Salvia columbariae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».

Salvia columbariae, parfois appelée Chia, est une espèce de plante herbacée annuelle de la famille des Lamiaceae, qui pousse à l'état natif dans les zones arides du Sud-Ouest des États-Unis et du Nord du Mexique. Elle fait partie du genre Salvia, dont les membres sont communément appelés « sauges ». Ses akènes ont largement été utilisés par les populations amérindiennes comme source de nourriture et comme plante médicinale. Son nectar et ses akènes sont une source alimentaire appréciée également de la faune locale.

Description morphologique[modifier | modifier le code]

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

Cette espèce atteint la taille de 10 à 50 cm de hauteur[1],[2], mais celle-ci peut varier entre 4 et 60 cm selon les conditions de croissance[3].

Des tiges de section quadrangulaire partent de la base de chaque plante. Les feuilles sont essentiellement regroupées à la base de ces tiges. Les plus basses font de 10 à 15 cm de longueur, mais les plus hautes sont plus petites (elles peuvent ne plus faire que 2 cm de longueur). Ces feuilles, grandes ou petites, ont une forme globale oblongue mais sont profondément découpées en lobes irréguliers et d'aspect fripé. Elles exhalent une odeur de menthe quand elles sont froissées. Leur face supérieure est couverte de quelques soies courtes et grises[1],[2],[3].

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

Inflorescences[modifier | modifier le code]

Détail de l'inflorescence de Salvia columbariae.

Les inflorescences sont des glomérules de fleurs, placés en verticilles denses, de forme sphérique, entourant les tiges florales. Il y a un ou deux glomérules par tige le plus souvent, mais il peut parfois y en avoir jusqu'à quatre. Les bractées ont une couleur violacée et se terminent en épine ; elles mesurent environ un centimètre de longueur[1],[2].

Les fleurs sont petites, bleu violacé ou mauve, et mesurent 1,3 cm de longueur en moyenne (de 0,6 à 1,6 cm)[1],[3]. Le calice est constitué de sépales verts au bout violacé, de 8 à 10 mm de longueur, soudés (fleur gamosépale), mais présentant deux lèvres libres ; la lèvre supérieure n'est pas lobée mais possède deux ou trois barbes très courtes[2]. La corolle, irrégulière, est constituée de pétales bleu violacé ou mauve, de 6 à 8 mm de long, soudés (fleur gamopétale), mais présentant deux lèvres libres ; la lèvre du bas est deux fois plus grande que celle du haut et présente souvent des marques blanches[2],[3]. Les deux étamines à anthères violettes et le style, qui se termine par un stigmate bifide, dépassent de la corolle[2]. Chaque fleur produit un fruit segmenté formé de quatre akènes détachables de 1,5 à 2 mm de longueur, légèrement aplatis, lisses, de couleur marron clair à gris[2].

De la floraison à la fructification[modifier | modifier le code]

La floraison se déroule de mars à juin. La pollinisation se fait généralement par le truchement des insectes butineurs, mais cette espèce est aussi capable d'autofécondation[4]. Salvia columbariae peut s'hybrider avec d'autres espèces du genre Salvia, même avec des espèces buissonnantes et pérennes, comme Salvia mellifera. Dans ce dernier cas, l'hybride obtenu est Salvia ×bernardina[5]. En mûrissant et en séchant, l'inflorescence, d'abord violacée, devient dorée. Les akènes sont alors libérés lorsque la plante est secouée par le vent ou le passage des animaux[3].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Répartition[modifier | modifier le code]

L'aire de répartition de cette espèce nord-américaine s'étend, à l'ouest, du Sud de la Californie (États-Unis) jusqu'à la Basse-Californie au Mexique, et à l'est, du Sud de l'Utah au Nouveau-Mexique (États-Unis)[1].

Habitat[modifier | modifier le code]

Le Chia peut pousser dans des zones arides et infertiles, comme ici, à 1 200 m d'altitude dans une zone sablonneuse du Pine Creek Canyon, au sud du Nevada.

Salvia columbariae est une espèce de plein soleil qui pousse en zone dégagée, sur sol bien drainé. Elle tolère les sols infertiles et ne supporte pas les apports d'eau trop fréquents. Cette espèce de plantes recolonise les zones dégradées par les incendies : il a été démontré qu'un ajout de restes végétaux brûlés sur le sol augmentait l'abondance de cette plante et son taux de germination[6],[7].

On la trouve dans les chaparrals à Artemisia tridentata, les déserts à Larrea tridentata, les plaines arides caillouteuses[1],[3],[8]. Cette espèce pousse en général en dessous de 1 200 m, mais peut, par endroit, pousser à une altitude atteignant 2 100 m[2],[3]. Elle reste commune sur son aire de répartition, bien que certains auteurs mentionnent le fait qu'elle était bien plus commune autrefois, et qu'elle a décliné sous le double effet du surpâturage et de l'urbanisation, et peut-être aussi de la compétition des plantes invasives apportées par les Européens, ou l'arrêt de la pratique du brûlis par les Amérindiens[6].

Rôle écologique[modifier | modifier le code]

Salvia columbariae est une espèce de plantes mellifères ; son nectar est butiné par plusieurs espèces d'abeilles et de papillons. Ses akènes sont consommés par des oiseaux, des rongeurs et des insectes (notamment des fourmis)[3].

Systématique[modifier | modifier le code]

Appellations vernaculaires[modifier | modifier le code]

Cette plante était nommée ’ilepes par les indiens Chumash et pasal par les indiens Cahuillas[6]. Le nom espagnol Chia est communément utilisé pour désigner cette espèce, mais aussi Salvia hispanica[9].

Variétés[modifier | modifier le code]

ITIS répertorie deux variétés de Salvia columbariae[10] :

  • Salvia columbariae var. columbariae Benth. ;
  • Salvia columbariae var. ziegleri Munz.

L'USDA répertorie une variété de plus[11] :

  • Salvia columbariae var. argillacea S.L. Welsh & N.D. Atwood.

Les Jardins botaniques royaux de Kew répertorient une quatrième variété[12] Salvia columbariae var. bernardina Jeps. mais en tant que variété non valide. Sont acceptées par ce centre de recherche :

  • Salvia columbariae var. columbariae Benth., la variété-type (Chia à proprement parler) ;
  • Salvia columbariae var. argillacea S.L.Welsh & N.D.Atwood ;
  • les variétés Salvia columbariae var. ziegleri Munz et Salvia columbariae var. bernardina Jeps. sont considérées, quant à elles, comme non valides par ce centre. Elles y sont présentées comme synonymes de Salvia columbariae var. columbariae.

Synonyme[modifier | modifier le code]

L'espèce Salvia columbariae a été décrite en 1833 par le botaniste britannique George Bentham dans son "Labiatarum Genera et Species".

Cette espèce a aussi été dénommée Pycnosphace columbariae (Benth.) Rydb., 1917[8],[13].

Salvia columbariae et l'homme[modifier | modifier le code]

Récolte traditionnelle des akènes de Chia[modifier | modifier le code]

Akènes de Chia, Salvia columbariae.

Salvia columbariae a été utilisée par de nombreuses tribus amérindiennes comme source de nourriture ou comme plante médicinale. Selon la mythologie des Amérindiens Kawaiisus, cette plante a été une des premières obtenues par les hommes[3].

Il est possible que certaines tribus amérindiennes, telles les Chumash, aient réalisé des brûlis afin de favoriser la pousse de cette espèce, qui est stimulée par le passage du feu, et dont les akènes étaient particulièrement prisés[6].

Les gerbes de Chia mûres étaient battues ; les akènes récoltés étaient alors placés dans un panier et vannés. Ils étaient par la suite conservés à l'état cru sous terre, ou alors torréfiés puis conservés dans des paniers[6],[3].

Usage alimentaire[modifier | modifier le code]

Cet usage est attesté depuis au moins 600 ans, grâce à la datation au carbone 14 d'akènes trouvés sur un site archéologique Chumash, sur l'île Santa Rosa située au sud de la Californie[14].

Les akènes torréfiés étaient broyés dans des mortiers en pierre afin d'obtenir une farine. Celle-ci était utilisée dans la confection de biscuits, de gâteaux, et d'une bouillie ou soupe épaisse appelée « piñole ». Après l'arrivée de la farine de blé, apportée par les Européens, les Amérindiens ont continué à ajouter à cette dernière de la farine de Chia afin de lui conférer davantage d'arômes[3].

Les akènes crus et écrasés contiennent beaucoup de mucilage. Ils étaient utilisés pour la confection d'une boisson épaisse, un peu mentholée, très désaltérante. Les akènes crus étaient supposés rendre potable l'eau alcaline du désert[3],[15].

Usage médicinal[modifier | modifier le code]

Ce sont les akènes crus qui étaient utilisés pour cet usage. La boisson mentionnée précédemment était utilisée comme fébrifuge par les Costanoans[16]. Les Cahuillas utilisaient un cataplasme d'akènes broyés contre les plaies[15]. Ces deux usages furent un temps repris par les pères missionnaires basés en Californie[17].

Un akène était placé dans l'œil pour déloger les corps étrangers et réduire l'inflammation subséquente. Cet usage était courant chez les Cahuillas, les Ohlones, et les Kawaiisus[18],[16],[15].

Chia pets[modifier | modifier le code]

De nos jours, les akènes de Chia sont utilisés pour réaliser des Chia pets. Ce sont des figurines d'argile cuite sur lesquelles sont ménagés de petits creux où on place les akènes, qui sont ensuite humidifiés. Après germination, les jeunes pousses figurent la fourrure ou les cheveux de la figurine d'argile. Les akènes utilisés pour cet usage peuvent être ceux de Salvia columbariae ou ceux de Salvia hispanica[9].

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f J.A. MacMahon, Deserts, National Audubon Society Nature Guides, Knopf A.A. Inc, 1997, p. 368 (ISBN 0-394-73139-5)
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Jepson Flora Project, « S. columbariae' Benth. CHIA », sur ucjeps.berkeley.edu, Regents of the University of California (consulté le 24 juin 2009)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l D.L. Immel, « CHIA, Salvia columbariae Benth. », sur plants.usda.gov, United States Department of Agriculture (USDA), National Plant Data Center, Environmental Horticulture Department, University of California, Davis, California,‎ 29 janvier 2003 (consulté le 24 juin 2009)
  4. F.J. Visco, B. Capon, Pollination mechanisms in three species of Salvia native to Southern California, Aliso Vol. 7, No. 2., 1970, p 231 à 242
  5. B. Clebsch, A book of Salvias: Sages for every garden, Timber Press, Portland Oregon, 1997
  6. a, b, c, d et e J. Timbrook, J.R. Johnson, D.D. Earle, Vegetation burning by the Chumash, Journal of California and Great Basin Anthropology Vol.4 n° 2, 1982, p 163-186.
  7. D.E. Emery, Seed propagation of native California plants, Santa Barbara Botanic Gardens, Santa Barbara Californie, 1988.
  8. a et b The Calflora database, Berkeley Californie, « Salvia columbariae Benth. », sur www.calflora.org (consulté le 27 juin 2009)
  9. a et b Gerald Klingaman, « Plant of the Week, Chia Pet, latin: Salvia columbariae », sur http://www.arhomeandgarden.org, University of Arkansas • Division of Agriculture,‎ mars 2007 (consulté le 16 janvier 2010)
  10. Integrated Taxonomic Information System (ITIS), « Salvia columbariae Benth. », sur www.itis.gov, National Museum of Natural History Washington, D.C. (consulté le 24 juin 2009)
  11. Natural Resources Conservation Service, « Salvia columbariae Benth., CHIA », The PLANTS Database, sur plants.usda.gov, United States Department of Agriculture (USDA) (consulté le 24 juin 2009)
  12. Salvia columbariae Benth. sur les Jardins botaniques royaux de Kew.
  13. International Plant Names Index (IPNI), « Lamiaceae Pycnosphace columbariae Rydb. », sur www.ipni.org (consulté le 27 juin 2009)
  14. B. Clebsch, A book of Salvias: Sages for every garden, Timber Press, Portland Oregon, 1997.
  15. a, b et c L.J. Bean, K.S. Saubel, Temalpakh (From the Earth); Cahuilla Indian Knowledge and Usage of Plants, Banning CA. Malki Museum Press, 1972, p. 136
  16. a et b B.R. Bocek, Ethnobotany of Costanoan Indians, California, Based on Collections by John P. Harrington, Economic Botany 38(2):240-255, 1984, p. 16
  17. W.L. Jepson, A flora of western middle California, Cunningham, Curtiss & Welch, San Francisco Californie, 1911.
  18. M.L. Zigmond, Kawaiisu Ethnobotany, Salt Lake City, University of Utah Press, 1981, p. 62

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 28 janvier 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.