Salima Ghezali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Salima Ghezali au Parlement européen de Strasbourg le 20 novembre 2013 à l’occasion du 25me anniversaire du Prix Sakharov.

Salima Ghezali est une journaliste-écrivain algérienne, née en 1958 à Bouira en Kabylie.

Membre fondateur de Femmes d'Europe et du Maghreb, président de l'association pour l'émancipation de la femme, rédacteur en chef du magazine féminin NYSSA, qu'elle a fondé, et éditeur de l'hebdomadaire francophone La Nation, Salima Ghezali est une militante des droits de la femme puis des droits de l'homme et de la démocratie en Algérie.Elle est l’une de ces femmes ayant marqué le quotidien Algérien avec ses positions franches et courageuses en faveur des droits humains en Algérie.

Sa position pour la liberté d'expression l'expose aux tirs croisés des autorités algériennes et des extrémistes islamistes, en particulier pendant la guerre civile algérienne où elle prône une solution pacifique et démocratique.

En 1996, au moment où son journal La Nation fut interdit, Salima Ghezali écrivit: « Il faut rappeler les principes qui constituent les fondements de la société humaine et faire régner la vigilance. C'est la meilleure manière de faire en sorte que la civilisation triomphe de la barbarie. »

Salima Ghezali est lauréate du prix Sakharov et du prix Olof Palme en 1997, et du prix Theodor-Haecker en 1999.

En 2000 elle intègre le cercle des proches de Hocine Aït Ahmed, président du Front des forces socialistes (FFS) dont elle devient conseillère, avec d'autres.