Sante Bentivoglio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sante Bentivoglio

Naissance 1424
Poppi
Décès
Bologne
Nationalité Italien
Profession Militaire, condottiere.
Famille

Sante Bentivoglio (Poppi, 1424 – Bologne, ) est un militaire, condottiere et noble italien actif au XVe siècle. Fils naturel de Ercole Bentivoglio et cousin de Annibale Ier Bentivoglio il fut seigneur de Bologne de 1445 à 1463.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sante Bentivoglio a été élevé à la cour de Cosme de Médicis à Florence[1],[2].

Sante Bentivoglio a succédé à Annibale Ier, tué dans un guet apens organisé par la famille rivale des Canetoli. Il a été nommé « Gonfaloniere della giustizia » titre qui équivalait à Seigneur de la ville de Bologne. Il a été aussi désigné comme tuteur du fils d'Annibale Giovanni IIe[3].

Sante Bentivoglio eut comme amante Nicolosa Castellani, épouse de Nicolò Sanuti comte de Porretta[4].

Le , il épouse dans l'église San Giacomo Maggiore de Bologne[2]. Ginevra Sforza, âgée de 14 ans, fille d'Alessandro Sforza seigneur de Pesaro.

Le couple eut deux enfants[5]:

  • Costanza (1458-1491), qui épousa Antonmaria Pico da Mirandola ;
  • Ercole Bentivoglio (1459-1507), condottiere, qui épousa Barbara Torelli.


En 1460 débutèrent les travaux de construction de son palais, confiés à Pagno di Lapo Portigiani[6] et finalement achevés par Giovanni IIe fils d'Annibale. la palais fut détruit en 1507 quand la papauté chassa les Bentivoglio de Bologne[7].

Sante Bentivoglio pendant sa Seigneurie a su conserver une autonomie gouvernementale indépendante en dosant finement la composition du sénat communal avec un nombre équivalent de membres de la noblesse bolonaise et de représentants papaux[8].

Dans le domaine de la politique, il a conclu des alliances avec la République de Venise, les Sforza et les Médicis[2].

Sante Bentivoglio est mort de maladie[9] en 1463, Giovanni IIe, duquel il a été tuteur lui succéda, six mois plus tard ce dernier épousa Ginevra, avec laquelle il eut seize enfants.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Claudio Rendina, I capitani di ventura, Rome, Newton Compton,‎ 1994

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]