Santo subito

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Béatification de Jean-Paul II.

Santo subito est une locution italienne qui veut dire « canonisez-le tout de suite ! ». Elle est utilisée par les catholiques qui demandent la canonisation rapide d'une personne après son décès.

Depuis la promulgation de la bulle pontificale Novæ leges pro causis sanctorum de 1983, le procès en canonisation d'une personne ne peut pas intervenir avant un délai de 5 ans après la mort de cette personne. De tradition séculaire, il était possible pour le pape de déclencher la procédure de procès en canonisation immédiatement à la mort d'une personne si le peuple en faisait la demande lors par exemple de son enterrement. Ce fut le cas de quelques papes dans le passé qui ont été canonisés ou béatifiés quelques décennies après leur mort seulement, comme le bienheureux Jean XXIII, saint Léon IX ou encore saint Célestin V. Les papes Anaclet, Sixte II et Martin Ier devinrent rapidement saints en raison de leur martyre. Autrefois, la canonisation pouvait être vox populi : presque tous les papes des cinq premiers siècles ont ainsi été déclarés saints[1].

Invention de l'expression[modifier | modifier le code]

Lors des funérailles du pape Jean-Paul II une partie des catholiques présents dans le « carré polonais » ont souhaité la béatification immédiate du pape Jean-Paul II en brandissant des banderoles portant Santo subito en italien et en criant « santo subito ». Le futur pape Benoît XVI, alors encore cardinal Ratzinger et responsable de l'office religieux, n'a pas répondu immédiatement à ces souhaits d'autant plus que ce mouvement était mûrement préparé et non spontané, l'exécuteur testamentaire de Jean-Paul II Stanisław Dziwisz jouant un rôle non négligeable et les banderoles étant faites par le Mouvement des Focolari[2]. Il a cependant permis dérogation à la bulle papale autorisant la béatification le 3 mai 2005 avant que ne soit ouvert le procès en béatification en la basilique Saint-Jean de Latran le 28 juin 2005.

Liste des causes[modifier | modifier le code]

Liste des causes ayant été ouvertes avant le délai de cinq ans fixés en 1983 :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Christopher M. Bellitto, 101 Questions & Answers on Popes and the Papacy, Paulist Press,‎ 2008, p. 149
  2. Philippe Levillain, Moment Benoît XVI, Fayard,‎ 2008, p. 80