KEO (satellite)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Satellite KEO)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir KEO.

Le satellite KEO est un projet de satellite soutenu par l'Unesco (qui l'a décrété projet du XXIe siècle[1]).

Ce satellite, plusieurs fois repoussé, pourrait être envoyé dans l'espace en 2015 suivant le planning d'Arianespace, et devrait retourner sur la Terre dans 50 000 ans. Il contiendra des messages d'habitants de notre planète d'aujourd'hui ; ces messages seront un témoignage de notre civilisation pour les générations futures. Le jour de l'envoi du satellite, tous les messages rendus anonymes seront publiés sur le site officiel.

Messages[modifier | modifier le code]

Chaque être humain est invité à écrire un message adressé aux futurs Terriens, et ce jusqu'à fin 2014. Les messages peuvent être envoyés du site Internet ou par voie postale. De même, les organisateurs du projet encouragent chacun à recueillir les messages d’enfants, de vieillards ou encore d’analphabètes afin de représenter chaque culture et chaque groupe humain de la Terre. Le satellite a une capacité suffisante pour emporter un message long de quatre pages de la part de chacun des sept milliards d’habitants de la planète. Une fois le satellite lancé, les messages, rendus anonymes, seront disponibles sur le Web.

Autre contenu[modifier | modifier le code]

KEO transportera également un diamant renfermant une goutte de sang humain, et quelques échantillons d’air, d’eau de mer et de terre, dans quatre petites sphères d’or. La séquence d'ADN du génome humain sera gravée sur l’un de ses côtés. Le satellite comportera également une horloge astronomique indiquant le train actuel de rotation de plusieurs pulsars ; des photographies de personnes appartenant à toutes les cultures différentes ; et finalement un précis encyclopédique regroupant tout le savoir humain actuel, « La Bibliothèque d’Alexandrie Contemporaine ».

Aspects techniques[modifier | modifier le code]

Les messages et la bibliothèque seront encodés sur des DVD résistants aux radiations. Des instructions accompagnées de symboles en plusieurs formats indiqueront à ceux qui l’auront trouvé comment construire un lecteur de DVD, qui risque de ne plus exister d’ici 50 000 ans.

Le satellite en lui-même est une sphère évidée de 80 cm de diamètre où est gravée une carte de la Terre. Elle est entourée d’une couche d’aluminium, d’une couche thermique, et de plusieurs couches de titane et autres métaux lourds séparées de couches de vide. La sphère sera résistante aux rayonnements cosmiques, au retour dans l’atmosphère, aux collisions avec des débris spatiaux, etc. Quand le satellite entrera à nouveau dans l’atmosphère terrestre, la couche thermique produira l’effet d’une aurore boréale artificielle pour signaler l’arrivée du satellite. Ce satellite passif ne contient aucun système de communication ou de propulsion. Il sera mis en orbite par la fusée Ariane 5 à 1 800 km de hauteur, une altitude qui ne le fera revenir que dans 500 siècles, la même durée qui s’est écoulée depuis que l’Homme a commencé à peindre sur les murs des cavernes.

Histoire du projet[modifier | modifier le code]

Le projet KEO est né en 1994 de l’initiative de Jean-Marc Philippe[2], un scientifique-artiste français, de surcroît pionnier du mouvement de l’art de l’espace. On commença alors à collecter des messages en vue d’un lancement en 2001. La date a cependant été repoussée à 2007-2008 car il a fallu plus de temps que prévu pour démontrer que ce projet était effectivement réalisable. Évidemment, tout est sous conditions : la fabrication d'une fusée Ariane 5 devra être finie à cette date-là, sans quoi le lancement sera encore repoussé.

En fin 2006, la date de lancement a de nouveau été reportée à l'horizon 2009-2010, échéance encore repoussée suite au décès de Jean-Marc Philippe à l'horizon 2014-2015[2].

Projets similaires[modifier | modifier le code]

Avant KEO, de nombreux vaisseaux spatiaux comportaient des capsules temporelles à destination d’humains ou d’extraterrestres dans un futur éloigné. Le satellite LAGEOS, qui reviendra dans l’atmosphère terrestre d’ici quelque 8,4 millions d’années, contient une plaque indiquant la disposition des continents terrestres dans le passé, le présent et le futur. Pioneer 10 et Pioneer 11 ont tous les deux emporté des plaques montrant en images leur temps et lieu d’origine. Les deux sondes Voyager, les plus connues, contiennent chacune un disque d’or – le Voyager Golden Record – où ont été enregistrés des sons et des images terrestres, avec des instructions d’utilisation et de lecture de ce disque, et bien sûr des données précises localisant la Terre dans l’univers. Sans oublier le récent projet Cosmic Connexion du CNES et en collaboration avec ARTE qui a permis d'envoyer une émission de télévision, montrant à quoi ressemble notre civilisation, dans l'espace à l'attention d'éventuels extra-terrestres du côté de l'étoile Errai.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lettre de Federico Mayor, Directeur Général de l'Unesco 1987-1999
  2. a et b Jean-Marc Philippe, né en 1939, est décédé le 12 novembre 2008 d'un cancer foudroyant. L'équipe de KEO a cependant décidé de continuer son œuvre. Le nouveau président du Programme KEO est Patrick Tejedor, né le 13 septembre 1957, diplômé de l'École Polytechnique et de Supaéro. Entré à l'Aérospatiale en 1982, il a exercé les fonctions de directeur du programme A300, puis coordinateur du programme A380 pour la France et enfin directeur d'Airbus Toulouse. Depuis décembre 2009 il est directeur de l'établissement du Plessis-Robinson de MBDA France. Sources : KEO, Projet, Conférence 1er mai 2009 et Actualités du Parc d'affaires Noveos

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]