Samatiguila

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Samatiguila
Administration
Pays Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
District Denguélé
Région Kabadougou
Département Samatiguila
Maire DIABY Lancine
Démographie
Population 5 112 hab. (1994)
Géographie
Coordonnées 9° 50′ 00″ N 7° 34′ 00″ O / 9.833333, -7.566667 ()9° 50′ 00″ Nord 7° 34′ 00″ Ouest / 9.833333, -7.566667 ()  
Divers
Langue(s) parlée(s) Malinkés, Sénoufo, Dioula, Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire

Voir la carte administrative de Côte d'Ivoire
City locator 14.svg
Samatiguila

Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire

Voir la carte topographique de Côte d'Ivoire
City locator 14.svg
Samatiguila

Samatiguila est une ville de la région du Denguélé, située au nord de la Côte d'Ivoire.

Depuis le 14 août 2008, elle est devenue chef-lieu de département[1] après avoir été une sous-préfecture du département d'Odienné.

Il s'agit d'un lieu particulièrement islamisé qui abrite une mosquée millénaire, la plus ancienne du pays.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La ville, située à 9° 32 de latitude nord et 6° 29 de longitude ouest, fait partie de la grande Région du Denguélé, la plus septentrionale du pays, frontalière du Mali et de la Guinée. Elle se situe à 30 km de la frontière avec le Mali. Les villes les plus proches, qui sont aussi les chef-lieux des départements éponymes, sont Odienné et Madinani, dans la meme région, Boundiali et Tingréla dans la Région des Savanes, auxquelles elle est reliée par des pistes en latérite, ainsi que Bougouni au Mali et Kankan en Guinée. Elle se situe à 900 km d’Abidjan, la capitale économique et plus grande ville du pays et à 700 km de Yamoussoukro, la capitale politique.

Rose des vents Mali Bougouni, Bamako Rose des vents
Drapeau : Guinée Kankan N Tingréla
O    Samatiguila    E
S
Odienné

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fondateur de la ville est N'golodjan Koné dit "samatigui" (le maitre des éléphants) car c'était un redoutable chasseur. D'ailleurs, jusqu'aujourd'hui, les "Koné" restent les propriétaires terriens a Samatiguila qui signifie chez le maitre des éléphants, et c'est donc à la suite de N'golodjan que tous les autres sont venus s'installer notamment les Camara ou Kamara, les Diaby, les Soumahoro, les Diabaté ou Diabagaté, les Sy-savané ou Savané, les Samassi ou Samagassi, les Sylla, les Berthé ou Bérété, les Touré etc....

Administration[modifier | modifier le code]

Une loi de 1978[2] a institué 27 communes de plein exercice sur le territoire du pays. Au nombre de celles-ci, figure Samatiguila. La commune, collectivité territoriale, est administrée par un conseil municipal présidé par le maire.

Maires de la ville de Samatiguila
Date d'élection Identité Parti Qualité Statut
2001 Ali DIABY RDR Homme politique élu
2013 Lancine DIABY RDR Homme politique élu

Services publics et para-publics[modifier | modifier le code]

Parmi les services publics présents avant la crise de 2002 figuraient la brigade de la Gendarmerie nationale et une unité du « Service civique ». Le gouvernement de Laurent Gbagbo a récemment[Quand ?] relancé le programme de « Service civique » avec pour objectif premier la ré-insertion des anciens combattants des Forces nouvelles[3].

Les services parapublics sont constitués par la Compagnie ivoirienne d'électricité (anciennement EECI), la Poste de Côte d’Ivoire, installée depuis 1977[Note 1] dont l'unique bureau dans le département se situe à Samatiguila, la Société de distribution d'eau de la Côte d'Ivoire (SODECI), et l’Agence nationale d’appui au développement rural (ANADER) qui a repris les prérogatives de la SODEPRA, dissoute en 1994 dans le cadre de la restructuration du secteur agricole : construction de barrages, de lieux de vaccination, distribution de semences de cultures fourragères à des prix subventionnés.

Société[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Samatiguila compte un collège municipal, créé en 1987 et 3 écoles primaires.

Santé[modifier | modifier le code]

La ville est équipée d'un centre de santé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En Côte d'Ivoire, il n'existe pas de facteur : les entreprises ou les administrations, et quelques rares particuliers aisés, disposent d'une Boite Postale et un vaguemestre va chercher le courrier directement à la poste.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret n° 2008-239 du 14 août 2008 portant création de nouveaux départements en Côte-d'Ivoire
  2. Loi n° 78-07 du 9 janvier 1978, portant institution de communes de plein exercice en Côte d'Ivoire, J.O. n° 9 du 23 février 1978, p. 348.
  3. article de Abidjan.net

Liens externes[modifier | modifier le code]