San Ku Kaï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

San Ku Kaï

Titre original 宇宙からのメッセージ・銀河大戦
Translittération Uchu kara no messeji: Ginga taisen
Genre Tokusatsu
Pays d'origine Drapeau du Japon Japon
Chaîne d'origine TV Asahi
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 27
Durée 25 minutes
Diff. originale 1979

San Ku Kaï (宇宙からのメッセージ・銀河大戦, Uchu kara no messeji: Ginga taisen?)[1] est une série télévisée de science-fiction japonaise « à transformation » (henshin), en 27 épisodes de 25 minutes, réalisée en 1979 par Minoru Yamada d'après un concept original du mangaka Shōtarō Ishinomori.

En France, la série a d'abord été diffusée sur l'émission d'information des armées T.A.M.[réf. souhaitée], puis sur Antenne 2 à partir du 15 septembre 1979 et par la suite dans l'émission Récré A2. Elle a également été diffusée dans les pays d'Amérique latine au début des années 1980, sous le titre Sankuokai.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En l'an 70 du calendrier spatial, les Humains ont commencé à coloniser l'espace. Plusieurs générations après, la Terre n'est plus, pour les descendants des colons, qu'un élément de leur Histoire, la troisième planète du Premier Système solaire.

Le Quinzième Système solaire est, quant à lui, composé de trois planètes habitables : Sheita, Analis et Belda, qui gravitent autour du soleil Glora. Ce système solaire est situé à 15 milliards d'année-lumière de la Terre

Ayato est un jeune pilote sorti de l'école de navigation de Belda. Il est appelé par son père, Jinn (Shin en japonais) sur Analis, et s'y rend à bord d'un transport de fret piloté par Ryû, issu de la même école, et Siman (Baru en japonais), un homme-singe.

Alors qu'ils s'approchent d'Analis, la planète est attaquée par les Stressos (Gabanus en japonais), une tribu nomade dirigée par Golem XIII (Rokuseya 13 en japonais) ; celui-ci a décidé de soumettre le Quinzième Système solaire. Les Stressos repèrent un message de détresse envoyé vers la Terre depuis un village. Komenor (Korgar en japonais), le général des Stressos, envoie Volcor (Igar en japonais) sur Analis pour découvrir l'origine du message ; celui-ci semble provenir de la maison du père d'Ayato. Lorsqu'Ayato arrive dans son village, il découvre que sa famille a été assassinée ; il découvre par la même occasion que son père fait partie d'un clan mystérieux, les Gen, et qu'il a également formé Ryû aux arts martiaux quelques années auparavant.

Poursuivi par les Stressos, Ayato est embarqué par Ryû et Siman, mais leur vaisseau est attaqué par les Stressos. Ils sont aidés par une étrange femme nommée Éolia (Sofia en japonais), qui voyage à bord de son vaisseau spatial en forme de navire, l'Azuris. Éolia leur fait don d'un vaisseau de combat, le San Ku Kaï (Riabe en japonais). Les trois personnages décident d'entrer en résistance contre les Stressos, Ryû se fait appeler « Staros » (Nagareboshi en japonais) et Ayato « le Fantôme » (Maboroshi en japonais), bientôt rejoints par le robot Sidéro (Tonto en japonais), gagné sur Belda par Ryû lors d'un concours de lancer de couteau.

Sur Analis, la résistance s'organise, menée par Kamiji.

Distribution[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Les résistants[modifier | modifier le code]

  • Ayato « le Fantôme », fils de Jinn : il a 17 ans et est impétueux, toujours prêt à foncer tête baissée. Formé aux arts martiaux par son père, il utilise un Jitte rétractable (à cran d'arrêt) ; il sort de l'académie de pilotage de Belda.
  • Éolia : femme mystérieuse qui reste toujours sur son vaisseau spatial, l'Azuris ; c'est le deus ex machina qui guide et aide les résistants.
  • Kamiji : chef de la résistance sur Analis.
  • Ryû « staros » : également formé dans sa jeunesse aux arts martiaux par Jinn, c'est un pilote expérimenté et réfléchi, issu de la même académie de pilotage qu'Ayato. Il tempère Ayato et est son sempaï ; il combat avec un Jitte rétractable et des shuriken.
  • Sidéro : c'est un robot.
  • Siman (ou plutôt Seaman) : homme-singe de la planète Sheita, c'est un pilote expérimenté et un combattant d'une force peu commune.

Les Stressos[modifier | modifier le code]

  • Golem XIII : tyran des Stressos, nul ne l'a jamais vu en personne (du moins jusqu'à l'avant-dernier épisode). Il donne ses ordres à Komenor par radio et se déplace dans un vaisseau spatial en forme de statue.
  • Komenor (ou Khomenor) : général en chef des Stressos, il prend ses ordres directement de Golem XIII. Caractérisé par ses jeux de cape incessants.
  • Volcor (ou Volkor) : commandant des Stressos, il supervise les opérations sur le terrain. Lors d'un combat contre Ryû, il perdra un bras qu'il remplacera par une prothèse terminée par une griffe métallique.
  • Furia : troisième plus gradée de l'armée stressos (après Komenor et Volcor), elle dirige elle-même des groupes de soldats dans des opérations sur le terrain. Sa spécialité est le renseignement, la reconnaissance et l'infiltration. Elle privilégie le combat à distance et le tir de fléchettes. Une sorte de latex lui permet de confectionner un masque parfait du visage de ses victimes ou se grimer. Elle est assez douée dans l'art des retraites rapides et précipitées. Fourbe et ambitieuse, elle tentera de trahir Komenor (lui-même complotant contre son seigneur) et sera exécutée par Golem XIII.

Vaisseaux[modifier | modifier le code]

Les vaisseaux spatiaux sont propulsés par des stratojets.

Les vaisseaux stressos
  • Cosmosaure : vaisseau amiral de la flotte stressos, commandé par Komenor.
  • Golem XIII : le tyran n'apparaît jamais en personne, mais toujours dans un vaisseau en forme de colosse de pierre.
  • Lasérolabes : chasseurs, vaisseaux d'attaque.
Les opposants aux stressos
  • Astrolem : chasseur des systèmes de défense (armée régulières des planètes)
  • San Ku Kaï (Liabe en VO): le San Ku Kaï embarque deux chasseurs :
    • le Stragire (Galaxy Runner ou encore Shiro en VO), piloté par Ryû
    • le Jetiscope (Comet Fire ou encore Aaron en VO), piloté par Siman puis Ayato.
  • L'Azuris (Preastar en VO): vaisseau d'Éolia, il a la forme d'un trois-mâts aux voiles diaphanes.

Épisodes (Titre français et Titre original)[modifier | modifier le code]

1 Un vaisseau dans l'espace ⇒ 怪奇! 暗黒大戦艦 - Kaiki ! Ankokudaisenkan (Mystère ! Le grand vaisseau de l'ombre)

Après avoir terminé ses études de pilote intersidéral, Ayato se prépare à rejoindre son père sur la planète Analis, à bord d'un cargo piloté par Ryu, et Siman. C'est alors que tous trois assistent à une attaque de vaisseaux spatiaux...

2 Les Ninjas ⇒ 恐怖!忍者兵団 - Kyofu ! Ninjaheidan (Terreur ! L'armée des ninjas)

3 L'envoyé de la Terre ⇒ 地球の美しき使者 - Chikyu no utsukushiki shisha (La belle messagère de la Terre)

4 Le camp ⇒ 正義の味方 流れ星 - Seigi no mikata Nagareboshi (L'étoile-filante, le défenseur de la justice)

5 L'école abandonnée ⇒ 呪われた学校 - Norowareta gakko (L'école maudite)

6 Le roi Golem ⇒ 怪皇帝の正体? - Kaikotei no shotai ? (L'identité de l'empereur mystérieux ?)

7 Une lueur d'espoir ⇒ 星空に輝く友情 - Seiku ni kagayaku yujo (L'amitié qui brille dans le ciel étoilé)

8 Du sang froid ⇒ 無残!猿人狩り - Muzan ! sarubito gari (Cruauté ! La chasse aux hommes-singes)

9 Le palais du diable ⇒ ガバナス悪魔の城 - Gavanasu, akuma no shiro (Le château diabolique des Gavanas)

10 Détruisez la planète Terre ⇒ 惑星地球を消せ - Wakusei chikyu o kese (Détruisez la Terre)

11 Princesse ⇒ 地底王国の王女 - Chitei oukoku no joou (La princesse du royaume souterrain)

12 Le grand combat ⇒ 決戦! 謎の忍者塔 - Kessen ! nazo no ninjato (Bataille ! La tour mystérieuse des ninjas)

13 Le miracle ⇒ 神マニヨルの奇跡 - Kami Maniyoru no kiseki (Le miracle du dieu Maniyoru)

14 L'agent secret ⇒ 恐るべし! 有翼忍士 - Osorubeshi ubaninshi (Les terribles ninjas volants)

15 La sauvegarde de l'Univers ⇒ 飛べ! 愛を抱いて - Tobe ! ai o daite (Volez ! Ressentez de l'amour)

16 Le piège ⇒ からくり館の少女 - Karakurikan no shojo (La fillette de la maison piégée)

17 Vampirement vôtre ⇒ 黄金の吸血姫 - Ogon no kyuketsu hime (La princesse vampire d'or)

18 L'évasion ⇒ 大脱走! 少年忍士団 - Daidasso ! shonenninjadan (La grande évasion ! le groupe de jeunes ninjas)

19 La grande sécheresse ⇒ 起て! 荒野の勇者 - Tate ! kouya no yusha (Levez-vous ! les hommes courageux)

20 La légende de l'Azuris ⇒ 黄金船の伝説 - Ogonsen no densetsu (La légende du vaisseau d'or)

21 La créature d'un autre monde ⇒ 異次元の怪物 - Ijigen no kaibutsu (Le monstre d'une autre dimension)

22 Le pouvoir de Golem ⇒ 大魔神ロクセイア - Daimajin Roxer (Le grand dieu infernal Roxer)

23 La destruction du palais ⇒ 大爆破! 皇帝宮殿 - Daibakuha ! Koteikyuden (La grande explosion ! le palais de l'empereur)

24 La grande comète ⇒ 大彗星ザタン出現 - Daisuisei Zatan shutsugen (L'apparition de la grande comète Zatan)

25 La fin de Belda ⇒ 惑星ベルダの最期 - Wakusei Beruda no saigo (La fin de la planète Belda)

26 Le grand secret ⇒ エメラリーダの謎 - Emerarida no nazo, Roxer, Kunoi, Iga no saiki (Le mystère d'Eolia, la fin de Golem, Furia, Volcor et Komenor)

27 Princesse II ⇒ さらば! 銀河の勇者 - Saraba ! ginga no yusha, Roxer no saiki (Adieu ! les héros de la voie lactée, la fin de Golem)

Commentaires[modifier | modifier le code]

La série a été précédée par un film, Les Évadés de l'espace (宇宙からのメッセージ, romaji : Uchu kara no messeji, 1978), réalisé par Kinji Fukasaku. La grande majorité des scènes de combats spatiaux dans San Ku Kaï sont d'ailleurs directement reprises de ce film (elle aurait d'ailleurs été conçue avec l'ambition de rentabiliser les décors et autres effets spéciaux du film). De fait, ces scènes spatiales sont remarquablement fluides, et contrastent quelque peu avec le reste, réalisé, à l'évidence, avec un budget plus réduit.

En réalité, la série a débarqué au Japon avant le film Star Wars. Le genre space opera était donc totalement inconnu, d'où le succès de la série. A bien y regarder, on ne peut pas ne pas y voir de ressemblances. R2-D2 devient Sidéro, Chewbacca devient Siman, les Jedis deviennent des héros en armure, et l'ennemi mortel n'est autre qu'un robot titanesque dérivé en réalité de l'étoile noire. Des points communs ne devant rien au hasard puisque la série a été créée après la visite des producteurs à une salle de cinéma new-yorkaise qui jouait Star Wars !

En France, son générique disco très original et dynamique (composé par Éric Charden) fut un tube qui marqua les esprits, contribuant ainsi à garder la série présente dans les mémoires.

L'esthétique et la thématique mélangent la technologie et la culture traditionnelle japonaise, comme, par exemple, le peuple des racines qui va interroger les ancêtres fantômes.

Les épisodes sont relativement stéréotypés, mais les derniers épisodes s'enchaînent pour amener à la conclusion.

La réalisation bénéficiait, manifestement, d'un petit budget :

  • lunettes de ski et vêtements en filet, casques de mobylettes ;
  • récupération de scènes d'un épisode à l'autre ;
  • scènes d'action tournées dans la même carrière...

Les cascades sont assurées par le Japan action Club. Kenji Ōba a assuré les cascades de San Ku Kai avant de devenir le héros de X-Or.

Quelques rushes de San ku kai ont été utilisés dans le jeu laserdisc interactif Astron Belt[2], il s'agit d'un shoot them up sorti en 1983.

Adaptations en Bandes Dessinées[modifier | modifier le code]

  • San Ku Kaï a fait l'objet d'une adaptation en bande dessinée signée Pierre Frisano, publiée en France par les éditions Dargaud en 1979.
  • Un manga réalisé par Shugâ Satô[3], membre du studio "Ishimori Pro" de Shotaro Ishimori, a été publié au Japon dans le magazine Terebi Land. Il s'agit d'une "comicization" (équivalent des novélisations en manga, c'est-à-dire un manga adapté d'une série télévisée ou d'un film, et non l'inverse)[4].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]