Sante Bentivoglio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sante Bentivoglio

Naissance 1424
Poppi
Décès 1er octobre 1463
Bologne
Nationalité Italien
Profession
Famille

Sante Bentivoglio (Poppi, 1424 – Bologne, 1er octobre 1463) est un militaire, condottiere et noble italien actif au XVe siècle. Fils naturel de Ercole Bentivoglio et cousin de Annibale Ier Bentivoglio il fut seigneur de Bologne de 1445 à 1463.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sante Bentivoglio a été élevé à la cour de Cosme de Médicis à Florence[1],[2].

Sante Bentivoglio a succédé à Annibale Ier, tué dans un guet apens organisé par la famille rivale des Canetoli. Il a été nommé « Gonfaloniere della giustizia » titre qui équivalait à Seigneur de la ville de Bologne. Il a été aussi désigné comme tuteur du fils d'Annibale Giovanni IIe[3].

Sante Bentivoglio eut comme amante Nicolosa Castellani, épouse de Nicolò Sanuti comte de Porretta[4].

Le 19 mai 1454, il épouse dans l'église San Giacomo Maggiore de Bologne[2]. Ginevra Sforza, âgée de 14 ans, fille d'Alessandro Sforza seigneur de Pesaro.

Le couple eut deux enfants[5]:

  • Costanza (1458-1491), qui épousa Antonmaria Pico da Mirandola ;
  • Ercole Bentivoglio (1459-1507), condottiere, qui épousa Barbara Torelli.


En 1460 débutèrent les travaux de construction de son palais, confiés à Pagno di Lapo Portigiani[6] et finalement achevés par Giovanni IIe fils d'Annibale. la palais fut détruit en 1507 quand la papauté chassa les Bentivoglio de Bologne[7].

Sante Bentivoglio pendant sa Seigneurie a su conserver une autonomie gouvernementale indépendante en dosant finement la composition du sénat communal avec un nombre équivalent de membres de la noblesse bolonaise et de représentants papaux[8].

Dans le domaine de la politique, il a conclu des alliances avec la République de Venise, les Sforza et les Médicis[2].

Sante Bentivoglio est mort de maladie[9] en 1463, Giovanni IIe, duquel il a été tuteur lui succéda, six mois plus tard ce dernier épousa Ginevra, avec laquelle il eut seize enfants.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Claudio Rendina, I capitani di ventura, Rome, Newton Compton,‎ 1994

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]