Sapèque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


La sapèque (qian (zh) : « monnaie ») est le nom d'une ancienne pièce de monnaie chinoise.

Les premières monnaies chinoises[modifier | modifier le code]

Avant la sapèque, d'autres types de monnaie existaient, en forme de couteau, de bu (outil agricole) ou de cauris (ces coquillages servaient également de monnaie).

Article détaillé : Anciennes monnaies chinoises.

La sapèque[modifier | modifier le code]

La sapèque est une ancienne monnaie chinoise et indochinoise, en usage jusqu'au début du XXe siècle. C'était aussi la pièce de monnaie de la valeur la plus faible, une pièce ronde en cuivre ou en bronze, percée au centre d'un trou carré.

Le mot français viendrait du malais sapacou (unité monétaire valant mille caxas), alors qu'en chinois la sapèque (pièce) était désignée par 钱 qián, mot qui signifie aujourd'hui « argent, pièce de monnaie ». Le mot cash fut également utilisé comme équivalent de sapèque.

L'origine de cette pièce se trouve dans la standardisation de la monnaie de circulation en Chine, au cours de la dynastie Qin (-221 à -206) : les pièces devaient être rondes et percées en leur centre d'un trou carré portant deux caractères « ban liang ».

Le trou carré des pièces permettait de les enfiler sur une barre carrée, pour les faire tourner afin de les ébarber. La forme des sapèques est également liée à la cosmologie traditionnelle chinoise : la rotondité des pièces évoque celle du ciel, et le trou central est carré comme la terre.

Pour faciliter leur transport, les sapèques étaient réunies par des cordelettes passées dans leur trou central, constituant ainsi des cordons de différentes quantités (entre 100 et 1 000 pièces). Un cordon de 1 000 pièces était appelée diao et valait 1 kwan (une once d'argent).

Peu avant l'époque Tang, ces cordons de pièces furent reproduits en image sur du papier : ce sont là les premiers billets de banque, appelés d'abord jiaozi.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sylvie Bagrin, Gildas Salaün et François Thierry, Collections numismatiques d'Extrême Orient du Musée départemental Dobrée à Nantes, Nantes, Association Numismatique Armoricaine,‎ 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]