Samuel Hahnemann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Samuel Hahnemann
Organon de l'art de guérir (édition française de 1845) (BnF/Gallica)
Maison de Samuel Hahnemann à Köthen (Anhalt)
Tombe au Père-Lachaise

Christian Friedrich Samuel Hahnemann né le 10 avril 1755 à Meissen, Saxe, Allemagne et mort le 2 juillet 1843 à Paris, est un médecin qui, à l'occasion de la parution d'un article en allemand, inventa l'homéopathie, en 1796.

Biographie[modifier | modifier le code]

Buste de Samuel Hahnemann par David d'Angers (1837).

Hahnemann fut baptisé le jour même de sa naissance, le 11 avril 1755, dans l’église luthérienne de Meissen. Il était le troisième enfant de Christian Gottfried Hahnemann et de sa deuxième femme, Johanna Christiane Spieß. Son père, peintre sur porcelaine dans la célèbre manufacture de porcelaine de Meissen, veilla à son éducation, jusqu'à ses dix ans. Il fréquenta alors l'école municipale, où il montra un don pour les langues, pour le latin et le grec d'abord, puis pour le français, l'anglais et l'italien. Il reçut ensuite une bourse à l'école princière de St. Afra à Meissen. Quand il en sortit, en 1775, il commença des études de médecine à Leipzig, gagnant sa vie grâce à des cours de langues et des traductions en allemand d'ouvrages de physiologie et de médecine. Un an plus tard, il alla à l'université de Vienne pour trois trimestres où, jusqu'à ce que l'argent lui fît défaut, il assista aux cours que faisait au chevet des malades le baron Joseph von Quarin, professeur de médecine et directeur médical de l'hôpital des Frères de la Charité.

En octobre 1777, le baron Samuel von Brukenthal, que l'impératrice Marie-Thérèse venait de nommer gouverneur de Transylvanie, lui proposa un poste comme bibliothécaire et médecin personnel. Hahnemann l'accompagna à Hermannstadt (aujourd'hui Sibiu en Roumanie) et il y resta pendant presque deux ans. Il y vit, semble-t-il, de nombreux cas de paludisme, et il serait tombé malade lui-même (ce qui est important pour ses essais avec le quinquina). Pendant son séjour à Hermannstadt, il adhéra à la loge maçonnique St André des trois Lotus[1]. Ensuite il termina ses études de médecine à Erlangen et, en août 1779, il passa son doctorat[2].

Il s'établit d'abord dans une agglomération minière, Hettstedt, qu'il quitte pour Dessau au printemps de 1781. C'est là qu'il fait la connaissance de Henriette Küchler, la belle-fille de l'apothicaire Haeselen avec lequel il est en relation de travail. Acceptant un poste à Gommern, il en revient un an plus tard : c'est à Dessau qu'il épouse Henriette Küchler en 1782 ; de leur union naîtront 11 enfants.

Au cours des années qui suivirent, il exerça avec plus ou moins de bonheur dans un grand nombre de villes d'Allemagne du Nord et d'Allemagne moyenne[3] comme médecin, chimiste, traducteur et écrivain. Par moments, il délaissait complètement la pratique médicale, « parce qu'elle me coûtait plus qu'elle me rapportait et le plus souvent n'était payée que d'ingratitude » (lettre du 29 août 1791, cit. d'après Jütte, page 48) ou parce qu'il ne croyait pas à l'efficacité de la médecine telle que pratiquée à l'époque. Il se consacrait alors aux expériences chimiques, aux traductions et aux publications. À d'autres moments, c'est à peine s'il pouvait échapper aux patients : « J'ai failli ne pas pouvoir écrire, parce que, ces dernières semaines, la clientèle est si abondante, à Eilenburg, qu'il m'arrive souvent de ne pas avoir le temps de manger » (lettre du 18 septembre 1801, cit. d'après Jütte, page 74).

En 1788, il publie Sur les moyens de reconnaître le fer et le plomb dans le vin, où il expose une méthode pour mettre en évidence la dénaturation du vin par l'apport de sucre de plomb toxique. Ce « test de vin Hahnemann » – qui sera obligatoire pour les négociants en vin de la ville de Berlin – lui vaut une certaine notoriété.

C'est en 1790, à l'occasion d'un travail de traduction de Lectures de la Matière médicale de William Cullen qu'il est amené à expérimenter sur lui-même les propriétés du quinquina.

En 1791, Hahnemann fut élu membre de la Churfürstlich Mayntzische Academie nützlicher Wissenschaften, à Erfurt.

S'il commença à mettre en pratique ses principes d’homéopathie à partir de 1796, c'est à compter de 1800 qu'Hahnemann commença véritablement à pratiquer l’homéopathie. À partir de cette date, il garda toutes ses observations dans ses livres de cas, les journaux de malades[4]. À partir de 1800, Hahnemann commence à prescrire des préparations infinitésimales, n'hésitant pas à qualifier les homéopathes usant de doses pondérales de demi homéopathes[5].

Ne rencontrant pas le succès espéré auprès de ses confrères, Hahnemann déménage à Leipzig, ville universitaire, où il entreprend de donner des cours, après avoir passé une thèse en 1811 pour accéder au statut de lecteur : c'est effectivement à Leipzig que seront formés ses premiers disciples, tels que Stapf, Gross, Moritz et Wilhem Müller. C'est aussi en 1811 qu'il aura publié La Matière médicale pure.

Jugé coupable d’exercice illégal de la pharmacie par la Cour de justice de Leipzig en 1820, attaqué par ses confrères et par les pharmaciens, Hahnemann trouve asile un an plus tard à Köthen (Anhalt), où le duc Henri d'Anhalt-Köthen lui offrit le titre de médecin privé de la cour Ducale, de conseiller Aulique, assorti du droit de fabriquer lui-même ses médicaments ; il y restera 14 années[6].

C'est à Köthen qu'il publie, en 1828, le second ouvrage majeur, exposant sa conception de homéopathie : « Traité des maladies chroniques, leur nature spéciale et leur traitement homéopathique ». Cette œuvre entraîna une scission dans le milieu homéopathique[5].

En 1830, son épouse Henriette décède. Hahnemann continua à vivre à Köthen, avec deux de ses filles.

En 1831 il publie trois textes sur le traitement du choléra.

Le 18 janvier 1835, Mélanie d’Hervilly-Gohier[7] se maria avec Samuel Hahnemann, à Köthen. Ils quittèrent la ville, le 7 juin 1835, pour arriver à Paris, le 27 juin 1835. En août, Hahnemann obtint l’autorisation d’y exercer l’homéopathie (rue Madame, puis rue des Saints-Pères et enfin rue de Milan). Une cinquantaine de médecins exerçaient déjà l’homéopathie à Paris[8]. Il mourut dans sa 89e année (2 juillet 1843), à Paris ; sa femme obtint l’autorisation de garder le corps de son mari jusqu’au 11 juillet, date de l’enterrement au cimetière de Montmartre[9]. Ce n’est que le 24 mai 1898 que les restes d’Hahnemann furent translatés au cimetière du Père-Lachaise[10].

Descendants[modifier | modifier le code]

Si l'on connaît plusieurs descendants de la sœur aînée d'Hahnemann, Charlotte[11], on ne lui connaît qu'un seul descendant direct : Charles Tankard-Hahnemann, dont le père, William Herbert Tankard-Hahnemann[12] (1922–2009), en plus d'une activité à la City de Londres, présida pendant vingt-deux ans aux destinées du British Institute of Homœopathy. L'arrière-grand-père de Charles Tankard-Hahnemann était le Dr Leopold Süß-Hahnemann, qui était lui-même le fils unique d'une des filles d'Hahnemann, Amélie (1789–1881). Le botaniste Carl Bernhard von Trinius était son neveu (fils de sa sœur Charlotte).

Dans son livre Une médecine douce - Docteur Hahnemann (deux tomes), Colette Lesens donne une vision différente de la fin de vie du docteur Hahnemann et écrit notamment : « Peu avant sa mort, le docteur Hahnemann fit promettre à Mélanie d'inscrire sur sa tombe l'épitaphe “Non inutilis vixi” (je n'ai pas vécu en vain), ce qu'elle ne fit jamais. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Hahnemann fait publier plus de 30,000 pages au cours de sa vie, résultat de traductions dans plusieurs langues vers l'allemand, d'articles, de travaux majeurs et d'ouvrages secondaires. La bibliographie de son œuvre et de sa correspondance en français [13]est téléchargable gratuitement sur le site de l'Institut d'histoire de la médecine de la Fondation Robert Bosch - http://www.igm-bosch.de)

Œuvres[modifier | modifier le code]

Écrits majeurs :

  • Versuch über ein neues Prinzip zur Auffindung der Heilkräfte der Arzneisubstanzen, nebst einigen Blicken auf die bisherigen, (Hufelands Journal der practischen Arzneykunde, 1796).
  • Organon der Heilkunst (1810) explique la théorie de l'homéopathie. Hahnemann publia 5 éditions, dont la dernière, en 1833 ; une 6e édition, inachevée, fut découverte après la mort de Hahnemann, mais ne fut pas publiée avant 1921. L'Organon fut publié en de nombreuses langues, dont le français:
    • Exposition de la doctrine médicale homéopathique ou Organon de l'art de guérir, 1845.
  • Materia Medica Pura est une compilation de rapports de preuve en homéopathie, publiée en six volumes, pendant les années 1820 (vol. VI daté de 1827) Des éditions révisées des volumes I et II furent publiées respectivement en 1830 et 1833.
  • Maladie chronique traite de l'origine et du traitement des maladies chroniques, conjointement à une compilation de preuves homéopathiques. Publié en cinq volumes pendant les années 1830.

Écrits mineurs :

Hahnemann publia dans différentes revues. En 1830, Stapf colligea certains textes en un recueil petits écrits médicaux, réédités en allemand gothique par K.F. Haug, à Heidelberg. En 1850 le Dr Dudgeon publia, en anglais, une version plus complète de ces écrits mineurs, qui furent réédités par l’éditeur Jain, de New Delhi. En 2001, furent publiés, en Allemagne : les petits écrits rassemblés de Samuel Hahnemann[14].

Les journaux de malades d’Hahnemann, conservés à la fondation Robert Bosch (Institut für Geschichte der Medizin der Robert Bosch Stiftung), sont disponibles en microfiche.

Littérature (en allemand)[modifier | modifier le code]

  • Robert Jütte: Samuel Hahnemann, Begründer der Homöopathie. München 2005, dtv premium. (ISBN 3-423-24447-X)
  • Rima Handley: Eine homöopathische Liebesgeschichte. Das Leben von Samuel und Melanie Hahnemann. München 2002, C.H. Beck. (ISBN 3-406-45991-9)
  • Anthony Campbell: Homeopathy in Perspective, engl. Buch als pdf
  • Richard Haehl: Samuel Hahnemann. Sein Leben und Schaffen. 2 volumes, Leipzig 1922, Willmar Schwabe.
  • Samuel Hahnemann: Die Krankenjournale. Édité par Robert Jütte. Heidelberg 1992-2005, Haug.
  • Georg Bayr: Hahnemanns Selbstversuch mit der Chinarinde 1790. Die Konzipierung der Homöopathie. Heidelberg 1989, Haug, (ISBN 3-8304-0210-4)
  • Herbert Fritsche: Samuel Hahnemann. Idee und Wirklichkeit der Homöopathie. Klett, Stuttgart 1954; Burgdorf, Göttingen 1982.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Homéopathie, par Alain Sarembaud.
  2. Sa thèse, passée 10 août 1779 avait pour titre : Conspectus adfectuum spasmodicorum oetiologicus et therapeuticus.
  3. À Dresde, en 1785 ; à Gotha au printemps de 1792 (début d'une période de "vie vagabonde") ; enfin à Torgau, en 1804. Les raisons de cette instabilité vagabonde chez Hahnemann sont peut-être diverses ; Anthony Campbell les résume assez pertinemment en disant : « Il était sans cesse poussé toujours plus loin par son esprit toujours agité et la nécessité d'assurer sa subsistance ». Il n'était pas facile, évidemment, pour un travailleur intellectuel indépendant et sans fortune (comme l'était Hahnemann) de se nourrir et d'entretenir une famille qui s'accrut bien vite ; il ne faut pas oublier non plus – parmi ses traits de caractère – une ambition incontestable, qui l'incitait à tenter des expériences diverses (comme l'a été son séjour à Altona). Et puis il eut souvent maille à partir avec des pharmaciens, en raison de ses activités « interdisciplinaires » : le chimiste se faisait volontiers médecin ou pharmacien. La querelle qu'il eut à Leipzig n'en est qu'un exemple.
  4. http://www.homeoint.org/site/laborier/biographie.htm
  5. a et b L'homéopathie ou le mythe de l'expérience pure : Patrice Pinet, revue d'histoire de la pharmacie, année 1998, volume 86, numéro 317.
  6. On considère qu'il est à l'origine de l'introduction de la pratique de la mise en quarantaine, dans le royaume de Prusse, lors de son emploi auprès du duc d'Anhalt-Köthen.
  7. Mélanie d’Hervilly-Gohier avait fait connaissance d’Hahnemann, à l’occasion d’une consultation, en octobre 1834.
  8. L’Homéopathie, par Jacques Boulet
  9. Il n’y eut pas de service funéraire, aucune annonce publique. Les médecins homéopathes n’apprirent le décès qu’après l’enterrement. Le lieu du décès lui-même est douteux : Paris ou Nice ? http://www.homeoint.org/site/laborier/biographie.htm Il fut inhumé dans un simple caveau (en briques), où reposaient déjà le peintre Lethière (père adoptif de sa seconde femme) et le président Gohier.
  10. En 1892, à la suite d'une initiative du Docteur Thomas Lindsley Bradford, médecin homéopathe à Philadelphie, la tombe où reposait Hahnemann devint la propriété du Collège Hahnemann de Philadelphie. Les participants du congrès international d’homéopathie de Londres de 1896 considérèrent que le cimetière du Père-Lachaise s’accordait mieux à la réputation de Hahnemann et un comité fut nommé afin de lever des fonds dans ce but : cf. La mort du Docteur Samuel Frédéric Christian Hahnemann et ses deux tombeaux.
  11. La famille du Dr Samuel Frédéric Christian Hahnemann.
  12. William Herbert Tankard-Hahnemann.
  13. Denis Fournier, Bibliographie de l'œuvre de Samuel Hahnemann. Une contribution au corpus hahnemannien de langue française., Montréal,‎ 2014, 532 p. (lire en ligne)
  14. L'œuvre de Samuel Hahnemann : étude de publications et de ses journaux de malades, par le Dr Bruno Laborier.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]