Sana Hassainia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sana Hassainia
Image illustrative de l'article Sana Hassainia
Fonctions
Députée fédérale de Verchères-Les Patriotes
2 mai 2011
Premier ministre Stephen Harper
Législature 41e législature du Canada
Prédécesseur Luc Malo
Membre de l'Opposition Officielle du Canada
Biographie
Date de naissance 1er novembre 1974 (40 ans)
Lieu de naissance Tunis, (Tunisie)
Nationalité Canadienne
Parti politique Indépendante
ex-Nouveau Parti démocratique
Diplômé de Université de Montréal
Profession Chargée de projet en Imprimerie

Sana Hassainia, سناء حساينية (né le 1er novembre 1974 à Tunis), est une femme politique canadienne d'origine tunisienne. Elle est élue à la Chambre des communes du Canada en mai 2011, représentant la circonscription de Verchères—Les Patriotes (Rive sud de Montréal) pour le NPD. Le 20 août 2014, elle se retire du NPD pour devenir députée indépendante.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Elle est mariée à Amine Kochlef. Elle accouche deux fois durant son mandat : le 14 novembre 2011 elle donne naissance à un garçon nommé Skander-Jack, en hommage à Jack Layton, puis à une fille, Sarah-Jane, le 9 juin 2013[1].

Éducation et qualifications[modifier | modifier le code]

Sana Hassainia est titulaire d'une maîtrise en langue française obtenue à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines 9 avril en Tunisie et d'un certificat en journalisme obtenu en 2003 à l'Université de Montréal.

Lors de son élection, Sana Hassainia travaillait dans une imprimerie de Terrebonne.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Lors de l'élection fédérale canadienne de 2011, elle est candidate pour le Nouveau Parti démocratique dans Verchères—Les Patriotes. Elle ne fait pas campagne dans la circonscription, faute d'argent, et ne s'y déplace pas[2]. Surfant sur la « vague orange », elle est cependant élue sans équivoque en obtenant plus de 43 % des voix contre 36 % à Luc Malo, député bloquiste sortant.

Une fois en chambre, elle n'a pas de responsabilités particulières au sein du caucus néodémocrate et devient membre du Comité permanent de la condition féminine et du Comité mixte permanent d'examen de la réglementation, postes qu'elle occupe toujours aujourd'hui[3].

Lorsque, suite au décès de Jack Layton, la course à la chefferie du NPD est déclenchée, elle soutient Brian Topp[4]

En février 2012, elle se plaint de l'attitude d'Andrew Scheer qui l'aurai empêché de rester en séance avec son bébé de trois mois alors qu'elle voulait voter. Elle parle alors d'un acte « pas du tout encourageant pour la conciliation travail-famille et le retour au travail des femmes. » [5]

Le 20 août 2014, elle annonce quitter le Nouveau Parti démocratique, dénonçant la position pro-israélienne du parti dans le conflit israélo-palestinien[6].

Lorsque Jean-François Fortin lance Forces et Démocratie, il invite Sana Hassainia à les rejoindre mais elle décline[7].

En janvier 2015, elle est présenté par les médias comme la députée la plus absentéiste de la Chambre : en effet, la députée n'a participé qu'à 6% des votes durant l'année 2014. Elle assume cela en affirmant préférer le travail de circonscription, même si la presse la décrit comme aussi peu présente sur le terrain, Radio Canada lui donnant le titre de « députée fantôme »[8]. Elle assure cependant vouloir se représenter lors des élections de 2015, mais dans une autre circonscription et sous les couleurs de Forces et Démocratie ou du Parti libéral du Canada[9].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élection fédérale de 2011
Candidat Parti # de voix  % des voix
     Rodrigo Alfaro Conservateur 4 884 8,63 %
     (x) Luc Malo Bloc québécois 20 593 36,38 %
     Pier-Luc Therrien-Péloquin Libéral 5 352 9,46 %
     Sana Hassainia[10] NPD 24 514 43,31 %
     Thomas Lapierre Vert 1 259 2,22 %
Total 56 602 100 %

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Mini baby-boom au Parlement », Le Journal de Montréal, le 22 juin 2014, consulté le 27 janvier 2015.
  2. « Elle dit ne rien connaître du comté et n’a pas fait campagne, faute d’argent. "Mon élection est une surprise totale. J’envisage de déménager dans Verchères avec mon conjoint", dit-elle. », entretien avec Gilles Pétel, « Élection du 2 mai: La Démocratie s’est exprimée », TVRS, 9 mai 2011, consulté le 27 janvier 2015.
  3. Cf. sa fiche de parlementaire dans les liens externes.
  4. .Voir l'article sur son départ, où elle rappelle ce soutien.
  5. « Un bébé persona non grata aux Communes », La Presse, 08 février 2012, consulté le 27 janvier 2015.
  6. Une députée québécoise claque la porte du NPD, La Presse, 20 août 2014.
  7. « Fortin recrute un néodémocrate », Le Devoir, 22 octobre 20142, consulté le 27 janvier 2015.
  8. « Une députée « fantôme » tant aux Communes qu'à son bureau », Radio Canada, publié et consulté le 26 janvier 2015.
  9. Ibid.
  10. (en) « Élection Canada »

Liens externes[modifier | modifier le code]