Salamandre à points bleus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ambystoma laterale, la Salamandre à points bleus, est une espèce d'urodèles de la famille des Ambystomatidae[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre[1],[2] :

Habitat[modifier | modifier le code]

La salamandre à points bleus affectionne les zones humides, les forêts de feuillus et les marécages mais on peut également la rencontrer dans les forêts de conifères. Elle préfère les flaques printanières qui retiennent l'eau jusqu'à la moitié de l'été, ce qui leur facilite l'accès à leurs zones de reproduction. Les sous-bois, litière de feuilles, pierres et souches sont communément utilisés comme abri.

Description[modifier | modifier le code]

Ambystoma laterale
Ambystoma laterale
Ambystoma laterale

La salamandre à points bleus mesure entre 76 et 129 mm[3] de long, dont 40 % concernent la queue. Sa peau est de couleur bleu-nuit avec des taches bleues et blanches sur le dos et des points blanc bleuté sur les côtés du corps et de la queue. Son corps est élancé, sans être aussi svelte que peut l'être la salamandre de Jefferson. Le cloaque (vent en anglais - à vérifier...) est noir ce qui contraste avec le ventre qui est de couleur claire. Les larves peuvent présenter des taches jaunes, celles-ci virant au bleu dès que l'individu devient terrestre. Certains spécimens entièrement noirs peuvent être observés dans la nature (melanistic).

Elle présente des orteils longs, quatre aux pattes antérieures et cinq aux pattes postérieures. Généralement les individus présentent de 12 à 14 creux au niveau des côtes. Les mâles sont plutôt de taille inférieure aux femelles, mais ont des queues plus longues et aplaties.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Les œufs sont pondus en petits paquets qui restent attachés aux brindilles, rochers ou plantes sur les rives des marécages ou fossés. Chaque ponte contient en moyenne une douzaine d'œufs et la femelle peut pondre au total jusqu'à 500 œufs chaque année. Les individus peuvent se reproduire dès leur deuxième année. La reproduction a lieu en début de printemps et coïncide avec les pontes d'éphémères.

Le temps d'incubation des œufs est d'environ un mois, à l'éclosion, les larves sont déjà pourvues d'une bouche et d'yeux entièrement développés. Les pattes avant se forment au bout de deux semaines, et les pattes arrières au bout de trois semaines. La métamorphose totale vers l'état terrestre s'effectue à la fin de l'été.

Cette espèce est connue pour s'hybrider avec d'autres salamandres et notamment Ambystoma jeffersonianum et Ambystoma texanum.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Amblystoma platineum[4] et Ambystoma tremblayi[5] sont des hybrides Ambystoma laterale x Ambystoma jeffersonianum[6] et Ambystoma nothagenes[7] est un hybride Ambystoma laterale x Ambystoma texanum[6].

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Hallowell, 1856 : Description of several species of Urodela, with remarks on the geographical distribution of the Caducibranchiata Division of these animals and their classification. Proceedings of the Academy of Natural Sciences of Philadelphia, vol. 8, p. 6-11 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Amphibian Species of the World, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. UICN, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  3. AmphibiaWeb, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  4. Cope, 1868 "1867" : A review of the species of the Amblystomidae. Proceedings of the Academy of Natural Sciences of Philadelphia, vol. 19, p. 166-211 (texte intégral).
  5. Comeau, 1943 : Une ambystome nouvelle. Annales de l'Association Canadienne-Française pour l'Avancement des Sciences, vol. 9, p. 124–125.
  6. a et b Lowcock, Licht & Bogart, 1987 : Nomenclature in hybrid complexes of Ambystoma (Urodela: Ambystomatidae): no case for the erection of hybrid “species”. Systematic Zoology, vol. 36, p. 328–336.
  7. Kraus, 1985 : A new unisexual salamander from Ohio. Occasional Papers of the Museum of Zoology, University of Michigan, vol. 709, p. 1-24 (texte intégral).