trafic : dans une bifurcation à niveau, si un train emprunte la bifurcation, il bloque automatiquement le passage aux éventuels trains qui viendraient en sens inverse. Le saut-de-mouton lui permet de résoudre ce problème avec une installation semblable à celle des autoroutes ou voies rapides.

Si un train va du point vert au point violet, il passe par le point rouge et bloque le passage à tout train venant d'en face (point jaune).

Accès aux installations ferroviaires[modifier | modifier le code]

Aux abords d'une ligne, il peut y avoir des installations (triage, dépôt, garage, ateliers, gare, embranchement particulier) qui se situent sur le côté. Pour accéder à ces installations, il peut être utile de réaliser un saut-de-mouton pour quitter la voie principale et aller vers l'installation.

Exemple d'utilisation de saut-de-moutons pour l'accès à des voies de garages aux abords d'une ligne très fréquentée.

Changement de sens de circulation[modifier | modifier le code]

Lors d'un changement de sens de circulation. Pour les lignes à deux voies et plus, il arrive qu'à la frontière d'un autre réseau, le sens de circulation des trains change car le réseau voisin a un sens de circulation contraire.

Saut-de-mouton pour un changement de sens.

Sauts-de-mouton sur la frontière alsace-moselle[modifier | modifier le code]

En Alsace-Moselle, les trains roulent à droite comme en Allemagne[1], tandis que dans le reste de la France (« France de l’intérieur »), ils roulent à gauche selon la norme anglaise[1]. Le changement est alors effectué dans des gares relativement importantes et faisant office de poste-frontière comme à Pagny-sur-Moselle. Après l'Armistice de 1918, l'installation de sauts-de-mouton permet de réaliser le changement de côté de circulation des trains entre les différents réseaux de l'Est et de l'Alsace-Lorraine. Les sauts-de-mouton qui existent encore aujourd'hui sont situés[2] :

Reclassement des voies[modifier | modifier le code]

Sur les lignes à 4 voies ou plus, on sépare les flux, en plus de séparer les sens de circulation. Par exemple, on isolera les trains rapides sur deux voies et les trains de marchandises sur deux autres voies. La disposition peut varier et le saut-de-mouton peut être utilisé pour un reclassement des voies ; par exemple, une ligne qui a deux voies marchandises au centre, et deux voies rapides aux abords peut grâce à un saut-de-mouton continuer avec les voies rapides d'un côté et les voies marchandises de l'autre. On trouve par exemple un saut-de-mouton de ce type sur la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles entre les gares de Combs-la-Ville - Quincy et de Lieusaint - Moissy.

Ce dispositif peut également faciliter le croisement de voies à caténaire ayant des alimentations électriques différentes.

Saut-de-mouton pour un reclassement des voies.

Autres cas[modifier | modifier le code]

Dans d'autres cas, il sert à éviter un cisaillement afin de ne pas gêner les voies principales et pour fluidifier la circulation.

Étymologie[modifier | modifier le code]

C'est une allusion au jeu de saute-mouton (avec une orthographe peu fixée[3]) très populaire dans les cours de récréation au moment du commencement du chemin de fer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le droit local dans l’histoire », CRDP d’Alsace (consulté le 15 décembre 2012)
  2. Le chemin de fer en Lorraine (André Schontz - Arsène Felten - Marcel Gourlot) Édition Serpenoise, page 179
  3. dictionnaire du CNTRL