Satellites de Mercure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mercure, une des deux planètes du Système solaire sans satellite connu.

À l'heure actuelle, aucun satellite de Mercure n'est connu.

De l'antiquité au début de l'ère spatiale[modifier | modifier le code]

Connue depuis l'antiquité, Mercure a été observée pendant des millénaire d'abord à l'œil nu, puis à l'aide des premières lunettes et des premiers télescopes. Contrairement à Vénus, aucune observation durant ses siècles n'ait pu suggérer ou faire croire à l'existence d'un satellite. Toutefois, Mercure étant constamment baignée dans la lumière solaire lorsqu'on l'observe depuis la Terre, il était encore possible de concevoir l'existence d'une lune de faible taille (<100 km) hors de portée des instruments optiques "classiques".

Espoir en 1974[modifier | modifier le code]

Le 27 mars 1974, deux jours avant que Mariner 10 n'effectue son survol Mercure prévu le 29 mars 1974, un instrument a commencé à enregistrer des émissions lumineuses dans les UV extrêmes, qui « n'avaient rien à faire là ». Le jour suivant elles étaient parties. Trois jours plus tard les émissions sont de nouveaux réapparues, et « l'objet » semblait se détacher de Mercure. Les astronomes ont pensé en premier qu'ils avaient vu une étoile. Mais ils l'avait vue dans deux directions complètement différentes, et tous les astronomes savaient que ces longueurs d'ondes en UV extrêmes ne pouvaient pas pénétrer très loin à travers du milieu interstellaire, ce qui laissait supposer que l'objet devait être proche. L'hypothèse d'un satellite de Mercure fut envisagée.

Après un vendredi agité, quand on a calculé que « l'objet » se déplaçait à 4 km/s, une vitesse cohérente avec celle d'une lune, les responsables se sont réunis. Ils ont mis le vaisseau, alors agonisant, à la disposition de l'équipe UV, et tout le monde a commencé à se faire du souci à propos de la conférence de presse prévue plus tard dans le samedi. La lune suspectée aurait pu être annoncée. Au niveau de la presse, des rumeurs commencèrent à circuler. Certains journaux se sont engouffrés dans des histoires à sensations à propos d'une nouvelle lune orbitant autour de Mercure.

31 Crateris, un possible système binaire.

Mariner 10 devait alors étudier plus en détail ce corps qui s'avéra finalement être une étoile chaude, 31 Crateris, dont les rayons UV n'avaient pas été entièrement absorbés par le milieu interstellaire comme on le pensait. Ceux-ci provenaient de la nébuleuse de Gum, s'étendant sur 140 ° du ciel nocturne et émis à 54 nm.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

La satellisation de la sonde MESSENGER autour de Mercure, de 2011 à 2015, a permis de définitivement écarter l'existence de cet hypothétique satellite.