Samuel Butler (1612-1680)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Samuel Butler et Butler.
Samuel Butler

Samuel Butler (baptisé le à Strensham, Worcestershire - mort le à Londres[1],[2]) est un poète anglais. Parmi ses œuvres, caractéristiques de la littérature de la Restauration anglaise, on se souvient principalement de Hudibras, un long poème satirique et burlesque sur le puritanisme.

Il fut d'abord clerc chez un juge de paix. Ayant de bonne heure fait connaître ses dons pour la poésie, il fut attaché à la maison de la duchesse de Kent, qui lui laissa la liberté de se livrer aux études de son goût, puis occupa un emploi chez Samuel Luke, zélé puritain et partisan de Cromwell. À la Restauration, il devint intendant du château de Ludlow (1660).

À l'avènement de la Restauration anglaise, Butler devint le secrétaire du Lord-Président du pays de Galles, et épousa vers la même époque une certaine Mme Herbert, veuve. En 1663, la première partie de Hudibras fut publiée, et les deux autres suivirent respectivement en 1664 et en 1678. Charles II d'Angleterre apprécia grandement l'ouvrage, et offrit à son auteur une pension.

Butler était un proche du duc de Buckingham, au point de collaborer avec lui à la création de La Répétition, une pièce satirique ridiculisant la mode du drame héroïque.

Malgré la popularité de Hudibras, Butler était négligé par la cour et mourut en 1680 dans la pauvreté, sans que l'on puisse toutefois déterminer si cette situation précaire lui fut imposée ou s'il agissait d'un exil imposé à lui-même.

Butler est enterré au Coin des poètes à l'abbaye de Westminster. Une plaque fut par ailleurs apposée en mémoire sur la petite église de son village natal de Strensham, près d'Upton-upon-Severn.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Leslie Stephen, Dictionary of National Biography, MacMillan and co, Londres, 1886, vol. VIII, p. 74-76
  2. Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Librairie Hachette, Paris, 1876, p. 348