Sandy Brondello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brondello (homonymie).
Sandy Brondello Portail du basket-ball
Defaut.svg
Fiche d’identité
Nom complet Sandra Anne Brondello
Nationalité Drapeau de l'Australie Australie
Naissance 20 août 1968 (45 ans)
Mackay
Taille 1,7 m (5 7)
Poids 62 kg (136 lb)
Situation en club
Poste arrière
Draft WNBA
Année 1998
Position 34e
Franchise Shock de Détroit
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1998
1999
2001
2002
2003
Shock de Détroit
Shock
Sol de Miami
Sol
Storm de Seattle
14,2
13,3
12,7
8,8
8,2[1]
Sélection en équipe nationale **
1987-2004 Drapeau : Australie Australie (302 sél[2].)
Carrière d’entraîneur
2005-2009
2010
2011-
SA Silver Stars (ass.)
SA Silver Stars
LA Sparks (ass.)

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Sandy Brondello, née le 20 août 1968 à Mackay dans le Queensland, est une joueuse australienne de basket-ball, évoluant au poste d'arrière, devenue entraîneure de basket.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avec l'équipe nationale australienne, elle participe à quatre olympiades (4e place en 1988, bronze en 1996, argent en 2000 et 2004), quatre championnats du monde (6e place en 1990, 4e place en 1994, bronze en 1998 et 2002) et aux Goodwill Games en 1990. Après avoir été disputé le Mondial Junior en 1985 et le Mondial Universitaires 1987, elle intègre les Opals, surnom de la sélection australienne, en 1987.

Elle joue cinq saisons en WNBA et garde en 2010 la quatrième meilleure réussite à trois points en carrière (41,0 %)[3]. Pour sa première saison WNBA en 1998, elle obtient le meilleure réussite aux lancers-francs avec 92,3 % (96/104) et se classe huitième scoreuse de la ligue avec 14,2 points et dixième passeuse (3,3) de la ligue. Le 13 juillet, elle réussit son premier double-double avec 23 points et 10 rebonds. Elle est sélectionnée en 1999 au premier WNBA All-Star Game. Elle est la meilleure des Shock à la marque (13,3 points), à la réussite à trois points (48,7 %, seconde performance de WNBA). Elle inscrit 33 points à 13/18 (dont 6/9 à trois points, dont un réussi à la fin du temps réglementaire puis un à la fin de la première prolongation) dans un match perdu en double prolongation contre les Starzz de l'Utah. Le Shock est battu en play-offs par le Sting de Charlotte. Elle fait l'impasse sur la saison suivante pour privilégier la préparation des Jeux olympiques à Sydney. En 2001, elle rejoint pour deux saisons le Sol de Miami, où joue également une saison une de ses coéquipières allemandes, Marlies Askamp. Dès le 27 juin 2001, elle est la 31e joueuse de WNBA à passer la barre des 1 000 points inscrits. Avec 12,7 points par match, elle est la seconde scoreuse des Sol, avec la meilleure réussite à trois points (39,4 %), débutant les 29 rencontres qu'elle dispute. Elle réussit notamment un tir victorieux à 1,1 secondes de la fin du match à Orlando le 10 juillet. Elle score 23 points à 9 sur 13 (dont 4/6 à trois points) contre Charlotte le 18 juillet. En 2002, ses moyennes sont de 8,8 points, 1,4 rebonds et 1,5 passes en 30 rencontres, dont 23 dans le cinq de départ. Elle dispute sa dernière saison avec les Storm en 2003, où elle retrouve ses compatriotes Lauren Jackson et Tully Bevilaqua[4].

Elle joue pour le club allemand du BTV Wuppertal de 1992 à 2002, remportant six fois le championnat[5] et remportant l'Euroligue 1996, Sandy Brondello étant élue MVP du Final Four. Membre du meilleur cinq de l'Euroligue en 1994, 1996 et 1997[4].

Elle dispute à plusieurs reprises le championnat australien et est élue All-Star de la WNBL en 1994 et 1995. Elle en est MVP en 1995[3].

En 2005, elle devient assistante entraîneure des Silver Stars de San Antonio (qui accèdent aux finales WNBA 2008), puis entraîneure en 2010[3]. C'est aux Silver Stars que Marion Jones prépare avec Brondello son retour au basket-ball[6]. À la fin de la saison conclue sur un bilan de 14 victoires pour 20 défaites et une élimination au premier tour des play-offs par le Mercury de Phoenix, le general manager Dan Hughes la remplace elle et son mari Olaf Lange, son ancien coach à Wuppertal[7]. Elle reprend en 2011 une place d'assistante entraîneure pour les Sparks de Los Angeles.

Elle a deux enfants Brody Max et Grace[3].

Clubs successifs[modifier | modifier le code]

WNBA[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Australie[modifier | modifier le code]

  • 1986-1996[3]: Bankstown Bruins, Sydney Bruins/Flames, AIS and Brisbane Blazers[9]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Club[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Sandy Brondello », WNBA (consulté le 5 août 2011)
  2. (en) « Sandy Brondello », www.basketball.net.au (consulté le 5 août 2011)
  3. a, b, c, d et e (en) « Sandy Brondello », WNBA (consulté le 7 août 2011)
  4. a et b (en) « Sandy Brondello », WNBA (consulté le 7 août 2011)
  5. 10 selon d'autre sources (en) « Sandy Brondello Added to Coaching Staff », WNBA (consulté le 7 août 2011)
  6. (en) « Sandy Brondello helps Marion Jones in new career bid », Herald Sun,‎ 3 décembre 2009 (consulté le 7 août 2011)
  7. (en) « Silver Stars Fire Sandy Brondello, Husband After Playoff Exit », AOL News,‎ 28 septembre 2010 (consulté le 7 août 2011)
  8. « Brondello signe à Valence », Basquetebol,‎ 6 juillet 2003 (consulté le 7 août 2011)
  9. (en) « Sandy Brondello », Storm Fans (consulté le 7 août 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]