Satory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Satory
Image illustrative de l'article Satory
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Ville Versailles
Arrondissement Versailles
Canton Versailles-Sud
Démographie
Population 5 000 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 11″ N 2° 06′ 43″ E / 48.786389, 2.11194448° 47′ 11″ Nord 2° 06′ 43″ Est / 48.786389, 2.111944  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Satory

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Satory

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Satory

Satory est un quartier de Versailles, chef-lieu du département des Yvelines (France).

Ce quartier est pour l'essentiel occupé par un camp militaire et l'habitat, exclusivement constitué d'immeubles, héberge environ 5 000 personnes, du personnel de la Défense et leurs familles.

Géographie[modifier | modifier le code]

Satory se trouve dans la partie sud-ouest de la commune de Versailles. Il se trouve sur un plateau allongé à environ 175 m d'altitude, délimité au nord par la route nationale 12 et au sud par la vallée encaissée de la Bièvre qui prend sa source dans le hameau de Bouviers. Il est presque entièrement entouré d'une ceinture forestière, le bois de Satory au nord, la forêt domaniale de Versailles au sud et à l'ouest.

Satory est desservi par deux axes de circulation majeurs la RN12 et la RD91.

Histoire[modifier | modifier le code]

D'origine gallo-romaine, Satory est, au Moyen Âge, un fief dépendant du couvent des Célestins à Paris, et comprenant un hameau de quelques maisons et un manoir. Louis XIV acquiert les terres de Satory en 1685 et les inclut dans le Grand Parc de Versailles, où elles deviennent une importante ferme mise à bail.

En 1871, le camp de Satory fut le lieu d'exécution de nombreux communards qui y furent fusillés.

La ferme de Satory[modifier | modifier le code]

Appartenant au domaine royal, depuis Louis XIV, la ferme de Satory est divisée en quatre parcelles (Satory, Bois-Robert, La Grange-Lessart, Le Désert), elles-mêmes, divisées en plusieurs lots lors de la vente des biens nationaux, puis rachetée pour le compte des domaines par Napoléon en 1810.

Au XVIIIe siècle, plusieurs fermiers se succèdent à la tête de la ferme : Simon Lespart, son fils François Lespart, sa veuve Marie-Charlotte Barbé, puis son second mari : André Michaux père, suivi des deux fils de ce dernier : André et André-François, d'abord en association, puis André Michaux seul, à son mariage en 1769. Vers 1776, alors qu'André s'oriente vers une carrière de botaniste explorateur, son frère André-François reprend la ferme. En 1798, Vincent Charlemagne Pluchet, gendre d'André-François, lui succède[1].

Vincent Charlemagne Pluchet, fils de Thomas Pluchet, est issu d'une famille connue en région parisienne depuis la fin du XVe siècle[2]. Il épouse Geneviève Antoinette Michaux et devient ainsi cultivateur à la ferme de Satory, à partir de la fin 1797. Vincent Charlemagne Pluchet sera maire de Trappes de 1812 à 1837, tout en continuant plusieurs années à exploiter les terres de Satory.

On trouve ensuite à Satory MM. Bailly de Villeneuve et Victor Pigeon qui est aussi cultivateur propriétaire à Palaiseau et maire de cette ville et Busnel. En 1849, outre celles des fermes de Gally et de la Ménagerie, les terres de la ferme de Satory sont données à l'Institut National Agronomique, créé l'année précédente. Mais cela coûte trop cher et dès 1853, Satory est louée à un nouveau fermier : Bouligny.

Depuis 1834, une trentaine d’hectares sont attribués à l’armée qui y installe un champ de manœuvres - qui servira aussi de champ de courses - avant d’obtenir la totalité du plateau en 1864.

L'hippodrome de Satory[modifier | modifier le code]

Le plateau de Satory accueillit de 1836 à 1865 un hippodrome où des courses hippiques avaient lieu chaque année en mai et juin. En 1838, les ducs d'Orléans et de Nemours, fils du roi Louis-Philippe Ier puis, en 1850, le prince-président Louis-Napoléon Bonaparte, assistèrent à des compétitions. Devenu empereur, ce dernier revint avec l'impératrice Eugénie de Montijo en 1854. Les difficultés financières et la concurrence des champs de courses parisiens et de celui de Porchefontaine, plus accessibles, entraînèrent son abandon après vingt-neuf ans d'activité.

Commune de Paris[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Commune de Paris et Louise Michel.
L'arrestation de Louise Michel le 24 mai 1871
Plaque commémorative, mur des fédérés à Satory.

En 1871, le camp de Satory fut le lieu de détention de milliers de communards qui vécurent plusieurs mois sans abri ni soin[3][réf. insuffisante]. Un grand nombre moururent de maladie, de blessures ou furent abattus et inhumés sur place[réf. nécessaire], entre l'étang de la Martinière et le « Mur des Fédérés » où subsiste une fosse commune à l’emplacement de laquelle une plaque commémorative a été apposée[4].

Les vingt-cinq condamnés à mort par le conseil de guerre furent fusillés au polygone d'artillerie, situé au bord de la RN 12[5]. Les plus célèbres sont Louis Rossel, polytechnicien, colonel du génie, qui avait avant tout refusé la capitulation devant l'ennemi allemand, et le militant blanquiste Théophile Ferré, animateur de la Commune de Paris et compagnon de Louise Michel. Leur exécution avec le sergent Pierre Bourgeois eut lieu le 28 novembre 1871. Un photomontage, « Exécution de Rossel, Bourgeois, Ferré, dans la plaine de Satory à Versailles », par Eugène Appert est visible au Musée d'art et d'histoire de Saint-Denis.

Louise Michel a été détenue elle aussi au camp de Satory. Le peintre Jules Girardet a représenté la révolutionnaire dans deux tableaux. Le premier représente son arrestation le 24 mai 1871. Le deuxième est intitulé « Louise Michel à Satory », elle y est présentée haranguant des communards. Louise Michel déclara lors de son procès [6] : « Ce que je réclame de vous qui vous donnez comme mes juges, c’est le champ de Satory où sont tombés nos frères… Si vous n’êtes pas des lâches, tuez-moi[7] ! »

Elle est condamnée en décembre 1871 à la déportation et envoyée en Nouvelle-Calédonie où elle reste jusqu'en 1880, date de l'amnistie générale.

Batterie du Ravin de Bouviers[modifier | modifier le code]

La Batterie du Ravin de Bouviers.
Article détaillé : Batterie du Ravin de Bouviers.

La Batterie du Ravin de Bouviers est située sur le plateau de Satory, au-dessus du ravin de Bouviers, à la limite de la ville de Guyancourt. C'est une ancienne batterie militaire construite en 1879, destinée à contrôler le passage des troupes sur le plateau. La batterie est implantée dans l'actuelle forêt de Versailles en limite du secteur militaire de Satory à une centaine de mètres de la commune de Guyancourt. La batterie est construite sur l'emprise de l'aqueduc situé entre l'étang de Saint-Quentin et Versailles. Certaines traverses s'appuient sur les structures de l'aqueduc[8].

L'aérodrome de Satory[modifier | modifier le code]

Clément Ader s'élève du sol une première fois avec l'appareil baptisé Éole, avec lequel il décolle le 9 octobre 1890 puis rase le sol sur 50 mètres à 20 cm au-dessus de la piste. Cet événement ne sera toutefois pas homologué comme étant le premier vol : la hauteur atteinte était insuffisante pour le qualifier de tel. De fait, la performance de cette génération d'engins ne fera pas se bousculer les entrepreneurs car n'ayant pas assez de maîtrise de son domaine.

Le 14 octobre 1897, sur le terrain militaire de Satory Clément Ader arrache son « Éole » du sol sur une distance de 300 mètres, mais son avion est rabattu par le vent et manque son atterrissage. Le ministère de la Guerre cesse de financer Ader qui est contraint d'arrêter la construction de ses prototypes (l'Éole avait coûté 200 000 francs de l'époque, soit l'équivalent de 8 millions d'euros). Il tente alors de donner son fabuleux moteur à vapeur au capitaine Renard, qui travaille sur la navigation des dirigeables, puis se lance dans la fabrication des moteurs à explosion. L'équilibrage de ces V8 montrent toujours le souci d'une utilisation aéronautique.

L’Avion III de Clément Ader
Monument commémoratif situé au pied du plateau de Satory

Contraint au secret militaire (les archives de Satory n'ont été rendues accessibles que dans les années 1990), il ne parle de ses vols qu'en 1906, après celui de Santos-Dumont à Bagatelle. Ce silence est à l'origine de la controverse entretenue par les partisans des frères Wright. En France, à l'époque, personne n'a entendu parler des frères Wright. Santos Dumont prétend donc être le père de l'aviation. Un débat national s'engage pendant plusieurs années, sans qu'on parvienne vraiment à trancher. On finit généralement par admettre le vol de l'Éole, qui décolla devant témoins, et à repousser l'existence du vol de 1897. Mais les travaux du général Pierre Lissarague, menés dans les années 1980 et 1990 (travaux fondés sur les archives secrètes de l'armée, rendues publiques dans les années 1980), tendent à prouver la réalité du vol de 1897.

Afin de faire toute la lumière sur ces vols, plusieurs maquettes motorisées de l'Éole et de l'Avion III furent réalisées [9]. Si les maquettes de l'Éole démontrent clairement que l'appareil était capable de s'élever dans les airs, le succès est moins net avec l'Avion III. Son très mauvais équilibre et son gouvernail inutilisable expliqueraient en tout cas les raisons de l'accident.

À partir de 1913, l'aérodrome de Satory, trop petit, sera progressivement abandonné pour l'aérodrome de Vélizy-Villacoublay.

Les Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

En 1900, le camp de Satory accueillit les épreuves de tir des Jeux olympiques d'été.

Satory aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Avec environ 5 000 habitants aujourd'hui, Satory est un quartier à part entière, avec ses commerces, écoles et équipements publics, dont la commune de Versailles essaie de resserrer les liens avec le reste de la ville, malgré son éloignement.

Logements et équipements publics[modifier | modifier le code]

Satory a la particularité d'abriter de très nombreuses entreprises en lien avec la Défense nationale (Gendarmerie nationale, Armée de Terre, Air et Marine nationale) et où travaillent une grande partie de ses habitants.

Implantation militaire[modifier | modifier le code]

Les militaires sont affectés dans les services suivants :

Autres activités[modifier | modifier le code]

Le laboratoire sur les interactions véhicule-infrastructure-conducteur (LIVIC) est une unité de recherche dépendant de l'Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité (INRETS) et du Laboratoire central des ponts et chaussées (LCPC). Les recherches concernent la route automatisée - dite « route intelligente » - de demain[10].

Projets[modifier | modifier le code]

Il est prévu la réhabilitation ou la construction de 600 logements[Quand ?], à l'est de Satory. Mais l'avenir du quartier se joue à l'ouest où se trouvent le champ de manœuvres d'une superficie de 60 hectares et une ancienne piste de chars de combat.

François de Mazières, maire de Versailles depuis mars 2008, envisage de transformer ces terrains en éco-parc d'activités et de logements[11], relié à la ville et intégré au pôle de recherche de l'OIN Saclay Palaiseau Saint Quentin. Ce projet s'oppose ainsi à l'installation d'un circuit de Formule 1, défendue par l'ancienne équipe municipale.

Personnalités liées au quartier[modifier | modifier le code]

François-André Michaux.
  • André Michaux, né le 7 mars 1746 à Satory (Versailles), décédé le 11 octobre 1802 à Tamatave (Madagascar), est fermier de la ferme de Satory avant de devenir un botaniste et un explorateur français.
  • François André Michaux, son fils, est un botaniste français, né le 16 août 1770 à Satory (Versailles) et mort le 23 octobre 1855 à Vauréal (Val-d'Oise).
  • Vincent Charlemagne Pluchet (1774-1837) est cultivateur à la ferme de Satory après son mariage fin 1797, puis il exploite la ferme du Château de Trappes, commune dont il est maire de 1812 à 1837, tout en continuant à mettre en valeur des terres sur le plateau de Satory. Il est l'inventeur en 1829 d'une charrue qui porte son nom[12].
  • Clément Ader est un ingénieur français, précurseur de l'aviation, né le 2 avril 1841 à Muret et mort le 3 mars 1925 à Toulouse. Il réalisa le premier vol en avion à partir de l'aérodrome de Satory.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Certaines scènes du film L'Armée des ombres de Jean-Pierre Melville ont été tournées dans le champ de tir du camp militaire de Satory, car il ressemblait au Stand de tir de Balard et sur la RN.12, à proximité. Le champ de tir a été détruit pour l'élargissement de la RN.12 à 2 fois 3 voies.
  • De nombreux décors du film Paris brûle-t-il ? furent construits sur un emplacement situé à l'ouest de l'étang de la Martinière, en particulier la reconstitution de la rue de Rivoli et de l'hôtel Meurice.
  • De nombreuses scènes du film L'Assaut de Julien Leclercq ont été tournées dans le quartier de Satory, principalement dans le quartier d'habitation Guichard 1, l'appartement du héros y étant situé.

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'activité des familles Michaux et Pluchet à la ferme de Satory est présentée dans : L'extraordinaire voyage d'un botaniste en Perse - André Michaux : 1782-1785, par Régis Pluchet, éditions Privat, juin 2014.
  2. « Généalogies de Pluchet », sur genea-bdf.org
  3. Louise Michel, La Commune – Histoire et souvenirs
  4. Ce « mur des fédérés » est proche de l'étang de la Martinière, situé au bout de l'avenue Guichard, juste à côté de la réserve d'eau.
  5. Prosper-Olivier Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871
  6. « Le procès de Louise Michel à Versailles », sur durru.chez.com
  7. « Histoire par l'image : Louise Michel et sa légende », sur histoire-image.org
  8. « Le site de fortiff »
  9. Pégase, le journal du musée du Bourget
  10. « Le LIVIC », sur lcpc.fr
  11. Mairie de Versailles
  12. « Titre manquant » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Versailles aux 3 visages, Émile et Madeleine Houth, éditions Lefebvre, 1980.
  • Versailles, le Roi et son Domaine, Vincent Maroteaux, éditions Picard, 2000.
  • Saint-Quentin en Yvelines Cartes Postales et Histoire locale, publié en 1984 par E. Stéphan publié chez Les Éditions de Liesse à Coignières.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]