Sampei Shirato

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Sanpei ou Sampei Shirato (白土 三平, Shirato Sanpei?), né Noboru Okamoto (岡本 登, Okamoto Noboru?), le 15 février 1932 à Tokyo (Japon), est un scénariste et dessinateur de mangas, ainsi qu'un essayiste. Il est connu pour sa critique sociale aussi bien que pour son style de dessin réaliste ainsi que pour les personnages de ses scénarios. Il est considéré comme un pionnier du genre gekiga. Fils du peintre prolétarien Toki Okamoto, son rêve de l'égaler dans le domaine de l'art a commencé quand il est devenu artiste de Kamishibai. Il est aussi connu pour son œuvre publiée dans les premiers numéros du magazine manga d'anthologie Garo, magazine dans lequel il a démarré la série Kamui Den. Il a inspiré Katsuhiro Otomo et Masashi Kishimoto.

Biographie[modifier | modifier le code]

Durant son enfance, son père est un des acteurs majeurs du mouvement culturel prolétarien : c'est une des rares personnes à être photographiées aux côtés du corps torturé du leader prolétarien Kobayashi Takiji. Il grandit pendant les années de rancœur de la guerre et certaines de ces émotions sombres ressortent dans la société nihiliste dépeinte dans ses œuvres.

Shirato a développé son style en réalisant des planches pour des spectacles de théâtre de poche (kamishibai), après être sorti du lycée à 18 ans[1]. Influencé par l'ukiyo-e de l'ère pré-Meiji, il diverge dans sa description des scènes d'action par un découpage multicase lent, unique à son style[2].

Shirato commence par publier ses dessins à partir de 1955, et débute sa carrière de mangaka professionnel en 1957 avec Ninja bugeichō, un manga historique de ninjas qui captiva les étudiants et les intellectuels de l'époque. En 1963, il reçoit le Prix Kōdansha du manga pour enfant pour Seton dōbutsuki (シートン動物記, Shīton dōbutsuki?, Chroniques animalières de Seton) et Sasuke (サスケ?). Kamui-den (カムイ伝?, lit. « La Légende de Kamui »), première série publiée dans Garo, profondément influencée par le marxisme[3], peut être considérée comme son œuvre majeure[4]. Il s'agit de l'histoire de Kamui, un ninja qui quitte une organisation qui le prend en chasse et prend conscience de la véritable nature de l'ère Edo et des discriminations inhérentes à la société féodale; le manga est en particulier une dénonciation du sort des burakumin[5]. Il a alors comme assistant Gōseki Kojima.

Les œuvres de Shirato sont essentiellement des drames historiques centrés sur les ninjas qui donnent un éclairage historique sur le Japon, critiquent l'oppression, la discrimination et l'oppression. Nombre d'entre elles ont été portées à l'écran sous forme de séries animées ou de films : c'est le cas de Ninja bugeichō, adapté par Nagisa Ōshima sous le titre Carnets secrets des ninjas en 1967, un film inhabituel réalisé uniquement avec les images du manga et des commentaires, sans animations.

Il a travaillé avec Tetsuji Okamoto.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • AKAME
  • Bachos
  • Best Collection of Sanpei Shirato's Earlier Works (édition Shōgakukan)
  • Census Register of Ninjas
  • Crying Field
  • Death God Kim Boy
  • Devil Wind
  • Handbook of Ninja Arts (as told by Kagemaru)
  • Kamui, The Legends of Kamui, Life of Kamui: 38 vols, More Legends of Kamui, The Story of Kamui (part 1 & 2) (1982)
  • Kinada
  • Life of Mufu
  • Ninja Whirlwind
  • Ninja bugeichō (1959)
  • Osen
  • Pentheus
  • Rock at Nanatsuoke
  • Sanada Swordmanship
  • Sasuke, (1961),
  • Savannah
  • Secret Ninja Stories
  • Seton's Wild Animals
  • Song of Buffalo
  • The Fumas
  • The Secret Stories of Ninja Techniques
  • Watari, (1965)
  • Wolf Boy

Références[modifier | modifier le code]

  1. Yoshihiro Tatsumi, Une vie dans les marges, Cornélius, 2011
  2. (en) Shunsuke Tsurumi, A Cultural History of Postwar Japan, Columbia University Press 1987 (première publication : Iwanami Shoten, Tokyo 1984)
  3. Florian Rubis, « « Kamui-den » : une lecture indispensable pour mieux connaître le manga ! », Actua BD, le 5 mars 2011
  4. Alain François, « Se noyer dans Kamui Den », Détresse visuelle, le 24 juin 2012
  5. Florian Rubis, « « Kamui-den »  : une plongée ethnologique au cœur de l’époque d’Edo », Actua BD, le 7 mars 2011