San (Mali)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir San.
San
Administration
Pays Mali Mali
Région Ségou
Cercle San
Maire Sina Oumar Traoré (Adéma-Pasj)
élu(e) en 2009[1]
Démographie
Population 9 646 hab. (2009)
Population précédent recensement 7 011 hab. (1998)
Taux de croissance annuel moyen 2.9 %
Géographie
Coordonnées 13° 18′ N 4° 54′ O / 13.3, -4.9 ()13° 18′ Nord 4° 54′ Ouest / 13.3, -4.9 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mali

Voir la carte administrative du Mali
City locator 14.svg
San

Géolocalisation sur la carte : Mali

Voir la carte topographique du Mali
City locator 14.svg
San

San est une ville et une commune du Mali, dans le cercle de San et la région de Ségou.

Histoire[modifier | modifier le code]

Alors que le Soudan français est une colonie française, San devient par la loi française du [2], une commune de moyen exercice, dirigée par un maire, fonctionnaire nommé par le chef de territoire, assisté d’un conseil municipal élu par un collège unique[3].

La loi du donne un statut commun à toutes les communes créées avant l’indépendance du Mali en 1960. Un conseil municipal élu désigne en son sein le maire et un ou plusieurs adjoints[3].

Culture[modifier | modifier le code]

Sanké mon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sanké mon.

Le conseil des ministres réuni le a adopté un projet de décret portant classement dans le patrimoine culturel national de la mare de Sanké, lieu de pêche rituelle collective et festive appelé « Sanké mon ». Ce décret « vise à renforcer la protection juridique de la mare et des sites culturels associés tels que les puits sacrés de Karantéla à San, de Trékoungo et de Parana, le bois sacré Santoro et à favoriser le développement du tourisme culturel à San »[4].

Le , le gouvernement a adopté en Conseil des ministres des projet de décret portant classement dans le patrimoine culturel national du Sanké mon[5].

Depuis 2009, le Sanké mon est inscrit comme patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'Unesco.

Le Festival Sanké Mô, une initiative de l'association Alliance Dofera ni Banabako de San et de l'Entente Sanoise se déroule depuis 2008 en même temps que la pêche traditionnelle collective dans la mare Sanké. Le festival allie musique, danse, sport, pêche et foire commerciale[6].

Éducation[modifier | modifier le code]

Le lycée public de San a ouvert ses portes en novembre 1997. L'année scolaire 2008/2009, il accueille 1 783 élèves répartis en 31 classes[7].

Un orphelinat baptisé Providence dofini (qui signifie Providence de Dieu en langue Bwa) a été inauguré le par Mme Touré Lobbo Traoré, présidente de la Fondation pour l’enfance et femme du président Amadou Toumani Touré. Situé dans le quartier de Parana sur la route de Mopti, il a été financé par des partenaires italiens, allemands, français et monégasques pour un montant de 270 millions de Francs Cfa. Les orphelins, dont les premiers ont été accueilli le , sont âgés de 2 semaines à 6 ans. Ils sont pris en charges par les Filles du cœur immaculé de Marie (FCIM)[8].

Politique[modifier | modifier le code]

Année Maire élu Parti politique
2004 Jabriou Ababacar Haïdara URD
2009 Sina Oumar Traoré UFDP

Religion[modifier | modifier le code]

Comme pour l'ensemble du Mali, la principale religion est l'Islam, avec néanmoins une présence animiste et des minorités chrétiennes.

San est le siège d'un diocèse établi le .

La ville de San comporte plusieurs mosquée, dont la Grande mosquée de San, monumental édifice d'architecture soudanaise.

Sport[modifier | modifier le code]

Le président de la République, Amadou Toumani Touré a inauguré le un stade de 5 000 places financé par la coopération chinoise[9].

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Informations sur les élus », sur Ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales,‎ 12 août 2009 (consulté le 18 mars 2010)
  2. Loi N° 55-1489 du 18 novembre 1955 relative à la réorganisation municipale en Afrique Occidentale Française, en Afrique Equatoriale Française, au Togo, au Cameroun et à Madagascar [1]
  3. a et b Kô Samaké, Modibo Keïta, Recherche sur l’Historique de la Décentralisation au Mali : De la Période Coloniale à la 3e République, Penser pour agir.org, 7 février 2006 [2]
  4. Conseil des Ministres du 26 janvier 2011
  5. « Communiqué du Conseil des ministres du mercredi 16 mars 2011 »,‎ 16 mars 2011
  6. L. Diarra, B Magassa, Festival Sanké Mô : tradition, culture et business font bon ménage, L’Essor, 10 juin 2009 [3]
  7. A.M. Cissé, Le ministre Touré à San, Sikasso, Koutiala et Bougouni : le devoir de franchise, L'Essor, 13 mars 2009
  8. Mme Touré Lobbo Traoré dans la Région de Ségou : un orphelinat et un Cscom bienvenus, L’Essor, 18 mars 2008 [ http://www.essor.gov.ml/cgi-bin/view_article.pl?id=18271]
  9. M. Kéita, O. Diop, San : l’arène de toutes les ambitions, L’Essor, 6 janvier 2009 [4]