Samsonite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Samsonite

Description de l'image  Samsonite Logo alt.svg.
Création 1910
Fondateurs Jessy Shwayder
Forme juridique SA
Slogan Samsonite by your side"
Siège social Drapeau du Luxembourg Luxembourg (Luxembourg)
Direction Tim Parker
Produits Bagages, sac et accessoires
Site web www.samsonite.com
Chiffre d’affaires en augmentation 2,04 milliards de dollars (2013)[1]
+15 %
Résultat net en augmentation 176,1 millions de dollars (2013)[1]
+18,6 %
Samsonite - valise Lite-Locked

La marque Samsonite a été créée en 1910 quand Jess Shwayder fonda une fabrique de valises à Denver, Colorado. Le nom de la marque s'inspire du personnage biblique Samson. Elle est le numéro 1 mondial des bagages et réalise en France en 2009 un chiffre d'affaires de 40 millions d'euros (soit 5% de son CA global) contre 30 millions d'euros pour son concurrent direct Delsey (25% de son CA)[2].

Le siège social de la société est situé au Luxembourg et l’entreprise est cotée à la bourse de Hong Kong.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au milieu du XIXe siècle Issac Shwayder, immigrant polonais aux États-Unis, y ouvre une épicerie puis un magasin de meubles qui marche moyennement. Un de ses salariés lui souffle alors l'idée de fabriquer des malles et des valises solides pour équiper les aventuriers de la ruée vers l'or[3].

Un de ses onze enfants, Jesse Shwayder, ouvre sa boutique de malles et bagages en bois à la fin du XIXe siècle. Il fonde en 1910 la Shwayder Trunk Manufacturing Company dans laquelle plusieurs de ses frères le rejoignent[3].

Dès les années 1920, l'entreprise familiale produit en série ses propres valises très solides appelées Samson, en référence au héros biblique, puis Samsonite à partir de 1939, produit phare qui donnera le nom à la Samsonite Company en 1965. Les usines de la marque sont réquisitionnées pour fabriquer du matériel (coques de torpille, de grenades) pour la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée, ce qui permet aux frères Shwayder de moderniser leurs machines de production et de se spécialiser dans des matériaux et technologies de haute résistance : en 1941, ils lancent la ligne Streamline et en 1956 la ligne Ultra Light légère en ABS et cadre aluminium qui améliore la résistance aux chocs. En 1958 naît la gamme Silhouette, valises rigides dont elle a gardé le design aérodynamique jusqu'à aujourd'hui. En 1969, Saturn est la première valise en polypropylène, ce qui lui permet d'être entièrement supportée par des coques. 1974 voit l'invention de la première valise à roulettes. En 1991 Samsonite invente un système de freinage pour les valises. En 2008, la firme brevette la technologie de thermoplastique Curv qui permet de réaliser la valise Cosmolite réputée être « la plus légère et la plus résistante du marché » : se voulant être indestructible, la technologie Curv est notamment utilisée dans la fabrication de gilets pare-balles[3].

En 1993, elle prend le contrôle d’American Tourister (renommée Samsonite Corporation) qui fabrique la marque American Tourister (en) distribuée dans les supermarchés[4].

En 2007, le fonds de capital-investissement CVC Capital Partners rachète l'entreprise pour 1.7 milliard de dollars[5].

En 2009, perdant de l'argent à cause de son positionnement très haut de gamme où elle subit la concurrence de Louis Vuitton ou Lacoste, elle se place sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites des États-Unis. Son nouveau PDG Tim Parker (en) revient alors aux fondamentaux de la marque en fabriquant des bagages solides, légers et hauts de gammes sans être luxueux, permettant à l'entreprise de renouer avec les bénéfices[3]. Plus léger et plus robuste Samsonite repart à l'attaque[6]. Redressé après la crise, le leader mondial du bagage envisage des acquisitions.

En 2012 le groupe Samsonite annonce un bénéfice net multiplié par cinq au premier semestre. Le chiffre d'affaire affiche quant à lui une hausse de près de 14% à 846.7 millions de dollars[7]. Le numéro 1 mondial du secteur, qui fête cette année ses 100 ans, revient de loin. Il mise cette année sur un chiffre d'affaires de 1,1 milliard de dollars (+7%) et un résultat brut d'exploitation de 150 millions de dollars. Un retournement lié à une sévère cure d'amaigrissement et à un changement de stratégie[8].

Le groupe Samsonite, n°1 mondial des bagages, a fait état de solides performances pour 2013 grâce à l'Asie et l'Amérique du Nord, ses principaux marchés, qui lui ont permis de passer pour la première fois la barre des 2 milliards de dollars de revenus annuels[9].

Après la marque de luxe Hartmann et celle d'outdoor, High Sierra, Samsonite le leader mondial des bagages acquière en 2014 la jeune marque française Lipault pour 20 millions d'euros[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Samsonite réalise un bon exercice 2013, Le Figaro, 19 mars 2014
  2. « Samsonite huit fois plus gros que Delsey », sur Le Journal du Net,‎ 20 juillet 2010
  3. a, b, c et d David Dauba, « Samsonite », émission À vos marques sur BFM Business Radio, 14 avril 2013
  4. (en) « Astrum International to Divide Its Samsonite and Culligan Units », sur New York Times,‎ 15 avril 1995
  5. (en) « Samsonite to Be Sold », sur nytimes.com,‎ 6 juillet 2007
  6. « Plus léger et plus robuste, Samsonite repart à l'attaque », sur le figaro.fr,‎ 18/04/2012 (consulté le 06/06/2012)
  7. « Samsonite multiplie ses bénéfices par cinq », sur lsa-conso.fr,‎ 28/08/2012 (consulté le 28/08/2012)
  8. « Samsonite rebondit grâce à l'innovation et vise la Bourse », sur lesechos.fr,‎ 21/10/2010 (consulté le 21/10/2010)
  9. « Samsonite réalise un bon exercice 2013 », sur lefigaro.fr,‎ 19/03/2014 (consulté le 19/03/2014)
  10. « Samsonite s’offre Lipault, la pépite française aux bagages colorés », sur lesechos.fr,‎ 03/04/2014 (consulté le 03/04/2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nathalie Villard, « Chez Samsonite, même les résultats sont costauds », Capital, no 254,‎ novembre 2012, p. 64-65.