Santa Maria (Rio Grande do Sul)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Santa Maria.
Santa Maria
Surnom : Cidade coração do Rio Grande do Sul ("Ville cœur du Rio Grande do Sul")
Blason de Santa Maria
Héraldique
Cathédrale de Santa Maria
Cathédrale de Santa Maria
Administration
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Région Sud
État Rio Grande do Sul Rio Grande do Sul
Langue(s) portugais
Maire Cezar Augusto Schirmer (PMDB)
Code postal 97 100-000
Fuseau horaire
Heure d'été
UTC-3
UTC-2
Indicatif 55
Démographie
Gentilé santa-mariense
Population 263 403 hab.[1] (01-04-2007)
Densité 148 hab./km2
Géographie
Coordonnées 29° 41′ 03″ S 53° 48′ 25″ O / -29.684167, -53.806944 ()29° 41′ 03″ Sud 53° 48′ 25″ Ouest / -29.684167, -53.806944 ()  
Altitude 150 m
Superficie 178 000 ha = 1 780 km2
Divers
Site(s) touristique(s) Gastronomie d'origine italienne
Fondateur
Date de fondation
Loi provinciale n° 400
16 décembre 1857
Localisation
Localisation de Santa Maria sur une carte
Localisation de Santa Maria sur une carte

Géolocalisation sur la carte : Brésil

Voir la carte administrative du Brésil
City locator 14.svg
Santa Maria

Géolocalisation sur la carte : Brésil

Voir la carte topographique du Brésil
City locator 14.svg
Santa Maria
Liens
Site web http://www.santamaria.rs.gov.br/

Santa Maria est une municipalité du Centre-Ouest de l'État du Rio Grande do Sul faisant partie de la microrégion de Santa Maria et située à 286 km à l'ouest de Porto Alegre, capitale de l'État. Elle se situe à une latitude de 29º 41' 03" sud et à une longitude de 53º 48' 25" ouest, à une altitude de 150 mètres. Sa population était estimée à 263 403, pour une superficie de 1 780 km². On y accède par les BR-287, BR-392, BR-158, RS-509 et RS-516.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les plus anciens habitants de Santa Maria connus sont les Amérindiens Minuanos, qui habitaient une région de la municipalité connue comme Coxilha do Pau Fincado, et les Tapes, plus nombreux, qui vivaient dans les collines.

En 1777 le Portugal et l'Espagne signèrent le Traité de Santo Idelfonso qui prévoyait la restitution des terres occupées illégalement par les deux parties. La Garde de Santa Maria était sur la frontière entre les terres des deux empires.

Entre mars et avril 1787, une commission mixte espagnole et portugaise passa par la région où se situe aujourd'hui Santa Maria. L'actuel territoire de Santa Maria fut divisé en parcelles. La partie où se trouve de nos jours la ville fut donnée à un certain Francisco de Amorim qui, peu après, la vendit au Père Ambrósio José de Freitas.

Un campement de 400 personnes fut installé où se trouvent actuellement la Place Saldanha Marinho et la Rue do Acampamento. Celui-ci reste connu sous le nom de campement de Santa Maria, plus tard s'ajoutant Boca do Monte au nom. Oú se trouvaient les cabanes des démarqueurs des limites, fut créée la Rue São Paulo (de nos jours, Rue do Acampamento) et, ensuite, la Rue Pacífica (ensuite appelée Rue do Comércio et, actuellement Rue Dr Bozano) qui menaient au Passo da Areia.

En 1828 arriva le 28e Bataillon étranger composé de soldats allemands salariés pour lutter dans la Guerre de la Cisplatine. Ce fait intensifia le peuplement de la région : après la dissolution des troupes, beaucoup de militaires choisirent de rester à Santa Maria, attirant des colons de São Leopoldo et sa périphérie, commençant un cycle de colonisation d'origine germanique.

Elle devint paroisse en 1837 sous le nom de Santa Maria da Boca do Monte. Santa Maria fut élevée à la condition de bourg en 1857, se séparant de Cachoeira do Sul. La municipalité fut créée le 16 décembre 1857 et installée le 17 mai 1858.

La population de Santa Maria participa à de nombreux conflits, parmi lesquels la Guerre contre Oribe et Rosas (1851-1852), celle du Paraguay (1864-1870) et la Révolution Farroupilha (1835-1845), quand se déroula sur son territoire la Bataille de la Porteirinha.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Santa maria est tournée essentiellement vers la prestation de services. Le secteur tertiaire a une importance déterminante à travers le commerce, les services publics - incluant l'importante Université fédérale de Santa maria et l'armée. Plus de 80 % de la population active est impliquée dans ces activités qui génèrent le flux monétaire le plus important de la cité.

En second lieu, un secteur primaire agro-pastoral, et, en troisième position, le secteur secondaire avec des industries de petit et moyen port tournées vers la mise en valeur des produits de l'agriculture et de l'élevage produits laitiers, mais aussi des industries métallurgiques, de meubles, de fabrication de chaussures, etc.

Maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2000 2008 Valdeci Oliveira PT  
2008 2012 Cezar Schirmer PMDB  

Villes voisines[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]