Salem Labiadh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Salem Labiadh
Salem Labiadh à l'assemblée constituante
Salem Labiadh à l'assemblée constituante
Fonctions
Ministre tunisien de l'Éducation
13 mars 201329 janvier 2014
(10 mois et 16 jours)
Président Moncef Marzouki
Premier ministre Ali Larayedh
Gouvernement Larayedh
Prédécesseur Abdellatif Abid
Successeur Fathi Jarray
Biographie
Date de naissance 14 mars 1964 (50 ans)
Lieu de naissance Zarzis, Tunisie
Nationalité tunisienne
Parti politique Indépendant
Profession Sociologue

Salem Labiadh (سالم الأبيض), né le 14 mars 1964 à Zarzis, est un sociologue et homme politique tunisien, ministre de l'Éducation dans le gouvernement Ali Larayedh.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Salem Labiadh obtient son baccalauréat à l'âge de vingt ans, une maîtrise de sociologie en juin 1992 et un doctorat dans cette même matière le 29 juin 1999[1].

À l'université, il est le porte-parole des étudiants arabes progressistes unionistes. Pour ses activités politiques, il est écroué et enrôlé à Réjim Maâtoug, dans le Sud tunisien, en 1986-1987.

Universitaire[modifier | modifier le code]

Professeur de l'enseignement secondaire de 1995 à 2000, il est recruté comme maître-assistant de sociologie en 2000 et enseigne à l'Institut supérieur des sciences humaines de Tunis. Promu maître de conférences en 2008, il est par la suite membre de plusieurs commissions et jurys de recrutement.

Rôle depuis la révolution de 2011[modifier | modifier le code]

Le 13 mars 2013, il devient ministre de l'Éducation dans le gouvernement Ali Larayedh, faisant partie des technocrates indépendants sollicités pour diriger plusieurs ministères régaliens, demande auparavant insatisfaite et qui avait entraîné la chute du gouvernement Hamadi Jebali[1]. Il remet sa démission le 29 juillet[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Salem Labiadh est l'auteur de plusieurs ouvrages en langue arabe dont :

  • Société tribale, formation sociale et ses changements en Tunisie : la tribu de Akkara comme exemple, éd. MIP, Tunis, 2006
  • Identité : Islam, arabité et tunisianité, éd. Centre des études de l'unité arabe, Beyrouth, 2009
  • La minorité berbère de Tunisie, éd. Publications du Centre arabe des études politiques et sociales, Tunis, 2011
  • Crise de l'université tunisienne, éd. Publications du Centre arabe des études politiques et sociales, Tunis, 2011

Références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]