Salle Paul VI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paul VI (homonymie).
Salle Paul VI
Intérieur de la salle Paul VI lors d'une audience.
Intérieur de la salle Paul VI lors d'une audience.
Présentation
Nom local Aula Paolo VI
Architecte Pier Luigi Nervi.
Date de construction XXe siècle
Propriétaire Saint-Siège
Destination actuelle Salle d'audience et auditorium
Géographie
Pays Drapeau du Vatican Vatican
Localisation
Coordonnées 41° 54′ 03″ N 12° 27′ 17″ E / 41.9007, 12.454741° 54′ 03″ Nord 12° 27′ 17″ Est / 41.9007, 12.4547  

Géolocalisation sur la carte : Vatican

(Voir situation sur carte : Vatican)
Salle Paul VI

La salle Paul VI (appelé auparavant salle Nervi) est une salle d'audience dans laquelle le pape tient diverses audiences et conférences depuis 1971.

Localisation[modifier | modifier le code]

Vue externe du bâtimtent.

Elle se trouve à cheval entre le territoire de l’État du Vatican (le tiers de sa partie ouest) et celui de l’Italie (les deux tiers restant de sa partie orientale), au sud de la basilique Saint-Pierre et de la colonnade du Bernin, à proximité de la Congrégation pour la doctrine de la foi (Saint-Office). Néanmoins, la portion se trouvant en territoire italien est une propriété du Saint-Siège sous statut d’extraterritorialité. La frontière entre les deux territoires est marquée en face du portail d'entrée par une ligne pointillée[1] qui représentait les bords d'un ancien bâtiment (le musée Petriano qui abritait des vestiges de la basilique Saint-Pierre). Inauguré en 1925 par le pape Pie XI en 1925, son successeur fait détruire ce musée en 1966 pour obtenir en compensation l'accès à la salle Paul VI[2].

Construction[modifier | modifier le code]

Sa construction a été décidée par le pape Paul VI en 1964 pour accueillir les fidèles et pèlerins venant de plus en plus nombreux à l'audience papale du mercredi. La conception du bâtiment est confiée alors à l'ingénieur Pier Luigi Nervi.
Le prélat Pasquale Macchi fut chargé de surveiller de près les travaux qui débutèrent en 1966. La salle fut inaugurée le 30 juin 1971[3].

Architecture[modifier | modifier le code]

La Résurrection de Pericle Fazzini.

L'architecture dévoile une immense salle, de forme trapézoïdale et de facture moderne en béton armé, pouvant accueillir 6 300 places assises ou 12 000 personnes debout. Précédée d'un atrium, la salle principale est éclairée de chaque côté par deux grandes fenêtres elliptiques ornée de vitraux conçus par l'artiste János Hajnal (en), et abrite une estrade en marbre Calacatta Vagli (marbre gris avec des nuances de blanc) sur laquelle est placée le trône papal devant la sculpture controversée La Résurrection (it)[4] de l'artiste Pericle Fazzini (it). Le bâtiment abrite aussi une salle de taille plus réduite pour les congrès, une pour les audiences spéciales, des pièces pour accueillir les médias, à l'étage un amphithéâtre équipé de la traduction simultanée et accueillant les synodes romains, enfin divers services. L'architecte Nervi réalise une voûte de béton qu supportent 42 arcs-doubleaux paraboliques d'une portée de 70 mètres composés de ciment blanc et d'agrégats de marbre apuano[5].

En 2008, le cardinal Giovanni Lajolo, président émérite du Gouvernorat de l'État de la Cité du Vatican, profite de la rénovation du toit de 5 000 m2 de la salle Paul VI (ses 4 800 dalles de ciment étant abîmées) pour le couvrir de 2 400 panneaux solaires de SolarWorld qui fournissent une énergie de 300 MWh suffisante pour chauffer ou rafraîchir la salle. Lorsque la salle n'est pas utilisée, l’énergie excédentaire est injectée sur le réseau électrique du Vatican[6].

Les audiences et autres événements[modifier | modifier le code]

Chaque mercredi, lorsqu'il est à Rome, le pape reçoit tous les pèlerins qui souhaitent le rencontrer : c'est l'audience générale, les billets pour y assister étant à réserver à la Préfecture de la Maison Pontificale. Cette audience se tient habituellement sur la place Saint-Pierre sauf lorsque les conditions climatiques ne le permettent pas. Ainsi, durant la saison hivernale ou estivale, cette audience générale a habituellement lieu dans la salle Paul VI qui est chauffée ou climatisée pour l'occasion. Le pape y lit généralement une leçon, une catéchèse ou un petit discours en italien puis chaque nationalité présente est saluée dans sa langue par un prêtre qui présente les groupes au souverain pontife. Certaines audiences Bacie mano (« baise-main ») permettent au visiteur de baiser l'anneau du pêcheur du pape, lui dire quelques mots personnels, lui transmettre un message particulier ou recevoir sa bénédiction[7].

La salle est également utilisée pour recevoir des groupes particuliers en audience spéciale, des rencontres de prière, et parfois pour des événements particuliers :

  • Consistoire : le pape Jean-Paul II y a présidé une fois un consistoire pour la création de nouveaux cardinaux.
  • Films : le pape Benoît XVI y a visionné plusieurs films, notamment un documentaire consacré à Jean-Paul II, quelques jours avant sa béatification (10 avril 2011).
  • Concerts : le pape Benoît XVI a assisté à de nombreux concerts donnés en son honneur particulièrement à l'occasion de l'anniversaire de son élection.
    Le 20 mai 2010, le concert, donné par l'orchestre national russe et le chœur du synode de Moscou, était offert par le patriarche de Moscou, Cyrille Ier.
    Le 6 mai 2011, le concert, donné par l'orchestre et les chœurs de l'Opéra de Rome, était offert par le président de la république italienne, Giorgio Napolitano.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Image de la ligne pointillée
  2. Paul Poupard, Le Vatican, P.U.F.,‎ 2001, p. 51
  3. (it) Cristina Siccardi, Paolo VI : il papa della luce, Paoline,‎ 2008, p. 357
  4. Inaugurée le 28 septembre 1977 par le pape Paul VI, cette sculpture en bronze et laiton de 20 mètres de large sur 7 mètres de haut représente un Christ qui ressuscite d’un sépulcre (symbolisé par un cratère de bombe nucléaire, l'époque étant alors sous la menace de la guerre nucléaire) situé dans le jardin des oliviers alors que la terre est secouée par une tempête.
  5. (it) Caterina Napoleone, Enciclopedia di Roma: dalla origini all'anno Duemila, Franco Maria Ricci,‎ 1999, p. 141
  6. « Demain, première audience pontificale « écologique » au Vatican », sur ZENIT,‎ 25 novembre 2008
  7. Christophe Dickes, Dictionnaire du Vatican eu du saint-Siège, Robert Laffont,‎ 2013, p. 212

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]