Samuel Bland Arnold

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Samuel Bland Arnold par Alexander Gardner.

Samuel Bland Arnold ()[1],[2],[3] est un soldat confédéré réformé pour raisons de santé qui prit part à la conspiration, conduite par John Wilkes Booth, qui conduisit à l'assassinat du président Abraham Lincoln, le . Il fut condamné à la prison à vie, le 30 juin 1865, puis gracié par le président Andrew Johnson en 1869.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Samuel Arnold naît à Georgetown, un quartier de Washington DC le 6 septembre 1834. Sa famille s'installe ensuite à Baltimore où Samuel étudie à l'académie militaire de St. Timothy's Hall que fréquente également John Wilkes Booth[1]. Pendant la Guerre de Sécession, il rejoint l'Armée des États confédérés mais est réformé pour raisons de santé.

Complot contre Lincoln[modifier | modifier le code]

En 1864, John Wilkes Booth a l'idée d'un plan d'enlèvement du président Lincoln. Il imagine de l'emmener au Sud comme otage pour forcer le Nord à négocier[4]. À cette fin, Booth met en place un cercle de conspirateurs. Les autres conjurés sont John Surratt, George Atzerodt, David Herold, Michael O'Laughlen et Lewis Powell.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b John Wilkes Booth 1997, p. 138
  2. (en) « Abraham Lincoln's Assassination - Samuel Arnold », Abraham Lincoln Research,‎ 19 décembre 1996 (consulté le 20 janvier 2009)
  3. (en) Douglas Linder, « The Trial of the Lincoln Assassination Conspirators 1865 », Faculté de droit de l' University of Missouri–Kansas City (consulté le 20 janvier 2009)
  4. Michael Kauffman 2004, p. 130–134

Bibliographie[modifier | modifier le code]