Salle d'opérations

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Salle opératoire.
Abris modulaires de poste de commandement de l'armée française.

Dans le vocable militaire, une salle d'opérations est constituée dans le but d'assurer la coordination des actions au niveau stratégique le plus haut de groupes d'armées de taille importante.

La manière clausewitzienne de mener les grandes batailles, valable jusqu'au XIXe siècle, fut dépassée au XXe siècle par l'apparition globalisée de la guerre mondiale. La salle d'opérations devient donc le lieu opérationnel pour les plus hauts gradés de l'État-major en temps de conflit.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Planification : Avant 1916, le commandement interallié n'apparaît pas pour les Alliés. Les Centraux agissent sur des fronts distincts dans la plupart des cas.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Reconstitution par imagerie numérique de la salle des cartes des "Cabinet War Rooms" (en) dans lesquelles opéra Churchill et les généraux britanniques pour organiser les opérations sur le théâtre européen.
Mention requise de l'auteur de l'image.

La logistique, les transports, voire l'intensité de l'effort de guerre sont planifiés par les hauts dirigeants civils et gradés à partir des remontées obtenues dans ces lieux.

Le blitz, subit dans une bataille laissant apparaître une infériorité numérique considérable dans le camp anglais, fut tenu grâce à la coordination opérationnelle des terrains d'aviation couplé à l'usage tactique du radar.

Sur le front de l'Est, la planification par l'OKWH de l'opération Citadelle et la contre-opération par les généralissimes soviétiques nécessita de telles salles, dans ce qui allait devenir la confrontation la plus importante de blindés sur le plan numérique jamais menée pour l'armée de terre. Le renseignement joua à plein dans l'anticipation des mouvements de l'ennemi sur un saillant[1] qui devenait énorme sur la carte.

Les grandes batailles navales des campagnes du Pacifique étaient lancées également dans ces lieux à distance, dont l'existence était rendue possible par les progrès de la télétransmission chiffrée ; la coordination sur des espaces aussi élargis obligeant les stratèges et amiraux à déplacer et mobiliser les groupes aéronavals au bon endroit dans une perspective de recherche de l'engagement.

Une fois la paix retrouvée, la logistique des tâches fut transférée dans le domaine spatial avec les salles d'opération décidant du lancement des fusées et vaisseaux à Houston (décentré du site de lancement de la NASA), Kourou et Baïkonour (lire l'article conquête spatiale).

En entreprise (époque contemporaine)[modifier | modifier le code]

La « War Room » s'avère souvent être un outil efficace pour le partage structuré de l'information. Elle est de plus en plus utilisée pour coordonner :

  • l'analyse concurrentielle ou de marché ;
  • le lancement de nouveaux produits ;
  • des campagnes de promotion ;
  • des projets d'acquisition ;
  • des actions internes (réduction des coûts, qualité totale 6 sigma ...) ;
  • l'implantation de nouveaux systèmes informatiques ;
  • la conquête d'appels d'offre ;
  • la pénétration commerciale de territoires ;
  • la gestion des crises et des affrontements concurrentiels ;
  • etc

En ce qui concerne l'organisation et la méthode, voir l'article de la revue Veille Magazine d'octobre 2001, reproduit ici (lien HS).

En politique[modifier | modifier le code]

Bill Clinton aurait utilisé avec succès une War Room pour planifier sa première élection à la présidence des États-Unis. Voir le film de 1993 The WarRoom. Après que ce type de centre de communication eut été utilisé dans d'autres élections, entre autres, en Grande-Bretagne, au Canada, en Australie et au Québec, une traduction française de "War room" a été proposée par le journaliste québécois Vincent Marissal: Bunker électoral.

Dans les œuvres de fiction[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le saillant d'Orel, dont la tenue par l'armée rouge détermina l'issue de la bataille par un enveloppement à la fin de la bataille.

Articles connexes[modifier | modifier le code]