Salicaire commune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lythrum salicaria

Salicaire commune

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Lythrum salicaria

Classification
Règne Plantae
Classe Magnoliopsida
Ordre Myrtales
Famille Lythraceae
Genre Lythrum

Nom binominal

Lythrum salicaria
L., 1753

Synonymes

  • L. s. var. gracilior Turcz.
  • L. s. var. tomentosum (P. Mill.) DC.
  • L. s. var. vulgare DC.
Description de l'image  Image:Salicaire1.jpg .

Détail des fleurs

Dessin de Lythrum salicaria par Arnaud Gaillard (1853).

La Salicaire commune (Lythrum salicaria) est une plante herbacée de la famille des Lythraceae très répandue dans presque toute l'Europe, à proximité des cours d'eau où elle forme de longues inflorescences rose pourpré semblables à des épis et facilement reconnaissables.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom générique désigne en grec (luthrôn) des taches de sang et paraît évoquer la couleur des fleurs de salicaire. Quant au qualificatif salicaria, il caractérise les feuilles de la plante, semblables à celles du saule. Autres noms populaires : Salicaire officinale, Herbe aux coliques, Lysimaque rouge.

Description[modifier | modifier le code]

Écologie et habitat[modifier | modifier le code]

Hémicryptophyte ou hélophyte, elle semble assez indifférente à la nature du sol pourvu qu'il ne soit pas trop acide, la salicaire poussant toujours à proximité de l'eau.

Elle apprécie notamment les bords des rivières et fossés en eau ou des canaux de drainage ou d'arrosage, où elle forme des touffes abondantes. On la trouve aussi dans les prairies hygrophiles, mégaphorbiaies et pannes et dépressions dunaires eutrophes.
Distribution : c'est une plante eurasiatique subocécanique, circumboréale qu'on rencontre pratiquement partout en Europe, à l'exception des régions boréales. Elle est présente en Amérique du Nord et en Australie où elle est devenue une plante invasive; elles est classée parmi les espèces les plus invasives au XXIe siècle.

Floraison[modifier | modifier le code]

Floraison tout l'été, à partir de juin.

Morphologie générale et végétative[modifier | modifier le code]

Plante assez haute, dépassant souvent un mètre. La tige, velue, de couleur brun rougeâtre, porte quatre lignes longitudinales saillantes. Feuilles le plus souvent opposées, les supérieures sessiles, assez étroites et lancéolées.

Morphologie florale[modifier | modifier le code]

L'inflorescence est une sorte d'épi formé d'une succession de glomérules (fleurs sessiles insérées au même niveau sur la tige). Fleurs hermaphrodites à corolle formée de six pétales libres rose pourpré à aspect un peu froissé. Le calice et la corolle sont soudés à leurs bases pour former un tube floral (aussi appelé hypanthium). Douze étamines en deux verticilles de six. Ovaire supère. Style dépassant ou non les étamines, terminé par un stigmate en forme de tête de clou.

La salicaire est une espèce tristyle. Dans ce cas particulier d'hétérostylie chaque plante individuelle possède des fleurs d'un type, parmi trois, classifié selon la taille du style qui peut être courte, moyenne ou longue. Celles à style court ont des étamines moyennes et longues, celles à style moyen ont des étamines courtes et longues et celles à style long ont des étamines moyennes à courtes.

Fruit et graines[modifier | modifier le code]

Le fruit est une capsule. La dispersion des graines se fait souvent par l'intermédiaire de l'eau (dissémination hydrochore).

Consommation humaine[modifier | modifier le code]

Les feuilles sont comestibles crues ou cuites et l'ont été en période de disette. La tige et sa pulpe sont comestibles après cuisson.

Ennemis[modifier | modifier le code]

La chenille du papillon de nuit (hétérocère) suivant se nourrit de salicaire :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :