Salomon de Brosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Salomon de Brosse
Image illustrative de l'article Salomon de Brosse
Représentation supposée de Salomon de Brosse par Pierre Paul Rubens sur une tapisserie.
Présentation
Naissance 1565 ou 1571
Verneuil-en-Halatte
Décès
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Mouvement(s) Renaissance
Classicisme
Activité(s) Architecte
Œuvre
Réalisations Palais du Luxembourg
Façade de l'église Saint-Gervais-Saint-Protais de Paris
Façade du Palais du parlement de Bretagne
Entourage familial
Famille Jacques Ier Androuet du Cerceau (grand-père)
Jacques II Androuet du Cerceau (oncle)

Salomon de Brosse, né à Verneuil-en-Halatte vers 1565 ou 1571, mort à Paris le 8 décembre 1626, est un architecte français. Il a parfois été nommé, par erreur, « Jacques de Brosse » ou « de Brosses » dans certaines biographies jusqu'à la fin du XIXe siècle. Sa statue sculptée par Ottin surplombe la cour Napoléon du Louvre à Paris. Sur le socle figure, à tort, un "J". Une rue du 4e arrondissement de Paris porte son nom.

Biographie[modifier | modifier le code]

Protestant, il peut se rendre dans la capitale après la promulgation de l'édit de Nantes en 1598 par Henri IV. Fils de Jean de Brosse, architecte, et de Julienne Androuet, Salomon de Brosse est ainsi respectivement petit-fils de Jacques Ier Androuet du Cerceau et neveu de Jacques II Androuet du Cerceau. Il travaille auprès de ce dernier, avant de prendre sa succession en tant qu'architecte de la reine Marie de Médicis en 1614. C'est dans ce contexte qu'il dresse les plans du Palais du Luxembourg à Paris, inspirés du Palais Pitti à Florence.

Son style se trouve à la charnière entre Renaissance et XVIIe siècle et on remarque qu'il peut employer autant un langage maniériste (château de Coulommiers) que classique et plus sobre, comme au Luxembourg.

Il a été inhumé le le 9 décembre 1626, au cimetière Saint-Germain.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Signature de Salomon de Brosse

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Château de Coulommiers, gravure d'Israël Silvestre
  2. Château de Blérancourt, gravure d'Israël Silvestre.
  3. Philippe Laporte, L'Aqueduc Médicis. Ses souterrains entre Paris et le Palais du Luxembourg. Visite historique et contemporaine., Éditions OCRA, 1998, (ISBN 2-9503162-1-2), p. 94.
  4. Plan sur le site du Musée virtuel du protestantisme français.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Bauchal, Nouveau Dictionnaire des architectes français, Paris, André, Daly fils et Cie,‎ 1887, 842 p.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :