Salesforce.com

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Salesforce.com

alt=Description de l'image Salesforce Logo 2009.JPG.
Création 1999
Fondateurs Marc Benioff
Parker Harris
Dave Moellenhoff
Frank Dominguez
Personnages clés Marc Benioff (PDG)
Forme juridique Privée
Siège social San Francisco, Californie ; en France : Paris (siège) et Grenoble (Centre de R&D)
Effectif 9 800 (2013)
Site web salesforce.com/
Chiffre d’affaires 4,07 milliards de dollars (2013)
Résultat net -232 millions de dollars (2013)

Salesforce.com est un éditeur de logiciels, basé à San Francisco aux États-Unis. Il distribue des logiciels de gestion basés sur Internet et héberge des applications d'entreprises. L'entreprise est surtout connue au niveau international pour ses solutions en gestion de la relation client.

Précurseur du Cloud Computing, et aujourd’hui leader mondial des outils de relation client[réf. nécessaire], Salesforce compte plus de 100 000 entreprises clientes[1] dont Pernod Ricard, AXA ou encore Schneider Electric.

Historique[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Salesforce.com a été créé en 1999 par Marc Benioff, Parker Harris, Dave Moellenhoff et Frank Dominguez et a fait ses débuts en tant que société spécialisée dans les logiciels SaaS (Software as a service). En juin 2004, la société a été introduite au NASDAQ sous le symbole boursier CRM, apportant ainsi 110 millions de dollars.

Localisation[modifier | modifier le code]

Outre son siège social à San Francisco en Californie sur la côte Ouest des États-Unis, Salesforce.com a plusieurs sièges régionaux à Dublin (pour l'Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique), à Singapour (pour l'Asie-Pacifique) et à Tokyo (pour le Japon). Elle a également des implantations dans de nombreux pays européens comme la France, Le Royaume-Uni ou l’Allemagne

En France, Salesforce dispose de 2 implantations, à Paris et à Grenoble où l’entreprise a ouvert un centre de recherche et développement en mai 2013[2].

Par ailleurs, l'entreprise centralise ses données dans trois centres d'hébergement : deux aux États-Unis et un dernier à Singapour.

Salesforce a annoncé le lancement d'un nouveau datacenter en Europe, qui ouvrira au Royaume-Uni courant 2014 [3].

Acquisitions[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, Salesforce a mené une politique active d’acquisitions, procédant au rachat d’une vingtaine de sociétés de toutes tailles, afin de renforcer sa présence sur certains marchés spécifiques comme les outils pour les directions marketing et de conserver son leadership. Elle dispose maintenant d’outils de pilotage marketing en mode cloud, d’analyse et de gestion de la présence des marques sur les réseaux sociaux… « Nous savons très bien que nous ne pouvons pas tout inventer. Nous cherchons à adopter une attitude très ouverte vis-à-vis de l'innovation (…). Nous cherchons ainsi à percevoir quel modèle pourrait émerger après le nôtre, et pourrait nous challenger » expliquait Parker Harris, l’un des fondateurs de la société, à Paris en mai 2013[4].

Loïc Le Meur à Cloudforce 2011 au CNIT

Voici une liste des principales acquisitions de Salesforce.com :

  • Sendia en avril 2006, qui est devenu aujourd’hui Force.com Mobile ;
  • Kieden en août 2006 : devenu Salesforce pour Google AdWords ;
  • Kenlet en janvier 2007 ;
  • Koral en mars 2007, maintenant Salesforce Content ;
  • Instranet en août 2008, rebaptisé Salesforce Knowledge ;
  • GroupSwim en décembre 2009 puis intégré dans l’offre Salesforce Chatter ;
  • Informavores en décembre 2009, rebaptisé Visual Process Manager ;
  • Jigsaw Data Corp en avril 2010 ; l'accord devrait être finalisé au deuxième trimestre de son exercice financier 2011[5],[6] ;
  • Sitemasher en juin 2010 ;
  • Activa Live Chat en septembre 2010, rebaptisé Salesforce Live Agent[7] ;
  • Heroku en décembre 2010[8] ;
  • Etacts en décembre 2010 ;
  • Dimdim en janvier 2011 ;
  • Manymoon en février 2011 ;
  • Radian 6 en mars 2011 ;
  • Rypple en décembre 2011[9] ;
  • Buddy Media en juin 2012[10] ;
  • EntropySoft en février 2013[11] ;
  • ExactTarget (éditeur spécialisé sur les outils de marketing multicanal et le marketing sur les réseaux sociaux) en 2013[12].

Parallèlement, Salesforce noue des partenariats stratégiques avec des grands acteurs du monde logiciel. Par exemple avec Workday[13], leader dans les applications cloud computing d'entreprise en matière de ressources humaines et de finance en septembre 2013, ou encore Oracle en juin 2013[14],[15].

Produits et services[modifier | modifier le code]

Présentation du travail en équipe avec Salesforce.com

Basé sur la base de données database.com et une place de marché d'applications d'entreprise appexchange, les solutions de Salesforce.com sont regroupées en plusieurs grandes catégories : Sales Cloud, Services Cloud, Force.com et Chatter Collaboration Cloud.

Sales Cloud[modifier | modifier le code]

Sales Cloud est une application dédiée à la productivité d'une force de vente en ligne accessible à travers une connexion Internet par mobile ou ordinateur. Elle permet de consulter à tout moment le profil de clients ou de prospects, de gérer des campagnes marketing et de rassembler toutes les informations essentielles pour optimiser la force de vente d'une entreprise.

Services Cloud[modifier | modifier le code]

Services Cloud est une plate-forme permettant d'optimiser la gestion de la relation client d’une entreprise. Elle offre divers services comme la centralisation d'informations clients pertinentes et l’historique provenant de centre d’appels ou encore la possibilité pour chaque utilisateur de participer aux conversations sur leur entreprise au sein des réseaux sociaux. Services Cloud fournit aussi des outils d’analyse, des services d'e-mail et de tchat pour permettre aux sociétés de communiquer en temps réel avec leurs clients et ainsi optimiser leur service client.

Force.com et Appexchange[modifier | modifier le code]

Force.com est une plate-forme permettant de créer des applications d’entreprise hébergées sur le web et ne nécessitant aucun logiciels ni matériels. Ainsi toute entreprise peut créer son site web et ses propres applications pour diverses fonctions comme les ressources humaines, la gestion de projet, la logistique… Avec le lancement de la Salesforce1 Platform, les fonctionnalités de Force.com se sont enrichies : les applications métiers développées par les entreprises sur la plate-forme peuvent désormais être déployées sur tout type de terminal mobile.
En 2013, Appexchange est une place de marché (App Store pour entreprise) qui offre d'acheter l'une des 2 000 solutions d'éditeurs de logiciels partenaires ou de vendre des logiciels à plus de 100 000 clients salesforce.com.

Heroku[modifier | modifier le code]

Heroku est un service de cloud computing de type plate-forme en tant que service (PaaS). Il permet le déploiement très rapide d'applications dans le cloud, avec une gestion souple du scaling horizontal au travers d'un modèle de gestion des processus emprunté à Unix et adapté au Web. Il supporte différents langages comme Python, Ruby, PHP, Java. Facebook le propose par défaut aux développeurs qui veulent concevoir des applications sur le réseau social.

Chatter[modifier | modifier le code]

Créé en juin 2010, Chatter est une plate-forme collaborative en temps-réel. Elle permet à tous les collaborateurs d’une même entreprise de mettre à jour leur profil et ainsi échanger et partager tout type d’informations sur leurs activités professionnelles du quotidien. Ce service de réseau social d'entreprise fait partie de la plateforme Salesforce1. Son point fort selon Salesforce est qu’il intègre des process métiers avec lesquels les employés peuvent collaborer, comme la validation d’une note de frais, d’une commande…

Marketing cloud[modifier | modifier le code]

Marketing cloud est une plateforme marketing complète agrégeant les fonctionnalités de Radian6 (écoute et captation d'informations), buddy media (publication de contenus), ExactTarget (marketing mulitcanaux) et social.com (publicité).

Innovation[modifier | modifier le code]

Précurseur dans le monde du cloud computing et du SaaS[réf. nécessaire], Salesforce a veillé à maintenir son avance technologique[réf. nécessaire] :

  • à travers sa politique d’acquisition d’entreprises innovantes et startups ;
  • en consacrant un important budget à son effort de R&D, et en multipliant les centres de R&D à travers le monde, dont l’un ouvert à Grenoble[16] ;
  • en organisant des hackathons[17], ou encore des concours comme le Challenge Innovation[18], lancé en août 2013 en Europe : ce concours doté de 5M€ de prix et ayant pour but d'inciter les startups à développer de nouvelles applications pour la plateforme Salesforce, a été mené en partenariat avec un consortium de 5 fonds d’investissement européens : Charlotte Street Capital, MMC Ventures, Octopus Investments, Notion Capital et PointNine ;
  • en investissant dans de nouveaux secteurs, comme celui de la voiture connectée : un domaine porté par l’embauche de Patrick Pelata[19], ex-numéro deux du groupe Renault.

En juin 2014 annonce le lancement d'un "Wear Developper Pack" qui permet de développer des apps via la plateforme Salesforce1. Salesforce est donc disponible sur Google Glass [20].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En juillet 2013, le cabinet Gartner classe Salesforce dans le carré des leaders du « Magic Quadrant » pour l’Automatisation des Forces de Ventes (SFA), et ce pour la 7e année consécutive[21]. En janvier 2014, Gartner place Salesforce largement en tête du Magic Quadrant concernant le marché mondial du PAAS[22].

En août 2013, Salesforce est désignée par Forbes entreprise la plus innovante du monde pour la 3e année consécutive[23].

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :