Sauber C30

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sauber C30

Sauber C30

Kamui Kobayashi au GP de Malaisie au volant de la C30

Présentation
Équipe Drapeau de la Suisse Sauber F1 Team
Constructeur Sauber
Année du modèle 2011
Concepteurs James Key
Spécifications techniques
Châssis Monocoque moulée en fibre de carbone
Suspension avant Doubles triangles superposés, poussoirs et basculeur avec barre de torsion, amortisseurs
Suspension arrière Doubles triangles superposés, poussoirs et basculeur avec barre de torsion, amortisseurs
Nom du moteur Ferrari Type 056
Cylindrée 2 400 cm³
Configuration V8 atmosphérique ouvert à 90°, limité à 18 000 tr/min
Orientation du moteur Moteur longitudinal
Boîte de vitesses Ferrari, séquentielle à contrôle électro-hydraulique seamless, en position longitudinale
Nombre de rapports 7 + marche arrière, système Quickshift
Système de freinage Disques et étriers Brembo
Poids 640 kg avec le pilote, les caméras et le lest
Dimensions Longueur : 4 935 mm
Largeur : 1 800 mm
Hauteur : 1 000 mm
Voie avant : 1 495 mm
Pneumatiques Pirelli PZero montés sur jantes OZ Racing
Partenaires NEC, Telmex
Histoire en compétition
Pilotes 16. Drapeau du Japon Kamui Kobayashi
17. Drapeau du Mexique Sergio Pérez
17. Drapeau de l'Espagne Pedro de la Rosa
Début Le 27 mars 2011 au GP d’Australie
Courses Victoires Pole Meilleur tour
19 0 0 0
Championnat constructeur 7e avec 44 points
Championnat pilote Kamui Kobayashi : 12e
Sergio Pérez : 16e
Pedro de la Rosa : 20e

Chronologie des modèles (2011)

La Sauber C30 est la monoplace de Formule 1 engagée par l’équipe Sauber F1 Team dans le cadre du championnat du monde de Formule 1 2011. Présentée le 31 janvier 2011 sur le circuit de Valence, elle débutera en championnat le 27 mars 2011 au Grand Prix d’Australie, pilotée par le Japonais Kamui Kobayashi et le Mexicain Sergio Pérez.

L’ingénieur britannique James Key, devenu directeur technique au cours de la saison 2010 de l’écurie suisse, supervise la conception de la monoplace, qui conserve un moteur V8 Ferrari. En revanche, le SREC conçu par BMW Sauber et utilisé par la F1.09 au début de la saison 2009, cède sa place à un système développé par Ferrari[1].

L'écurie Sauber F1 Team termine la saison, qui sera marqué par la disqualification des deux monoplaces lors de la manche d'ouverture à Melbourne en raison d'un aileron arrière non réglementaire, avec 44 points (30 points marqués par Kobayashi et 14 points par Pérez), ce qui la classe 7e au classement du championnat du monde des constructeurs devant Toro Rosso mais derrière Force India.

Bilan de la saison 2011[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

Contrairement à la BMW Sauber C29, la C30 est fiable dès le début de la saison ce qui lui permet de se classer régulièrement dans le top 10. Lors de la première course à Melbourne, Sergio Pérez et Kamui Kobayashi terminent dans les points, terminant à la 7e et 8e place respectivement, marquant un total de 10 points. Cependant, après la découverte d'un aileron arrière non réglementaire (il est jugé trop incurvé d'après les articles 3.10.1 et 3.10.2 du règlement technique), les deux voitures sont disqualifiées et leurs points sont redistribués[2],[3].

Kobayashi notamment termine dans le top 10 des sept premières courses – il amasse 25 points – dont une 5e place à Monaco. Pérez quant à lui est contraint à l'abandon en Malaisie quand un lest échappé de la voiture de Sébastien Buemi vient frapper le châssis de sa monoplace[4]. Au Grand Prix d'Espagne, Pérez marque ses premiers points, grâce à une 9e position. Mais lors de la course suivante, il s’écrase en Q3 à la sortie du tunnel de Monaco. Il souffre alors d'une commotion cérébrale et d'une contracture de la cuisse[5],[6],[7] qui le contraint à l'abandon et l'empêche de prendre le départ du Grand Prix du Canada ; l'ancien pilote Sauber, Pedro de la Rosa, le remplace et terminera douzième.

Les dix courses suivantes ne sont pas autant gratifiantes. Kobayashi ne termine qu'une seule fois dans les points en Allemagne même si Pérez réalise son meilleur résultat en course, en Grande-Bretagne, terminant 7e. Alors que Sauber espère marquer des points au Grand Prix d'Italie, l'écurie enregistre un double abandon à cause de soucis de boîte de vitesses[8],[9]. Un mieux est constaté en fin de saison, Kobayashi terminant les deux dernières courses dans les points, 10e à Abou Dabi et 9e au Brésil. Au total, les deux pilotes ont accumulé le même nombre de points que Sauber C29 de la saison précédente.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Départs en Grands Prix
Abandons
Victoires
Podiums
Meilleurs résultats en qualification
Meilleurs tours en course
Points inscrits
Classements aux championnats du monde

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Résultats détaillés de la Sauber C30 en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Moteur Pneus Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19
2011 Sauber F1 Team Ferrari V8 Type 056 Pirelli AUS MAL CHI TUR ESP MON CAN EUR GBR ALL HON BEL ITA SIN JAP COR IND ABU BRÉ 44 7e
Kamui Kobayashi Dsq 7e 10e 10e 10e 5e 7e 16e Abd 9e 11e 12e Abd 14e 13e 15e Abd 10e 9e
Sergio Pérez Dsq Abd 17e 14e 9e Np 11e 7e 11e 15e Abd Abd 10e 8e 16e 10e 11e 13e
Pedro de la Rosa 12e

Légende : ici

Références[modifier | modifier le code]

  1. « F1 - Nouvelle Sauber : C’est assurément un pas en avant », sur Made in motorsport,‎ 27 février 2011 (consulté le 27 février 2011)
  2. (en) Formula One Administration, « Sauber – Explanation of the rear wing infringement », sur formula1.com,‎ 27 mars 2011 (consulté le 15 mai 2011)
  3. (en) « Saubers disqualified over technical infringement – updated », sur scarbsf1.com (consulté le 2 avril 2011)
  4. D. Thys, « Pérez est passé à côté d’un drame en Malaisie. Il est content d’être sain et sauf... », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 10 avril 2011 (consulté le 14 avril 2011)
  5. Basile Davoine, « Aucune fracture pour Pérez après son accident », sur toilef1.com,‎ 28 mai 2011 (consulté le 28 mai 2011)
  6. Daniel Thys, « Sergio Pérez s'en sort pratiquement indemne », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 28 mai 2011 (consulté le 28 mai 2011)
  7. Michel Delaney, « F1 inspirateur : Sergio Pérez Premier de cordée », F1i magazine, no 67,‎ juillet-août 2011, p. 83-87
  8. Sandrine Bouchard, « Sauber a eu des soucis de boîtes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 11 septembre 2011 (consulté le 14 septembre 2011)
  9. Julien Delfosse, « Une véritable déception pour Sauber à Monza », sur toilef1.com,‎ 11 septembre 2011 (consulté le 14 septembre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :