Samuel Johnson (philosophe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Johnson.
Samuel Johnson (philosophe)

Samuel Johnson (1696-1772) était un philosophe, un éducateur et un membre important de l'Église anglicane dans les colonies anglaises d'Amérique. Il fut le président de King's College à New York, aujourd'hui l'Université Columbia.

Sa philosophie était proche de l'idéalisme de George Berkeley. Il fut l'auteur de nombreux ouvrages philosophiques et théologiques, de grammaires d'hébreu et d'anglais.

En 1722, il fit partie des « apostats de Yale », quatre membres du clergé de l'Église congrégationnaliste et enseignants à l'université Yale (dont Timothy Cutler, le recteur) qui décidèrent de rejoindre l'Église anglicane. Cette conversion marqua le moment de l'essor que prit l'église coloniale dans le Connecticut et dans les états puritains de la Nouvelle-Angleterre[1]. Il fut ordonné en Angleterre et mit en place une liturgie axée sur les sacrements et les rituels dits high church.

En tant que missionnaire de la Société pour la Propagation de l'Évangile (Society for the Propagation of the Gospel, SPG) il s'occupa de la congrégation anglicane à Stratford dans le Connecticut et participa à la création de paroisses en Nouvelle-Angleterre et dans l'État de New York. Il se chargeait en particulier d'instruire les hommes désireux de rejoindre le pastorat. Il prépara en particulier Samuel Seabury, premier évêque américain, pour le ministère.

Son rôle d'éducateur fut marqué par sa présidence du King's College entre 1754 et 1763.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Steiner, Bruce. Samuel Seabury, 1729-1796, A Study in The High Church tradition, 1971, Ohio university Press, pp. 2-4.