Sarah Kirsch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sarah Kirsch

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Sarah Kirsch en 1976

Nom de naissance Ingrid Hella Irmelinde Bernstein
Activités Écrivain, poétesse
Naissance 16 avril 1935
Limlingerode (de)
Décès 5 mai 2013
Heide
Langue d'écriture Allemand

Signature

Signature de Sarah Kirsch

Sarah Kirsch (née Ingrid Hella Irmelinde Bernstein le 16 avril 1935 à Limlingerode (de)) et morte le 5 mai 2013 (à 78 ans) à Heide (Holstein)[1], est une poétesse allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle passe sa jeunesse à Halberstadt où son père est ingénieur en télécommunications. Intéressée par la nature, après son abitur, elle commence un apprentissage comme agent forestier, fonction qu'elle abandonne pour entreprendre des études de biologie de 1954 à 1958 à Halle (Saxe-Anhalt) jusqu'à l'obtention d'un diplôme de biologiste. En 1958, elle rencontre le poète Rainer Kirsch (de) qu'elle épouse en 1960.

Sarah et Rainer Kirsch
Sarah et Rainer Kirsch (de) en 1964

En 1960, elle publie ses premiers poèmes sous le prénom de Sarah, pseudonyme qu'elle a choisi par solidarité avec les victimes de la Shoah. De 1963 à 1965, elle étudie à l'Institut Allemand de Littérature (de) de Leipzig, où elle est l'élève du poète Georg Maurer. En 1965, elle devient membre de la Deutscher Schriftstellerverband (de), association en lien avec la RDA. Elle et son mari sont pigistes à Halle et publient un premier recueil Gespräch mit dem Saurier en 1965 puis Landaufenthalt en 1967.

Après son divorce en 1968, Sarah Kirsch s'installe à Berlin-Est. En 1969, elle donne naissance à son fils Moritz dont Karl Mickel (de) est le père. Elle travaille comme journaliste, dans la presse et à la radio, et traductrice. En 1973, elle publie le recueil de poèmes Zaubersprüche (Formules magiques) et deux ouvrages en prose, Die Pantherfrau et Die ungeheuren bergehohen Wellen auf See. Elle devient membre du conseil d'administration de la Deutscher Schriftstellerverband. Pour avoir cosigné la lettre de protestation contre l'expulsion de Wolf Biermann en 1976, elle est exclue du Parti socialiste unifié d'Allemagne et de la Deutscher Schriftstellerverband. En août 1977, elle gagne Berlin-Ouest avec son fils.

En 1978, elle devient membre du PEN club et bénéficie d'une bourse de la Villa Massimo à Rome. En 1980, elle écrit avec Günter Grass, Thomas Brasch et Peter Schneider une lettre ouverte au chancelier Helmut Schmidt, lui reprochant l'alignement de sa politique étrangère sur celle des États-Unis. Elle quitte Berlin pour vivre avec son fils de 1981 à 1983 à Bothel (de), Arrondissement de Rotenburg (Wümme). Puis, de 1983 à sa mort, elle vit à Tielenhemme (de) (arrondissement de Dithmarse, Schleswig-Holstein).

En 1992, elle refuse d'être professeur à l'académie des arts de Berlin, qu'elle tient pour un refuge d'anciens membres du ministère de la Sécurité d'État de l'ex-RDA. En 1996, elle accepte toutefois un poste dans les universités de Francfort et de Cassel.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Édition en français[modifier | modifier le code]

  • Terre / Erdreich, poèmes traduits et présentés par Jean-Paul Barbe, éd. le Dé bleu, 1988.
  • Chaleur de la neige / Schneewärme, poèmes traduits et présentés par Jean-Paul Barbe, éd. le Dé bleu, 1993.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source, notes et références[modifier | modifier le code]