Saltasaurus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Saltasaurus, (terme signifiant « lézard du Salta », d'après une province d'Argentine), est un genre de dinosaure sauropode titanosauridé. Il a vécu en Amérique du sud, il y a environ 73 à 65 millions d'années, au Maastrichtien, la dernière période du Crétacé supérieur[réf. nécessaire].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom signifie « reptile de Salta » [1], qui est la province d'Argentine où ont été découverts les premiers fossiles du Saltasaurus. Le mot Saltasaurus est parfois écrit Saltosaurus, même par les paléontologues. Saltasaurus est souvent confondu avec le Saltopus, par leur nom similaire, alors que ces deux espèces sont totalement différentes. Il ne faut pas confondre également le Saltasaurus avec le Saltoposuchus.

Une espèce a été décrite, l'espèce type : Saltasaurus loricatus.

Description[modifier | modifier le code]

Il mesurait environ 12 m de long, 5 m de haut et pouvait peser jusqu'à 25 tonnes[réf. nécessaire]. Ce grand dinosaure avait une petite tête avec de longues dents en forme de cuillère[réf. nécessaire], semblables à celles du Diplodocus, couronnant un long cou. Les pattes étaient trapues et larges avec cinq doigts à chaque pied[réf. nécessaire]. Il avait une queue robuste qui se terminait en une extrémité mince formant ainsi une sorte de fouet. Il possédait une série de protubérances osseuses sur le dos, comme une armure, une particularité que l'on trouve chez peu d'autres espèces de sauropodes. Ces protubérances mesuraient en moyenne 10 à 12 centimètres de diamètre, parsemées d'arêtes et de trous[réf. nécessaire].

Les principaux os fossiles de cet herbivore quadrupède ont été découverts dans la lointaine région de Salta, en Argentine et nous permettent de dire qu'il vivait au crétacé supérieur, il y a environ 70 millions d'années[réf. nécessaire].

La structure des 6 vertèbres sacrum et de l'os iliaque est adéquate pour un animal qui a choisi une défense passive grâce à son armure dorsale[Quoi ?]. Le squelette axial est léger. Le tissu osseux qui constitue les vertèbres est spongieux, avec de grandes cavités qui étaient probablement remplies d'un tissu gras servant de réserve énergétique[réf. nécessaire].

L'animal n'était pas un très grand sauropode (le Brachiosaurus pouvait mesurer jusqu'à 23 m et peser près de 50 tonnes). C'était un sauropode très rare[réf. nécessaire]. Le Saltasaurus, comme les autres titanosauridés, ne pouvait pas se dresser sur ses pattes postérieures pour atteindre le sommet des arbres, contrairement au Diplodocus. Il réussissait quand-même, d'après les estimations faites à partir du squelette, à lever son cou à 6 m de hauteur, ce qui n'est pas négligeable.

Œufs de Saltasaurus[modifier | modifier le code]

Une grande zone de nidification a été découverte en 1997 et en 1999, par Luis Chiape, Rodolfo Coria et Lowell Dingus[réf. nécessaire]. La région fut appelée Auca Mahuevo, elle se trouvait en Patagonie, Argentine et fut restée secrète afin de préserver les fossiles des saccageurs[réf. nécessaire].

Les œufs mesuraient environ 11 à 12 centimètres de diamètre et contenaient des embryons fossilisés, avec les marques de la peau (bien qu'il n'y ait pas traces de plumes ou d'épines dermiques)[réf. nécessaire]. Une chose importante a été découverte la première "dent d'œuf" fossile, une dent qui permettait aux petits saltasaurus de sortir de la coquille de l’œuf, à la manière des oiseaux, des crocodiles et des tortues actuels, mais sa dent est d'origine mésodermique, et non pas ectodermique. C'est une structure osseuse, différente d'une vraie dent et se situait à l'extrémité plus dorsorostrale du museau.

La différence sur l'origine embryonnaire est un cas précis de convergence évolutive. La membrane testacea a été aussi préservée, collée à la coquille de l'œuf. Le lieu de la ponte avait une disposition similaire aux colonies de nidification des oiseaux et des tortues. Chaque nid était espacés de deux à trois mètres. Les nids rappellent ceux des crocodiles, qui sont formés par un monticule de végétation en cours de putréfaction qui dégagera de la chaleur pour l'incubation des œufs[réf. nécessaire].

Il semblerait que plusieurs centaines de femelles ont creusé des trous, déposé leurs œufs et enfin enterré sous la végétation et la poussière. Cela témoigne d'un comportement de groupe, qui combiné à leur armure pouvait leur permettre de se défendre contre de grands prédateurs comme l'Abelisaurus[réf. nécessaire].

Découverte[modifier | modifier le code]

Saltasaurus a été découvert en 1980 en Argentine. Les paléontologues José Fernando Bonaparte et Jaime Eduardo Powell ont retrouvé six squelettes incomplets[réf. nécessaire]. En 1975, une expédition paléontologique est organisée par la fondation Miguel Lillo et conduite par J. F. Bonaparte. Pendant deux ans, les fouilles se poursuivent grâce à l'appui de nombreuses organisations comme le CONICET, la Fondation Chapman, le Conseil d'Investigation de l'Université nationale du Tucumán. En 1977, Bonaparte rapporte la découverte et les caractéristiques géologiques de la région, notant la présence de sauropodes, carnosaures, coelurosauria et d'oiseaux. La description du Saltasaurus est faite en 1980. De plus, des fossiles de cet animal sont découverts à la formation d’Asencio (fin du crétacé) en Uruguay[réf. nécessaire].

Changements des perceptions[modifier | modifier le code]

Les paléontologues pensaient qu'au Crétacé, les sauropodes n'étaient plus le groupe dominant de dinosaures herbivores, mais les hadrosauridés, comme l'Edmontosaurus étaient devenus bien plus répandus. La découverte du Saltasaurus vient contredire ces affirmations. En effet, sur d'autres continents comme l'Amérique du Sud et l'Afrique (qui étaient des îles-continents comme l'Australie actuelle) les sauropodes, et en particulier les titanosaures continuaient d'être les herbivores dominants[réf. nécessaire].


Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Walking on Eggs: The Astonishing Discovery of Thousands of Dinosaur Eggs in the Badlands of Patagonia, Luis Chiappe et Lowell Dingus

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]