Sanron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'école Sanron (三論宗, sanronshū?, « école des trois traités ») est une des Six écoles de la Capitale du Sud de Nara. Aussi appelée « École de la vacuité » (空宗, kūshū?), elle était professée au Daian-ji (大安寺?). Elle fut importée de Chine en 625 par le religieux coréen Ekan[1]. Elle se divisa plus tard en deux branches : la Gankou-ji Ha et la Taian-ji Ha, et eut des adeptes jusqu'au début de l'ère Edo[1].

Les Trois traités[modifier | modifier le code]

Les trois traités qui donnent leur nom à l'école Sanron sont des traités du Madhyamaka indien :

  • Le Traité du milieu (中論, Chūron?) de Nāgārjuna.
  • Le Traité des Douze portes (十二門論, Jūnimonron?) de Nāgārjuna.
  • Les Cent stances (百論, Hyakuron?) d'Āryadeva.

Les Japonais accèdent à ces textes sanskrits par l'intermédiaire de leur traduction en chinois de Kumārajīva.

Développement historique[modifier | modifier le code]

Transmissions[modifier | modifier le code]

  1. La branche du Gangō-ji : L'école chinoise Sanlun est introduite du continent pour la première fois par le moine coréen Hyegwan (慧灌, Ekan?) qui arrive au Japon en 625 après avoir étudié auprès de Jizang, le grand maître du Sanlun. Il s'installe au temple Gangō-ji.
  2. La branche du Hōryū-ji : on considère parfois[2] que le moine Chizō (智蔵?), sans doute parce qu'il a étudié les arcanes de la doctrine auprès de Jizang en Chine, initie une deuxième branche de transmission des enseignements. Il s'installe au temple Hōryū-ji.
  3. La branche du Daian-ji : le moine Dōji (道慈?) est initié à l'ésotérisme lors d'un long séjour en Chine (702-718). À son retour au Japon, il s'installe au temple Daian-ji et transmet ces enseignements. Cette branche est parfois appelée « l'autre Sanron » (別三論, betsu-sanron?).

Pendant la période Asuka (avant 710)[modifier | modifier le code]

Pendant l'époque de Nara (710-794)[modifier | modifier le code]

Pendant l'époque de Heian (794-1185)[modifier | modifier le code]

Après l'époque de Heian (après 1185)[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Louis Frédéric, Le Japon, dictionnaire et civilisation, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 1996, 1419 p. [détail des éditions] (ISBN 2-221-06764-9)
  2. HIRAI Shunei (平井俊榮?), Etude introductive à l’histoire de l’École des trois traités à Nara (南都三論宗史の研究序説, Nanto Sanronshūshi no kenkyū josetsu?) dans Bulletin de la recherche de la Faculté de bouddhisme de l’Université Komazawa (駒沢大学仏教学部研究紀要, Komazawa daigaku bukkyōgakubu kenkyū kiyō?), Tokyo, Faculté de bouddhisme de l’Université Komazawa (駒沢大学仏教学部, Komawaza daigaku bukkyōgakubu?), n° 44, mars 1986, p. 30-31.